EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Orphée perdant Eurydice aux portes de l'Hadès
Orphée perdant Eurydice aux portes de l'Hadès - Sculpture Style
Réf : 93267
45 000 €
Époque :
XVIIe siècle
Provenance :
German
Materiaux :
Alabaster
Dimensions :
l. 15.3 cm X H. 17.3 cm X P. 2 cm
Sculpture Sculpture en Marbre - Orphée perdant Eurydice aux portes de l'Hadès
Desmet Galerie
Desmet Galerie

Sculptures classiques


+32 (0)486 02 16 09
Orphée perdant Eurydice aux portes de l'Hadès

Albâtre allemand,
S. Allemagne 2e quart 17e siècle
Leonhard Kern (1588-1662) (atelier)
D'après le modèle de Peter Vischer le Jeune (1487-1525)

H 17,3 x L 15,3 cm
(H 6,8 x L 6,0 inch)


Cette fine plaquette rectangulaire en albâtre à bas-relief représente une scène de l'histoire d'Orphée et Eurydice. Les personnages centraux de cette pièce magistralement élaborée sont deux figures nues représentant la nymphe Eurydice et le musicien mythologique Orphée, qui tient sa viole et son archet devant lui. La scène représentée illustre le moment fatidique où Orphée est sur le point de perdre Eurydice pour toujours, alors qu'ils sont sur le point de franchir les portes de l'Hadès pour rejoindre le monde des vivants. Orphée s'arrête soudainement pour regarder en arrière et s'assurer qu'Eurydice le suit toujours, rompant ainsi sa promesse aux dieux. Comme pour lui dire un dernier adieu, Eurydice fait un geste d'agitation avec son voile soufflé par le vent en ...

Lire la suite

... direction d'Orphée. Entre eux se tient un petit enfant, un putto, dont le visage est marqué par la tristesse. À droite, un chien contemple la viole avec nostalgie, séduit par la musique divine qui en émane.

Cette plaquette en albâtre de la main de Leonhard Kern a été conçue d'après un original du célèbre sculpteur allemand Peter Vischer, dont la fascination pour la version d'Ovide de cette histoire l'a amené à en créer plusieurs dessins et plaquettes. Quatre exemplaires de cette plaquette portant la marque de la famille Vischer, deux poissons transpercés par une flèche, ont été conservés. Bien qu'elle fasse encore l'objet de discussions, on suppose que la version de la National Gallery de Washington est légèrement antérieure aux autres exemplaires existants. Sa taille est légèrement supérieure à celle des autres copies et, de plus, c'est la seule version qui représente réellement l'entrée rocheuse de l'Hadès. Les autres copies restantes se trouvent respectivement au Hamburg Museum für Kunst und Gewerbe, au Staatliche Museen zu Berlin (Dahlem) et à l'abbaye de Sankt Paul à Lavantthal (Autriche). Ces trois dernières sont toutes de plus petite taille et ne présentent que des différences mineures entre elles, principalement en ce qui concerne la position des extrémités des figures et les inscriptions. On suppose que ces trois dernières plaquettes étaient toutes basées sur le même modèle.

William D. Wixom écrit, à propos des plaquettes réalisées par Vischer :
"L'expression extraordinairement unifiée de cette plaquette en fait l'une des plus belles jamais produites. Avec une grande économie de détails, une remarquable subtilité dans le modelage et le mouvement, et une grande retenue dans la composition, le jeune Peter Vischer transmet une atmosphère élégiaque dans son interprétation du moment le plus émouvant du mythe grec raconté par Ovide". On a émis l'hypothèse convaincante que l'esquisse et la gravure d'Adam et Eve de Dürer ont servi de modèle pour les proportions, le contrapposto et les gestes des personnages de la plaquette. Cependant, il n'est pas improbable que Vischer ait également eu un accès direct aux dessins et aux gravures d'artistes tels que Jacopo de' Barbari, qui avait servi de source d'inspiration à Dürer lorsque le Vénitien se trouvait à Nuremberg.

Cette plaquette d'albâtre attribuée à Leonhard Kern contient des éléments provenant à la fois du grand Washington et des autres moulages. À peu près à l'époque où ces plaquettes ont été réalisées par Vischer, Kern a séjourné à Nuremberg pour travailler sur les statues de la façade du Nürnberger Rathaus. Il est donc probable qu'il connaissait Vischer et qu'il avait une connaissance directe des différentes versions. Bien que largement fidèle à la composition originale, la plaquette présente clairement des similitudes stylistiques et compositionnelles avec certaines autres œuvres de Kern. Par exemple, l'exécution des cheveux et des visages des personnages diffère clairement des versions de Vischer et correspond étroitement à celles des autres œuvres de Kern. Aucune des quatre plaquettes de Vischer ne représente le putto ni le chien de la plaquette de Kern. Il est bien connu que Kern, exécutait et ajustait ses recréations d'œuvres d'art connues selon la mode et les goûts du moment. Des putti similaires, ainsi que des animaux et d'autres créatures, se retrouvent dans toutes ses œuvres existantes, souvent simplement comme éléments décoratifs.

Orphée et Eurydice

La version de l'histoire d'Orphée et Eurydice qui a inspiré Peter Vischer est celle des Métamorphoses d'Ovide. Peu de temps après leur mariage, la nymphe Eurydice est mordue par un serpent et meurt sur le coup. Orphée chanta son chagrin avec sa lyre et parvint à émouvoir tout et tout le monde ; tant les humains que les dieux furent profondément touchés par sa peine et son chagrin.
Dans un ultime effort pour faire revivre sa bien-aimée, Orphée se rend chez Hadès. Sa musique divine incite les dieux des enfers à exaucer son souhait de voir Euridyce revenir avec lui, mais à la condition qu'Orphée ne se retourne pas sur elle avant qu'ils aient quitté l'Hadès en toute sécurité. Orphée fut ravi et remercia les dieux. Il partit ensuite pour retourner dans le monde des mortels. Cependant, ne pouvant entendre les pas d'Eurydice, il commença à craindre que les dieux ne l'aient trompé. En fait, Eurydice l'avait suivi tout au long du voyage, mais comme elle était encore une ombre, on ne pouvait entendre ses pas. À quelques mètres de la sortie, Orphée a perdu la foi et s'est retourné pour voir comment son ombre était emportée pour toujours dans l'Hadès.

Leonhard Kern (1588-1662)

Issu d'une famille de maçons, Kern a d'abord été l'apprenti de son frère, le sculpteur Michael Kern (1580-1649). Jeune homme, il se rend en Italie, où il séjourne pendant 4 ans dans différents endroits. À Rome, il apprend le dessin d'après nature, peut-être à l'Accademia di San Luca, et poursuit des études d'architecture. Plus tard, il a également séjourné à Naples, d'où il a même voyagé en Afrique du Nord, et à Venise. Vers 1614, il retourne en Allemagne où il travaille ensuite à Forchtenberg, Heidelberg et Nuremberg. Son œuvre la plus célèbre de cette période est constituée par les statues qui ornent le pignon de la Nürnberger Rathaus (1617). De 1620 environ jusqu'à sa mort, il dirigea un grand atelier à Schwäbisch Hall. Il a produit un nombre considérable d'œuvres inspirées de modèles nordiques et italiens contemporains célèbres ou s'y référant, les recréant de manière vivante ou les empruntant à sa propre manière. Il a intégré dans son style sa connaissance approfondie des derniers développements en Italie à partir de la fin du XVIe siècle.
Comme la guerre de Trente Ans (1618-48) rend les commandes difficiles à obtenir, Kern doit réduire la taille de son atelier et faire preuve d'une grande polyvalence en tant que sculpteur. Seules quelques occasions isolées de créer des sculptures en pierre monumentales à grande échelle se présentent, c

Conditions générales de livraison :

Nous prenons en charge avec soin l'emballage des objets.
Nous travaillons avec des transporteurs spécialisés en oeuvres d'art.
Pour les objets de plus petites tailles nous faisons les envois avec DHL.
Les envois sont suivis et assurés.

Desmet Galerie

XVIIIe siècle
Tête de l'Apollon de Belvédère
Tête de l'Apollon de Belvédère

18 000 €

Sculpture en Marbre