EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Orfèvre Charles-Nicolas ODIOT - Verseuse en vermeil, Paris 1826-1830
Orfèvre Charles-Nicolas ODIOT - Verseuse en vermeil, Paris 1826-1830 - Argenterie et Orfèvrerie Style Restauration - Charles X Orfèvre Charles-Nicolas ODIOT - Verseuse en vermeil, Paris 1826-1830 - Baptiste Jamez Orfèvre Charles-Nicolas ODIOT - Verseuse en vermeil, Paris 1826-1830 - Restauration - Charles X Antiquités - Orfèvre Charles-Nicolas ODIOT - Verseuse en vermeil, Paris 1826-1830
Réf : 89255
3 200 €
Époque :
XIXe siècle
Signature :
Charles-Nicolas ODIOT
Provenance :
Paris, France
Materiaux :
Argent, or
Dimensions :
l. 20.8 cm X H. 27.5 cm X P. 10 cm
Poids :
0.756 Kg
Argenterie et Orfèvrerie  - Orfèvre Charles-Nicolas ODIOT - Verseuse en vermeil, Paris 1826-1830 XIXe siècle - Orfèvre Charles-Nicolas ODIOT - Verseuse en vermeil, Paris 1826-1830 Restauration - Charles X - Orfèvre Charles-Nicolas ODIOT - Verseuse en vermeil, Paris 1826-1830
Baptiste Jamez
Baptiste Jamez

Mobilier, objets d'art et tableaux du XVIIIe siècle


+33 (0) 6 62 59 77 70
Orfèvre Charles-Nicolas ODIOT - Verseuse en vermeil, Paris 1826-1830

Verseuse en argent 950 millièmes plaqué d'or fin tant à l'extérieur qu'à l'intérieur, par l'orfèvre Charles-Nicolas ODIOT.
D'une grande qualité d'exécution, elle reçoit une décoration de frises de feuilles de lauriers, perles, feuilles d'eau, les superbes attaches feuillagées ornées de palmes et fleurs, la prise sous la forme d'un gland. L'extrémité du bec verseur revêt la forme d'un lion à la ciselure délicate et puissante.

Poinçons :
• Vieillard 1er titre, Paris 1819-1838.
• Grosse garantie de Paris
• Orfèvre : Charles-Nicolas ODIOT, insculpé en 1826.

Chiffrée "CPH" sous couronne de comte.


MAISON ODIOT

La maison ODIOT est fondée en 1690.

C'est sous le règne de LOUIS XV, avec Jean-Baptiste-Gaspard ODIOT, que la maison acquiert la notoriété et le prestige qu'elle conservera a travers les siècles. Fournisseur de la Couronne, Jean-Baptiste-Gaspard ODIOT sera reconnu comme l'un des meilleurs orfèvres de son temps.

Au cours du ...

Lire la suite

... premier quart du XIXe siècle, Jean-Baptiste-Claude ODIOT (1763-1850), son petit-fils, fera de la maison familiale la maison d’orfèvrerie française la plus prospère et la plus fréquentée par toutes les cours européennes de son temps. Orfèvre parmi les plus illustres de l'Empire, il livre des pièces au prestige immense tels que le sceptre et l’épée du Sacre, le berceau du Roi de Rome, la toilette de l’impératrice Marie-Louise, le service de campagne personnel de l'Empereur ou encore les immenses services de Madame Mère et de Pauline Borghèse.

Son fils, Charles-Nicolas ODIOT, succède dignement à son père et devient le fournisseur attitré du Roi LOUIS-PHILIPPE et de la famille d'Orléans, puis du Roi CHARLES X.

Gustave ODIOT, son fils, maintient la Maison au sommet et réalise la plus grande commande que la Maison ODIOT ait jamais reçue, soit trois mille couverts en or massif pour le vice-roi d'Égypte Saïd Pacha. Il reçoit également le titre de Fournisseur de la Cour de Sa Majesté Impériale le Tsar.

Depuis cette période la maison ODIOT, toujours en activité, demeure l'une des plus prestigieuse et luxueuse maison d'orfèvrerie au monde.
Les pièces de ODIOT ornent les plus importantes collections privées d'orfèvrerie mais également les collections des institutions publiques les plus prestigieuses, en France telles que le MUSÉE DU LOUVRE, le MUSÉE DES ARTS DÉCORATIFS, le MOBILIER NATIONAL, mais également à l'étranger tels que LE METROPOLITAN MUSEUM ou le MOMA de New York ou encore le VICTORIA & ALBERT MUSEUM et le BRITISH MUSEUM de Londres.

Baptiste Jamez

Argenterie et Orfèvrerie