EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Lustre d’apparat en bronze et cristal, Paris vers 1820
Lustre d’apparat en bronze et cristal, Paris vers 1820 - Luminaires Style Restauration - Charles X Lustre d’apparat en bronze et cristal, Paris vers 1820 - Franck Baptiste Paris Lustre d’apparat en bronze et cristal, Paris vers 1820 - Restauration - Charles X Antiquités - Lustre d’apparat en bronze et cristal, Paris vers 1820
Réf : 97280
Prix sur demande
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
France, Paris
Materiaux :
Bronze et cristal de Moncenis
Dimensions :
H. 136 cm | Ø 65 cm
Luminaires Lustre - Lustre d’apparat en bronze et cristal, Paris vers 1820 XIXe siècle - Lustre d’apparat en bronze et cristal, Paris vers 1820 Restauration - Charles X - Lustre d’apparat en bronze et cristal, Paris vers 1820 Antiquités - Lustre d’apparat en bronze et cristal, Paris vers 1820
Franck Baptiste Paris
Franck Baptiste Paris

Mobilier et objets d'art du 16e au 19e siècle


+33 (0)6 45 88 53 58
Lustre d’apparat en bronze et cristal, Paris vers 1820

Important lustre en bronze finement ciselé et doré et cristal taillé.
Modèle simulant une suspension à l’antique, avec quatre chaînes constituées de maillons centrés d’amendes en cristal taillé, soutenant un globe d’où partent huit bras de lumières en forme de cornes d’abondance. Le dôme est surmonté d’une victoire ailée debout sur une sphère, maintenant sur sa tête une coupe en cristal. Le plafonnier est constitué d’un anneau circulaire d’où jaillissent huit palmettes de bronze et une rosace de cristal.

Belle qualité de ciselure et de dorure d’origine au mercure à double patine amatie et brillante.

Les cristaux d’origine, taillés à facettes et gravés, sont attribuables à la manufacture de cristaux de Montcenis*. (Une coupelle rapportée).

Travail parisien d’époque Restauration, vers 1820.

Dimensions :

Hauteur : 136 cm ; Diamètre : 65 cm.

Une aquarelle représentant notre lustre, avec quelques petites variantes, ...

Lire la suite

... était anciennement dans la collection Givenchy et fut vendu chez Christie’s à Paris le 22 juin 2022 (lot 1155).
Elle est à rapprocher des dessins des ornemanistes Charles Percier (1764-1838) et Pierre Léonard Fontaine (1762-1853)

Notre avis :
L’exceptionnel lustre que nous présentons est une pièce d’apparat de la plus grande rareté, réservée à une élite constituée des cours princières et de la plus grande bourgeoisie. Peu de ces pièces nous sont parvenues, surtout avec les cristaux originaux.
Outre son exceptionnelle ornementation de bronze doré, c’est bien l’alliance entre un cristal à la taille complexe et du métal finnement ciselé qui fait la magie de ce type de pièces. Comme nous le prouve le dessin de la collection Givenchy, notre lustre est français et provient probablement, où de la manufacture de Montcenis dirigée Benjamin François Ladouèpe de Fougerais qui collabora avec les plus grands bronziers de son époque (Thomire, Galle, Ravrio…) sur des projets de grands lustres, ou d’un grand magasin comme L’escalier de cristal qui se spécialisa dans ce type de pièces.
Il est amusant d’imaginer que ce grand dessin (70cm) était probablement exposé à la vue des clients, comme en témoigne le texte placé dessous qui renseigne sur les différentes tailles disponibles (8 lumières, 12 lumières, 36 lumières) et sur les prix  correspondants (de 1200 livres à 2000 livres).




*La manufacture des cristaux de Montcenis est fondée à Sèvres en 1781, puis le trésor royal rachète le domaine du duc d’Orléans pour la reine Marie-Antoinette en 1784.L’établissement de MM. Lambert et Boyer prend alors le nom de Manufacture des cristaux et émaux de la Reine.
En 1787, 60 personnes demeurent à la cristallerie mais suite à un arrêt du conseil d’État la Manufacture des Cristaux est transférée, au Creusot, près de Montcenis, en Bourgogne.
Après quelques périples et un arrêt des fours durant la révolution la manufacture reprend son activité et reprend de l’essor sous l’égide de son nouvel administrateur Benjamin-François de la Douespe du Fougerais (1766-1821).
La manufacture est récompensée à deux reprises aux Expositions des produits de l’industrie française, en 1801 et 1802.
A partir de 1806, elle devient le principal fournisseur de verrerie de l’Impératrice et prend alors le titre de « Manufacture des Cristaux du Montcenis de S. M. l'Impératrice ».
Fougerais fournit alors abondamment, la maison de l ‘Empereur, la reine Hortense, Murat… et exporte même dans les autres cours d’Europe ses lustres, services de verres, coupes etc.

Franck Baptiste Paris

Lustre Restauration - Charles X

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Lustre d’apparat en bronze et cristal, Paris vers 1820 » présenté par Franck Baptiste Paris, antiquaire à Paris dans la catégorie Lustre Restauration - Charles X, Luminaires.