EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Les filles de Lycomède, atelier de Frans Francken le Jeune (1581-1642)
Les filles de Lycomède, atelier de Frans Francken le Jeune (1581-1642) - Tableaux et dessins Style Les filles de Lycomède, atelier de Frans Francken le Jeune (1581-1642) - Antiquités Promenade Les filles de Lycomède, atelier de Frans Francken le Jeune (1581-1642) - Antiquités - Les filles de Lycomède, atelier de Frans Francken le Jeune (1581-1642)
Réf : 73198
VENDU
Époque :
XVIIe siècle
Materiaux :
Huile sur panneau
Dimensions :
l. 85 cm X H. 67 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIe siècle - Les filles de Lycomède, atelier de Frans Francken le Jeune (1581-1642) XVIIe siècle - Les filles de Lycomède, atelier de Frans Francken le Jeune (1581-1642)  - Les filles de Lycomède, atelier de Frans Francken le Jeune (1581-1642) Antiquités - Les filles de Lycomède, atelier de Frans Francken le Jeune (1581-1642)
Antiquités Promenade
Antiquités Promenade

Mobilier et Objets d'Art de la Haute Epoque au XVIIIe


+33 (0)1 39 78 73 92
+33 (0)6 64 42 84 66
Les filles de Lycomède, atelier de Frans Francken le Jeune (1581-1642)

Notre tableau met en scène un épisode tiré de l'Iliade de l’Homère relatant l’expédition d'Ulysse, le roi d'Ithaque retrouvant Achille déguisé en femme parmi les filles de Lycomède, roi de Samos.
Cependant notre oeuvre est une représentation symbolique à travers une histoire mythologique d'un cabinet de curiosités, une sorte de musée privé où sont rassemblés les objets de collection.

Achille, caché par sa mère afin de l’empêcher à participer à la guerre de Troie, est envoyé à la cour du roi Lycomède, le jeune héros est pourtant recherché par Ulysse qui compose un plan pour amener Achille à rejoindre l'armée grecque. L'épisode qui se joue sous nos yeux est la découverte par Ulysse d'Achille déguisée en femme.
Dans une grande salle ouvrant sur l'extérieur, les filles de Lycomède accompagnées de leurs suivantes se pressent autour d'une table couverte de coquillages, de vases et de flacons, émerveillées par tant d'objets ainsi présentés sur le sol et sur une deuxième table, toutes ces merveilles ont été apportées par des marchands conviés à leur présenter des objets précieux, les bijoux et les armes. Ulysse déguisé en marchand attend la réaction des jeunes filles afin de reconnaître Achille parmi elles. Achille se dévoile en étant le seul à saisir une épée et un bouclier.
Cette histoire n'est q'un prétexte employé par le peintre pour représenter la réunion d'objets d'art extrêmement raffinés.
Avec un soin le peintre réalise la composition très élaborée: au premier plan il introduit au centre les aiguières en métal doré, la cuirasse et le casque, à droite il positionne les instruments de musique (le luth, le violon) et le globe céleste.
Les deux tables au second plan sont encombrées d'objets, celle de droite est submergée de poteries aux formes contournées, une écharpe verte s'enroulant parmi les objets, la table de gauche déborde de coquillages, vases, flacons et verreries.
Tous ses objets sont reproduits avec la minutie chère au peintre, en maniant savamment le pinceau, il traite les différentes matières et textures en ajoutant les touches lumineuses pour apporter de la profondeur.
Nous nous retrouvons dans un intérieur cossu du XVIIème siècle aux murs tendus de cuir à dessin d'or et au sol en marbre, le centre de la pièce est meublé d'un dressoir orné de statuettes et surmonté d'un tableau accroché au mur.
La palette de couleurs très riche et variée est propre aux œuvres de Frans Francken le Jeune, amateur de couleurs vives, il emploie du rouge pour créer une continuité de la composition, le drapé en satin de la princesse, les notes écarlates de la branche du corail et du ruban de la carafe, le panache du casque, l'étoffe qui orne le dessus du dressoir, et le pot à anses aux notes vermillons rempli de perles.
Le jour qui pénètre par l'ouverture de gauche illumine la composition, les objets forment une délicate harmonie de couleurs que réchauffent les tons chatoyants de l'étoffe à droite.
Le grand soin dans l’exécution, la profusion de détails, le choix de la palette sont tout autant les caractéristiques des œuvres de Frans Francken II et de son atelier, spécialiste de scènes mythologiques et religieuses.
Dans ses tableaux il interprète les divertissements et les loisirs de la haute société Anversoise, évoque les fastueux intérieurs flamands, tous désignés pour retracer l'image des Cabinets d'Amateurs, l'endroit où de riches anversois amassent leurs collections. La précision et la prouesse de son pinceau font merveille pour détailler les personnages, le décor, de même que l'étalage d’œuvres d'art. Ce peintre n'a pas son pareil pour interpréter a une échelle minuscule, les tableaux, les sculptures et les curiosités dont s'ornaient les demeures des mécènes contemporains.
Ces cabinet d'amateurs réunissent les objets d'art et les curiosités qui relèvent de quatre thèmes principaux: exotisme, science, nature et artifice. Quatre obsessions de l'homme de la Renaissance, avide de s'approprier le monde. C'est ainsi qu'on appelle les cabinets de curiosités: le miroir du monde, car leur concept est une tentative d'embrasser d'un seul regard l'immensité du monde.
Ainsi nous retrouvons dans notre tableau:
exotica (plantes et animaux exotiques) : les coquillages divers;
naturalia (objets naturels) : les perles, pierreries, branche de corail;
scientifica (instruments scientifique et objets de savoir) : le globe céleste;
artificialia (objets crées par l'homme) sculptures, poterie, aiguières, vases, instruments de musique, militaria.
Notre tableau au delà de la scène mythologique est un hommage à tous les collectionneurs et amateurs d'art qui se passionnent pour des objets précieux et merveilleux.
Frans Francken et son atelier ont exécuté plusieurs variantes similaires à notre oeuvre: la version la plus connue au musée du Louvre, les autres aux musées Pouchkine à Moscou, Musée National à Prague; vente aux enchères chez Koller, Zürich, 01/04/2011.

Atelier de Frans Francken le Jeune. Anvers, première moitié du XVIIeme siècle.
Huile sur panneau de chêne, marque du pannelier non identifiée, ainsi que la marque d'Anvers: les deux mains et le château.
Très joli cadre italien d'époque XVIIeme siecle en bois doré et sculpté.

Dimensions: panneau : h. 44 cm, l. 63 cm Avec le cadre: h. 67 cm, l. 85 cm

Frans Francken II (1581-1642), dit le Jeune fait partie d’une famille de peintre à Anvers. Il est le 4ème fils, et le plus réputé de Frans Francken I dont il fut l’élève ; il est difficile de différencier leurs contributions respectives, car leur style sont très proches.Sa production comprend essentiellement des tableaux traitant de sujets mythologiques ou allégoriques et de scènes historiques et religieuses. Il peint aussi des paysages et des natures mortes, toujours réalisés selon une technique si raffinée qu’elle rencontra le succès auprès des collectionneurs.
Histoire d'Achille
Achille est un célèbre héros de la mythologie grecque. Guerrier légendaire et séducteur réputé, il est un des acteurs principaux de la Guerre de Troie. Fils du roi Pélée et de la Nymphe Thétis, il fut plongé à sa naissance par sa mère dans le Styx, afin de rendre son corps invulnérable. C'est de cet épisode que provient l'expression "talon d'Achille".
Cabinets de curiosités
Le concept du cabinet de curiosités apparaît à la renaissance, emblématique d'une époque qui redécouvre le monde, la science, l'art et l'histoire, on le trouve d'abord chez des aristocrates qui mettent a profit la richesse et l'espace dont ils disposent pour amasser toutes sortes d'objets et les exposer dans une pièce à part. Au fur et à mesure que la mode se répand, de telles collections apparaissent en Flandres et à Anvers chez des marchands fortunés qui pour se donner du prestige créent des espaces mêlant toutes les raretés du monde.
Au XVIIe siècle, comme le trompe-l’œil ou la nature morte, la représentation du cabinet d'amateur devient un genre pictural en soi, mêlant dans un savant désordre les matières et les formes.

Antiquités Promenade

Tableaux XVIIe siècle