EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Jacques Courtois dit Borgognone (1621-1676) - Scènes de batailles
Jacques Courtois dit Borgognone (1621-1676) - Scènes de batailles - Tableaux et dessins Style
Réf : 79315
28 000 €
Époque :
XVIIe siècle
Signature :
Jacques Courtois dit Borgognone (1621-1676)
Provenance :
Italie
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 26 cm X H. 52.5 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIe siècle - Jacques Courtois dit Borgognone (1621-1676) - Scènes de batailles
Numero 7 Antiquariato
Numero 7 Antiquariato

Mobilier et objets d'art du XVe au XVIIIe siècle


+39 3356383921
+39 3662898180 EN
Jacques Courtois dit Borgognone (1621-1676) - Scènes de batailles

Jacques Courtois ou Giacomo Cortesi dit Borgognone (Saint-Hyppolite, février 1621 - Rome, 14 novembre 1676)

Paire de peintures à l'huile sur toile représentant des scènes de batailles

52,5 x 26 cm

Expertise: Prof. Giancarlo Sestieri Surnommé le bourguignon des batailles , venait de la région française de Franche-Comté, qui appartenait à l'époque à l'Espagne. Il a eu ses premières leçons de peinture de son père Jean Courtois. En 1636 à Milan, il s'enrôle dans l'armée espagnole et y reste jusqu'en 1639; puis, ayant une grande prédisposition pour la peinture, il se met à peindre des maîtres changeants comme la ville dans laquelle il se trouve changé. Il a étudié à Bologne chez Jérome Colomès, a travaillé avec Guido Reni et Francesco Albani et à Florence avec Jan Asselyn, un peintre néerlandais spécialisé dans les scènes de bataille. À Vérone, Florence et Venise, il peint des œuvres de toutes sortes. Arrivé à Rome en 1640, il a eu l'occasion ...

Lire la suite

... de voir au Vatican la "Bataille de Constantin", peinte par Giulio Romano, Cette œuvre, qu'il aimait beaucoup, et les années passées au service de l'armée espagnole l'ont amené à se spécialiser dans le genre de batailles, devenant célèbre pour sa façon de s'exprimer et de colorier "étonnamment vrai". Il a ensuite déménagé à Sienne, où il s'est marié en 1647 avec la fille d'un peintre florentin, dont il était extrêmement jaloux. À sa mort subite en 1654, il est accusé de l'empoisonnement. Il se retira donc auprès des Pères de la Compagnie de Jésus et devint plus tard jésuite. De retour à Rome, il a vécu au noviciat de S. Andrea à Monte Cavallo et à la Casa dei Gesuiti. L'une des premières réalisations de cette période a été la série de six batailles «gagnées grâce à l'intercession de la Vierge Marie» qui se trouvent dans la chapelle primaire du collège romain. Il a également contribué à la décoration murale des couloirs des appartements de Sant'Ignazio (la maison professée de Jésus). Il enseigne également à l'école: le peintre français Joseph Parrocel est son élève. En 1672, à la demande du Supérieur général, il prépare les croquis pour la décoration de l'abside de l'Église de Jésus, mais ne peut achever l'ouvrage en raison du déclin de sa santé. Il mourut à Rome le 14 novembre 1676. Son frère Guglielmo (Guillaume Courtois) était également un peintre de renom. Aujourd'hui les oeuvres de Jacques Courtois se retrouvent dans les grands musées du monde, le Louvre à Paris, la Galerie des Offices et le Palais Pitti à Florence, le Prado à Madrid, le Musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg, etc ... Gian Lorenzo Bernini ainsi il a commenté: "Parmi les peintres de cette époque en Europe, personne n'a égalé Courtois dans l'expression graphique de l'horreur de la bataille" (Salvagnini, FA, The Burgundian painters, Cortese, Rome, 1937, p. 185).

Conditions générales de livraison :

Le transport des œuvres pour l'Italie et pour l'étranger, est assurée par des transporteurs professionnels sélectionnés. Les coûts doivent être convenus

Numero 7 Antiquariato

<   XVIe siècle
Encrier en bronze, Vénétie XVIe siècle
Encrier en bronze, Vénétie XVIe siècle

3 500 €

XIXe siècle
Emilio Gola (1851-1923) - Portrait
Emilio Gola (1851-1923) - Portrait

48 000 €

Tableaux XVIIe siècle