EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Daniel DE BLIECK (1620 - 1673), Intérieur de l’Eglise Notre-Dame du Val-de-Grâce de Paris
Réf : 75072
Prix sur demande
Époque :
XVIIe siècle
Signature :
Signé et daté en bas à droite : « D.D.BLIECK A°166
Provenance :
- Galerie Giroux, Bruxelles - Collection privée, Belgique
Costermans Antiquités
Costermans Antiquités

Tableaux anciens, mobilier et objets d'art des XVIIe, XVIIIe et XIXe siècles


+32 (0)4 75 58 56 71
+32 (0)2 512 21 33
Daniel DE BLIECK (1620 - 1673), Intérieur de l’Eglise Notre-Dame du Val-de-Grâce de Paris

Daniel DE BLIECK
(Middelburg, c. 1620 - 1673)
Intérieur de l’Eglise Notre-Dame du Val-de-Grâce de Paris
Huile sur panneau, 31,5 x 38,6 cm (cadre 44,5 x 51,5 cm)
Signé et daté en bas à droite : « D.D.BLIECK A°1669 »EXPERTISE : le Rijksmuseum d’Amsterdam possède le dessin préparatoire de notre tableau (inv. RP-T-1919-31).

La naissance et les années d’apprentissage du peintre Daniel de Blieck ne sont pas documentées, suite à l’incendie qui a détruit les archives municipales de Middelburg en 1945. En revanche, on possède plus de documentation sur sa carrière. Il entre à la guilde de Saint Luc de Middelburg en 1647 en tant qu’architecte et peintre. Sa première peinture connue date de 1650 (Bonn, Rheinisches Landes Museum).
Picturalement, Daniel de Blieck aurait entamé une carrière de portraitiste. Le dessin datant de 1649, conservé actuellement au Prentenkabinet de Leyde, du portrait d’Isaac Hoornbeeck, un ministre réformé de Middleburg en atteste. Cependant, il semble s’être tourné assez tôt vers la peinture d’intérieurs d’églises, peut être sous l’influence de Dirck Van Delen, qui travaillait encore dans les environs d’Arnemuiden. La pauvreté artistique qui découlait du déclin de la peinture à Middleburg dans le second quart du XVIIème siècle, après l’effervescence des premières décennies va pousser de Blieck à explorer d’autres horizons et se tourner vers Delft et Rotterdam.
C’est, fort de ses solides connaissances en perspective que de Blieck débute sa carrière de peintre d’architecture d’église. Dans un premier temps les vues d’églises imaginaires et la copie des maîtres anciens vont être l’objet de sa prédilection.Houckgeest vivait à Steenbergen, cité à quelques lieues de Middleburg au début de l’année 1652, et il est plus que probable que de Blieck l’ait rencontré, tant certaines de ses compositions seront proches des siennes, mais c’est surtout par son intermédiaire qu’il découvre van Vliet à Delft ainsi qu’Anthonie de Lorme qui seront de véritables détonateurs dans ses futures révolutions. C’est à cette date qu’il abandonne les vues imaginaires pour s’attaquer à la représentation de réels édifices.
L’Intérieur de l’église Saint Laurent de Rotterdam, conservé à la Tillou Gallery de Londres, est sa première œuvre datée de 1652 et celle qui auprès des historiens de l’art la consacré.


Daniel de Blieck est un des rares artistes ayant pratiqué le genre d’intérieurs d’églises dont on possède un carnet annoté contenant initialement 95 dessins dont 70 sont conservés à La Haye, tous concernant ses œuvres.
Le dessin préparatoire de notre tableau se trouve dans les collections du Rijksmuseum d’Amsterdam, ce qui est particulièrement intéressant pour comprendre les étapes de création du peintre. Le Rijksmuseum pense qu’il pourrait s’agir de la basilique Saint-Pierre de Rome. Cependant, nos dernières recherches tendent à montrer qu’il s’agirait plutôt de l’église Notre-Dame du Val-de-Grâce de Paris. On ignore cependant si de Blieck s’est rendu à Paris, alors que l’on sait qu’il a voyagé en Angleterre et en Flandres. La ressemblance avec le Val-de-Grâce est évidente, malgré quelques légères modifications. Curieusement, il peuple son église de personnages habillés à la mode hollandaise et non pas française. L’église fut conçue par François Mansart sur le modèle de Saint-Pierre de Rome et construite par Jacques Le Mercier de 1645 à 1669. Le dessin est daté du 19 avril 1669, et c’est toujours durant cette année 1669 que de Blieck peindra notre oeuvre. Le tableau est très fidèle au dessin, à l’exception notable de l’absence de personnages dans le dessin.
Le dessin à fleurettes des chapiteaux qui surmontent les fûts des pilastres, est particulièrement remarquable chez de Blieck et très caractéristique de son art. En effet dès 1665, il effectua des dessins pour des tailleurs de pierre et sculpteurs leur fournissant des modèles de chapiteaux corinthiens et d’une colonne romane du style des Scamozzi. Ce détail n’est pas sans importance, car il illustre le « style » si particulier, dans son œuvre picturale, avec lequel il traite ses chapiteaux. Il faut également souligner le soin qu’il apporte aux effets de lumière. Enfin, utilisant la perspective frontale, il met également en exergue un procédé visant à faire coller son architecture aux bords du tableau, comme si l’équilibre même de la composition reposait sur ce procédé tout entier.

MUSEES : Rijksmuseum, Amsterdam ; MET, New York ; Musée Carnavalet, Paris ; Gemaldegalerie, Berlin ; Wallraf-Richartz Museum, Cologne ; Kelvingrove Museum, Glasgow ; Museum der Stadt, Gotha ; National Gallery, Copenhague ; Gemaldegalerie der Akademie, Vienne ; Central Museum, Utrecht ; Oslo, Varsovie, Bonn,…

Costermans Antiquités

XVIIe siècle
Nicolaes Berchem (1620- 1683) - Le Passage du Bac
Nicolaes Berchem (1620- 1683) - Le Passage du Bac

Prix : Sur demande

XVIIIe siècle
Cabinet d’Apparat Attribué à Thomas HACHE
Cabinet d’Apparat Attribué à Thomas HACHE

Prix : Sur demande

Tableaux XVIIe siècle