EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Portrait de Dame  : F.Bol ft 1635 (c.r.)
Portrait de Dame  : F.Bol ft 1635 (c.r.) - Tableaux et dessins Style Portrait de Dame  : F.Bol ft 1635 (c.r.) - Valentina Safarian Fine Art Portrait de Dame  : F.Bol ft 1635 (c.r.) - Antiquités - Portrait de Dame  : F.Bol ft 1635 (c.r.)
Réf : 113271
22 000 €
Époque :
XVIIe siècle
Signature :
F.Bol ft 1635 (c.r.)
Provenance :
Bretagne - Pays-Bas
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 59.5 cm X H. 72 cm X P. 10 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIe siècle - Portrait de Dame  : F.Bol ft 1635 (c.r.) XVIIe siècle - Portrait de Dame  : F.Bol ft 1635 (c.r.)  - Portrait de Dame  : F.Bol ft 1635 (c.r.) Antiquités - Portrait de Dame  : F.Bol ft 1635 (c.r.)
Valentina Safarian Fine Art
Valentina Safarian Fine Art

Peintures, dessins et œuvres d'art du XVIIe au XXe siècle


+ 32 478226564
Portrait de Dame : F.Bol ft 1635 (c.r.)

Cornelis Janssens Van Ceulen
Londres 1593 – 1661 Utrecht
Peintre britannique - néerlandais

'Portrait d'une Dame, selon la tradition la Comtesse De Rossemont, mi-longueur, vers 1650'

Signature : Cornelis Janssens van Ceulen, attribué ; porte une signature et une date : F.Bol ft 1635 (c.r.)
Médium : sur toile
Dimensions : taille de l'image 72 x 59,5 cm, taille du cadre 97 x 85 cm

Collection:  H. Wallich, Berlin, 1895 ; collection privée Hessen, Allemagne

Biographie : Cornelis Janssens van Ceulen, également connu sous divers noms, notamment Cornelius Jonson van Ceulen, Cornelius Johnson et Cornelis Jansz. van Ceulen, était un portraitiste néerlandais distingué né à Londres le 14 octobre 1593. Il est décédé à Utrecht le 5 août 1661.
Bien que Janssens van Ceulen soit né à Londres, ses racines étaient fermement ancrées aux Pays-Bas. Son parcours artistique a commencé à prospérer en Angleterre vers 1618, où son talent exceptionnel a rapidement ...

Lire la suite

... attiré l'attention. Il est devenu célèbre pour sa capacité à capturer non seulement la ressemblance physique mais aussi l'essence intérieure de ses sujets. Cette maîtrise lui a valu des commandes de personnalités éminentes, y compris des rois Jacques I et Charles I, et divers membres de l'aristocratie, assurant ainsi sa place en tant que portraitiste de premier plan de son époque.

Les œuvres de Janssens van Ceulen ont continué à être célébrées et vendues aux enchères d'art tout au long du XVIIe siècle et au-delà. Ses peintures apparaissaient fréquemment dans les ventes, comme celle à l'Exeter Exchange dans le Strand le 3 avril 1690. Son héritage durable a été mis en lumière par Karen Hearn, professeur honoraire à l'UCL, qui a organisé une exposition de son œuvre à la National Portrait Gallery d'avril à septembre 2015. De plus, la première grande exposition consacrée uniquement à son travail a eu lieu à la Weiss Gallery de Londres en juillet 2016. Ses œuvres font partie de collections prestigieuses dans le monde entier, y compris la National Gallery, la Tate Gallery, la National Portrait Gallery, la Royal Collection, la Scottish National Portrait Gallery et la Dulwich Picture Gallery au Royaume-Uni, ainsi que dans la Huntington Library, Art Collections and Botanical Gardens, le Museum Catharijneconvent à Utrecht, le Yale Center for British Art et le Leufsta Manor en Suède. Notamment, son "Portrait d'une Dame" a été présenté dans l'exposition de la mode Tudor et Stuart à la Queen’s Gallery.

L'héritage artistique de Cornelis Janssens van Ceulen continue d'inspirer et de résonner dans les annales de l'histoire de l'art néerlandais, assurant sa position comme une figure éminente dans la riche tapisserie de la portraiture européenne. Sa capacité à capturer l'esprit humain avec une telle habileté profonde garantit que son œuvre reste célébrée et étudiée par les amateurs d'art et les historiens.

Contexte: Johnson a peint des portraits de toutes tailles, du miniature au format complet et au grand groupe. Ses œuvres antérieures sont sur panneau, et, bien que pendant les années 1620, il ait commencé à utiliser de la toile, des peintures sur panneau apparaissent même parmi ses œuvres tardives. Il a été le premier artiste britannique à signer ses peintures comme une habitude, et il les datait généralement aussi. Pendant la partie britannique de sa carrière, il utilisait habituellement la formule C.J. fecit. Cela permettra de reconstituer son œuvre, bien que compte tenu de sa production laborieuse, cela sera probablement un projet de toute une vie.

Bien qu'il ait constamment, subtilement, modifié son style de présentation, ses portraits sont en général facilement reconnaissables. La tête du modèle est souvent placée de manière inattendue bas dans la composition. Il y a une précision méticuleuse dans le traitement des bijoux et des costumes – et, surtout, des colliers en dentelle qui étaient des signifiants de rang et de richesse. Le traitement des yeux est souvent particulièrement caractéristique – des iris agrandis et arrondis, avec des paupières supérieures courbées en profondeur. Les portraits de Johnson se trouvent dans presque toutes les principales collections publiques en Grande-Bretagne – souvent, il faut le dire, dans leurs réserves – plutôt que sur display, de nombreux autres exemples de son travail restent dans des collections privées britanniques – dans des maisons de campagne – dans de nombreux cas, en possession des descendants des modèles d'origine. Ces images ont été considérées comme si précieuses qu'elles vaudraient la peine d'être vendues, et comme elles représentent des ancêtres, les familles n'ont pas été disposées à s'en défaire.

L'écrivain britannique Bainbridge Buckeridge, se référant en 1706 à "Cornelius Johnson alias Jansens", le considérait comme un artiste néerlandais. "Un excellent peintre à la fois en grand et en petit, mais surtout ses portraits étaient admirablement bien exécutés. Il est né à, et a résidé longtemps à Amsterdam, d'où il est venu en Angleterre sous le règne du roi Jacques I ... il était contemporain de Vandyck, mais la plus grande renommée de ce maître a bientôt éclipsé ses mérites ; bien qu'il faille reconnaître que ses tableaux avaient plus de finitions soignées, de peinture lisse, et de travail dans les draperies dans l'ensemble ; pourtant il manquait la véritable notion de la beauté anglaise, et cette liberté de dessin dont l'autre était maître."1

Notre peinture porte une signature de Bol fec. Il est cependant assez certain que ce travail n'a pas été réalisé par Ferdinand Bol mais par Cornelius Johnson van Ceulen. Cela est clair d'après ce que nous pouvons voir des parallèles qui peuvent être établis avec une peinture et un dessin existants de l'artiste et qui peuvent clairement être mis en relation avec notre peinture de Cornelius Johnson van Ceulen.

Fig. 2. Cornelius Johnson van Ceulen, Portrait d'une dame inconnue, 1646, huile sur toile, Tate, Londres

1 RODING, et al., Dutch and Flemish artists in Britain, 1550 – 1800, Leiden, 2003, p. 113 – 126.

Fig. 3. Cornelius Johnson Van Ceulen, Étude des mains d'une femme, 1646, GeIy Museum.

Il y a des similitudes stylistiques fortes qui nous permettent de faire une comparaison entre plusieurs œuvres de la main de Cornelius Johnson van Ceulen. La première et la plus importante correspondance stylistique est la position des mains tenues l'une dans l'autre, comme nous pouvons le voir dans la figure ci-dessus et qui peut être liée au portrait d'une dame inconnue de l'artiste en 1646, voir fig 2 et 3. Dans notre peinture, il n'y a qu'une des deux mains visible mais elle est tenue de la même manière. Enfin, nous pouvons également noter une comparaison avec le bracelet de perles sur le bras de la main gauche dans.

Conditions générales de livraison :

Livraison dans le monde entier disponible, veuillez nous contacter pour obtenir un devis gratuit incluant l'emballage professionnel et des services entièrement assurés.

Valentina Safarian Fine Art

Tableaux XVIIe siècle