EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
CIRO FERRI (Rome, 1634 –1689) - L’Ange Gardien
Réf : 67911
40 000 €
Époque :
XVIIe siècle
Provenance :
Chiostro di San Salvatore in Lauro, Mostra del Sodalizio dei Piceni, Rome, 1704 ( ?) Carlo Moretto,
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 44 cm X H. 67 cm
Galerie Tarantino
Galerie Tarantino

Archéologie, tableaux et dessins anciens


+33 (0)6 15 44 68 46
CIRO FERRI (Rome, 1634 –1689) - L’Ange Gardien

Cette toile reprend en réduction, la célèbre composition de Pierre de Cortone conservée au Palais Barberini.
La grande toile est citée par Pascoli avec un St Michel Archange, comme un don fait par le peintre à Alexandre VII Chigi, souhaitant manifester sa reconnaissance envers le pontife qui l’avait gratifié de l’Eperon d’or en 1656. Mais cette hypothèse est réfutée par la publication d’Ozzola en 1908 d’un paiement par le pape de cinq-cents écus à Pierre de Cortone pour les deux tableaux en Juillet 1656.
Cette version réduite apparut sur le marché de l’art avec une attribution au grand maître baroque, en effet on peut citer G. De Marchi qui mentionne dans une exposition à San Salvatore in Lauro, en 1704 « pensiero e sbozzeto dell’Angelo Custode, fatto dal quondam S.r Pietro da Cortona, che hora il è posseduto dal S.r D. Agostino » (en référence au tableau aujourd’hui conservé dans la Galleria Nazionale de Rome, Palais Barberini).
Par la grande qualité de l’œuvre et les nombreux repentirs qui s’y trouvent, nous serions presque tentés de l’attribuer au maître lui- même, possibilité admise par E. Schleier, mais écartée par J.M. Merz, chacun après examen d’un ektachrome.
Après une comparaison avec la toile de Cortone, nous proposons plus prudemment de reconnaître dans notre version, la main de son meilleur élève Ciro Ferri dont les grandes qualités de douceur et de sensibilité se trouvent ici admirablement exploitées à travers une touche rapide, fluide et savamment maîtrisée. Le talent de Ciro nous offre une œuvre affranchie des entraves d’une copie, libre et vibrante. Rendant tangibles les mots de Pascoli « Aucun élève ne suivit plus le style de Cortone que Ciro, personne n’approcha autant que lui la beauté de son art ni l’originalité de son invention ».
Un dessin à la pierre noire préparatoire pour cette composition est conservé dans les collections royales de Windsor Castel.
Une estampe de Guillaume Chasteau vers 1656-1663 reprenant la composition dans le même sens a largement contribué à la fortune de cette composition.

Anna Lo Bianco, Pietro da Cortona 1597-1669, Milano 1997, p. 372-373, n°56.
G. De Marchi, Mostre di quadri a San Salvatore in Lauro (1682-1725). Stime di collezione romane, Rome 1987, p.188.
A. Blunt et H. L. Cooke, The roman drawings of the XVII & XVIII centuries in the collection of Her Majesty The Queen at Windsor Castel, London 1960, p.79, n°604 (inv.4519).
M. Fagiolo dell’Arco, Pietro da Cortona e i cortoneschi, Milano 2001, pl. LXXII, n°119.

Galerie Tarantino

Tableaux XVIIe siècle Louis XIV

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « CIRO FERRI (Rome, 1634 –1689) - L’Ange Gardien » présenté par Galerie Tarantino, antiquaire à Paris dans la catégorie Tableaux XVIIe siècle Louis XIV, Tableaux et dessins.