EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Charles Camoin (1879-1965) Coupe de fruits et vase de fleurs
Charles Camoin (1879-1965) Coupe de fruits et vase de fleurs - Tableaux et dessins Style Charles Camoin (1879-1965) Coupe de fruits et vase de fleurs - Galerie Delvaille Charles Camoin (1879-1965) Coupe de fruits et vase de fleurs -
Réf : 108937
42 000 €
Époque :
XXe siècle
Signature :
Charles Camoin (1879-1965)
Provenance :
France
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 65 cm X H. 54 cm
Tableaux et dessins Tableaux du XXe siècle - Charles Camoin (1879-1965) Coupe de fruits et vase de fleurs XXe siècle - Charles Camoin (1879-1965) Coupe de fruits et vase de fleurs  - Charles Camoin (1879-1965) Coupe de fruits et vase de fleurs
Galerie Delvaille
Galerie Delvaille

Mobilier français du XVIIIe siècle et Tableaux fin du XIXe début du XXe siècle


+33 (0)1 42 61 23 88
+33 (0)6 77 73 17 29
Charles Camoin (1879-1965) Coupe de fruits et vase de fleurs

Huile sur toile, signée en bas à gauche
Dimensions : H. 65 x L. 54 cm (avec cadre : H. 91 x L. 80)

Né en 1879 à Marseille, Charles Camoin fait partie de ces peintres essentiels qui ont marqué le basculement du XIXème au XXème siècle. Il fut très proche de Matisse, de Manguin et de Marquet, qu’il rencontra dans l’atelier de Gustave Moreau aux Beaux-Arts de Paris. Avec eux, il pris part en 1905 à la « Cage aux fauves » lors du Salon d’Automne. Cet artiste Fauve connaît rapidement le succès, exposant régulièrement dans les salons parisiens et européens. L’œuvre de Camoin, si elle favorise l’expression de la couleur, demeure toujours attachée à la transcription du motif et de ses variations lumineuses. Charles Camoin est de ce point de vue "le plus impressionniste des fauves", comme l’écrivait Bernard Dorival.

Camoin fut aussi en son temps le messager de la doctrine de Paul Cézanne. Il demeure en effet très marqué par sa rencontre avec le ...

Lire la suite

... maître d’Aix auquel il vouait la plus vive et la plus profonde admiration. Les liens étroits qu’il noue avec Cézanne et les lettres qu’il reçoit de lui marquent sa principale contribution à l’histoire de l’art de cette période. Du point de vue personnel, cette rencontre détermine pour longtemps l’originalité de l’art de Camoin qui tend à concilier la spontanéité du geste coloré à l’ordonnance du motif.

Après la guerre, Camoin partage sa vie entre son atelier de Montmartre et celui de Saint-Tropez où il s’installe en 1921, affirmant de plus en plus son goût pour une peinture sensuelle, voluptueuse et spontanée, empreinte de la présence de Renoir auquel il rend d’ailleurs visite en 1918. Il demeure toute sa vie attaché à ses thèmes de prédilection, paysages du Midi, portraits de femmes, natures mortes et nus.

« En tant que coloriste, j’ai toujours été et suis encore un fauve en liberté. » Charles Camoin.

Cette superbe nature morte nous plonge l’art Moderne de Camoin, qui se nourrit des plus grands peintres du postimpressionnisme. La composition est totalement Cézanienne, alors que le dessin extrêmement épuré nous plonge dans l’univers de Matisse. Dans cette œuvre emblématique, la puissance de la couleur est la véritable signature de Charles Camoin, son langage pictural. Comme il le disait lui-même après la fin stricto sensu du Fauvisme , Camoin a produit ici un tableau purement fauve.

Musées :
New York Metropolitan Museum of Art & Moma, Madrid Musée Thyssen-Bornemisza, Nice Musée des Beaux-Arts, Paris Musée national d’art moderne et Musée de Montmartre , …

Galerie Delvaille

Tableaux du XXe siècle