EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Cache-pot en porcelaine d'Imari, Japon et France circa 1880
Cache-pot en porcelaine d'Imari, Japon et France circa 1880 - Objet de décoration Style Cache-pot en porcelaine d'Imari, Japon et France circa 1880 - Tobogan Antiques Cache-pot en porcelaine d'Imari, Japon et France circa 1880 - Antiquités - Cache-pot en porcelaine d'Imari, Japon et France circa 1880
Réf : 100886
8 500 €
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
Japon - France
Materiaux :
Porcelaine, Bronze doré
Dimensions :
l. 52 cm X H. 42 cm
Objet de décoration Cassolettes, coupe et vase - Cache-pot en porcelaine d'Imari, Japon et France circa 1880 XIXe siècle - Cache-pot en porcelaine d'Imari, Japon et France circa 1880  - Cache-pot en porcelaine d'Imari, Japon et France circa 1880 Antiquités - Cache-pot en porcelaine d'Imari, Japon et France circa 1880
Tobogan Antiques
Tobogan Antiques

Mobilier et Objets d'art du XIXe siècle


+33 ( 0)1 42 86 89 99
Cache-pot en porcelaine d'Imari, Japon et France circa 1880

Japon (porcelaine) - France (monture)

Important cache-pot en porcelaine d’Imari à décor polychrome et doré de grues, carpe et lion dans des réserves, le tout sur un fond vermiculé bleu orné de chrysanthèmes. Belle monture ajourée en bronze ciselé et doré de style rocaille à décor de feuillages formant les anses et la base, reposant sur quatre pieds.

Biographie :
La porcelaine d’Imari est un style de céramique né vers 1600 dans la région d’Arita (???), cité de potiers de l’île de Ky?sh?, au Sud du Japon.
Selon la tradition, c’est un coréen du nom de Ri Sampei, installé dans la région, qui exploita un gisement de kaolin situé au pied de la colline de l’Izumiyama. Il réussit la fusion du kaolin, vers 1400 °C, pour obtenir de la porcelaine semblable à celle des Chinois mettant fin à un monopole qui était vieux de plus de sept siècles. Cette porcelaine se caractérise par un décor utilisant trois couleurs: le bleu de cobalt, le rouge de fer ...

Lire la suite

... et le fond blanc de la porcelaine, l’ensemble étant rehaussé d’or. Elle présente surtout des motifs floraux et a été appelée « Imari » du nom du port de l’île de Kyùshù, d’où elle était exportée, à quelques kilomètres d’Arita. Ce sont les difficultés d’approvisionnement en Chine (dues aux troubles politiques au XVIIe siècle) qui incitèrent les occidentaux à trouver d’autres sources de production et c’est ainsi que les Hollandais, avec leur Compagnie Orientale des Provinces-Unies, importèrent du Japon, les premiers Imaris.

Tobogan Antiques

Cassolettes, coupe et vase