EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Ange debout, Flandre vers 1450/60
Ange debout, Flandre vers 1450/60 - Sculpture Style Ange debout, Flandre vers 1450/60 - Kolhammer & Mahringer Fine Arts
Réf : 109834
18 800 €
Époque :
XIe au XVe siècle
Provenance :
Flandre
Materiaux :
Grès
Dimensions :
l. 21 cm X H. 60 cm X P. 15 cm
Sculpture Sculpture en pierre - Ange debout, Flandre vers 1450/60
Kolhammer & Mahringer Fine Arts
Kolhammer & Mahringer Fine Arts

Spécialisé dans les sculptures et les peintures de maîtres anciens


+43 676 4128888
Ange debout, Flandre vers 1450/60

Ange debout avec banderole
Flamand
Vers 1450/60

Grès
60 x 21 x 15 cm

Cette figurine de musée représente un ange debout, tenant une banderole dans la main droite et une petite boîte dans la gauche. Le personnage, à l’allure juvénile et sans âge, porte un manteau retenu devant la poitrine par une broche triangulaire d’aspect floral, sur une longue robe. Le regard de l’ange est dirigé vers l’avant, sa tête est légèrement inclinée vers la gauche. Le visage allongé est travaillé plastiquement : les grands yeux en amande, aux paupières supérieure et inférieure accentuées, sont ouverts avec vigilance et des sourcils aux arêtes vives débouchent directement sur la racine du nez. Le nez droit au-dessus de la bouche prononcée complète le visage idéalisé et ovale de l’ange et son expression calme et intériorisée. Mais ce qui est particulièrement remarquable, ce sont les boucles, qui ne sont que partiellement maîtrisées par un simple bandeau. Comme ...

Lire la suite

... gonflés par le vent, les cheveux aux mèches parfois parallèles, parfois sauvagement torsadés et richement bouclés, se détachent de manière dynamique des oreilles. La tête inclinée avec ces ondulations de cheveux sur les côtés donne ainsi une impression immédiate de mouvement. Le caractère corporel de la sculpture est particulièrement exprimé par ce mouvement organique, proche de la vie, de la chevelure détachée.

L’impression générale de vivacité de la figure est en outre renforcée par la banderole enroulée à plusieurs reprises que l’ange présente au spectateur. La surface de la main droite tendue vers l’avant a un effet à la fois intime et confidentiel, et mystique et révélateur. Cette banderole s’enroule en douces courbes devant le corps du personnage, fait un pli sur le deuxième attribut dans la main gauche de l’ange et retombe de manière relâchée. L’extrémité de la banderole, enroulée en volute, montre clairement la texture fine de la bannière et attire en même temps le regard du spectateur sur la petite boîte cubique que l’ange présente dans ses doigts étroits et longilignes. Le cube est orné d’un motif gothique à quatre passages que l’on retrouve souvent dans la mesure architecturale des fenêtres, mais qui était également volontiers utilisé pour décorer des coffrets et autres petits objets précieux. Les gestes amples dans la présentation des attributs suggèrent l’espace, en contraste avec les plis tubulaires à la base du cou et les drapés compliqués dans des parties plates et plusieurs fois superposées du vêtement. Les courbes douces des plis donnent l’impression que le vêtement est taillé dans un tissu lourd qui tombe en diagonale sur le devant et est placé dans plusieurs plis en cuvette sous la main droite.

Dans l’ensemble, l’œuvre sculpturale témoigne d’un savoir-faire artistique de très haut niveau, dont l’impression générale précieuse et représentative souligne la virtuosité de la sculpture. Les caractéristiques distinctives que l’on reconnaît ici se retrouvent dans des œuvres picturales comparables provenant d’Utrecht vers le milieu du 15e siècle, époque à laquelle l’art sculptural – en particulier la sculpture sur pierre – se distinguait par une qualité remarquablement élevée. Il convient de souligner le type de tête accentué d’Utrecht, avec un visage ovale allongé, des yeux en amande aux paupières lourdes et des touffes de cheveux denses et saillantes qui encadrent la tête. Par exemple, la figure est comparable à un chapiteau d’ange sur le côté est du jubé de la Joriskerk d’Amersfoort (province d’Utrecht) datant du deuxième quart du 15e siècle. Non seulement la physionomie et les cheveux, qui sont un peu plus horizontaux sur le côté dans l’exemple comparatif, mais aussi le bourrelet du vêtement au-dessus de la ceinture sont similaires. Des motifs encore plus proches, comme les plis de la cuvette habilement placés, se retrouvent sur la statue en calcaire de Ste. Agnès vers 1450 (Centraal Museum Utrecht 1788-003). En outre, les cheveux sont ici déployés en éventail sur les côtés de la tête, de manière similaire à la coiffure. Il en va de même pour l’image du manteau protecteur d’une sainte. Sainte Ursule vers 1460-70 en bois de chêne (Amsterdam Begijnhof, chapelle), dont les cheveux semblent « empilés » de manière uniforme autour de la tête. Cependant, dans l’exemple comparatif, la chevelure semble moins agitée et donc plus retenue ; les plis du bol semblent également plus profonds et plus anguleux que chez l’ange présenté ici. C’est pourquoi l’ange peut être situé stylistiquement entre Agnès et Ursule. Des œuvres plus tardives, par exemple une console d’ange portant un blason vers 1475 en bois de chêne (Ordre des chevaliers allemands, Bailliage d’Utrecht, Maison allemande), montrent des mèches de cheveux séparées et parallèles vers le bas, qui semblent déjà recouvertes de manière maniériste. De même, sur un fragment en calcaire d’un ange datant de 1480 environ (Leiden Stedelijk Museum de Lakenhal B145), les cheveux sont travaillés de manière plus uniforme et symétrique que sur l’ange présenté ici. On retrouve le même type de tête sur deux anges avec les Arma Christi en bois de chêne vers 1490 (Essen, collection Marks-Thomée), les cheveux dépassant déjà largement en volume le visage de petite taille et la draperie étant beaucoup plus anguleuse.

L’ange renvoie à l’art de la sculpture d’Utrecht vers le milieu du 15e siècle par le choix du médium de la pierre, par la réalisation de la draperie aux courbes douces et par la représentation du type de tête caractéristique. La figure provient très probablement d’un important atelier d’Utrecht qui, à cette époque, créait des représentations ludiques et animées avec des coiffures variées et naturalistes, qui seront reprises, avec des modifications, non seulement par les sculpteurs du gothique tardif d’Utrecht, mais aussi par des sculpteurs d’autres régions, comme par exemple Jan Borman, important maître sculpteur flamand du gothique tardif ou de la Renaissance néerlandaise de Bruxelles.

Kolhammer & Mahringer Fine Arts

Saint Jean
Saint Jean

12 800 €

Sculpture en pierre