EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Allégorie des quatre éléments - Entourage de Jan Brueghel et H. van Balen - XVIIe
Allégorie des quatre éléments - Entourage de Jan Brueghel et H. van Balen - XVIIe - Tableaux et dessins Style Allégorie des quatre éléments - Entourage de Jan Brueghel et H. van Balen - XVIIe - Antiquités Promenade Allégorie des quatre éléments - Entourage de Jan Brueghel et H. van Balen - XVIIe - Antiquités - Allégorie des quatre éléments - Entourage de Jan Brueghel et H. van Balen - XVIIe
Réf : 69282
VENDU
Époque :
XVIIe siècle
Materiaux :
Huile sur cuivre
Dimensions :
l. 49 cm X H. 43 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIe siècle - Allégorie des quatre éléments - Entourage de Jan Brueghel et H. van Balen - XVIIe XVIIe siècle - Allégorie des quatre éléments - Entourage de Jan Brueghel et H. van Balen - XVIIe  - Allégorie des quatre éléments - Entourage de Jan Brueghel et H. van Balen - XVIIe Antiquités - Allégorie des quatre éléments - Entourage de Jan Brueghel et H. van Balen - XVIIe
Antiquités Promenade
Antiquités Promenade

Mobilier et Objets d'Art de la Haute Epoque au XVIIIe


+33 (0)1 39 78 73 92
+33 (0)6 64 42 84 66
Allégorie des quatre éléments - Entourage de Jan Brueghel et H. van Balen - XVIIe

Notre précieux huile sur cuivre a pour sujet un thème fréquemment traité au XVIIe siècle, l'allégorie des quatre éléments qui composent l'univers: l'air, l'eau, le feu et la terre.
Exécuté par un élève ou collaborateur de Hendrick Van Balen et Jan Brueghel l'Ancien, les quatre éléments représentés allégoriquement sont personnifiés par des enfants exposant les attributs des quatre règnes de la nature.

Les nombreuses variantes de ce sujet ont été exécutées par Jan Brueghel l'Ancien en collaboration avec Hendrick Van Balen qui peignait les figures. Ce thème favori et sans cesse répété par Jan Brueghel et son atelier, a été choisi pour la première fois en 1604. La série initiale (comprenant quatre tableaux) a été exécutée en 1607. La terre et l’air sont aujourd’hui conservés au Musée du Louvre, l’eau et le feu à la pinacothèque Ambrosienne à Milan.
Dans cette serie les quatre éléments sont personnifiés par des déesses ou des jeunes femmes.

Notre artiste contrairement à ces versions met en avant les quatre éléments représentés par des enfants évoquant ainsi l'innocence et la pureté de la nature.

Les quatre enfants réunis au cœur d'un paysage luxuriant sont munis chacun de leur attribut. Joufflus, potelés et espiègles ils sont fiers d'exposer l'abondance et la variété de ressources offertes par la nature. La fille au manteau rouge porte dans ses bras une corne d'abondance remplie de fleurs et fruits. La fille à gauche au manteau bleu vert, coiffée d'un chignon, lève ses mains vers le ciel après avoir lâché des oiseaux aux plumages multicolores, une autre fillette est assise sur une conque d'où s’échappent des poissons et une anguille. Le garçon au manteau jaune aux cheveux blonds bouclés est sagement assis et se réchauffe à la flamme du brasero.

Les richesses de la terre sont mises en avant avec de magnifiques fleurs qui poussent autour des enfants, les feuillages peints avec précision, le rosier sauvage dont les épines et les pétales sont très finement exécutés, la vigne aux grappes de raisins aux reflets métalliques.

Notre artiste s'efforce à peindre les splendeurs de la nature avec un réalisme remarquable et s'applique avec minutie à rendre les fruits, la végétation, les oiseaux et les animaux marins les plus réels possible. Le paysage est savamment exécuté en utilisant le dégradé des bruns, des bleus et de verts afin de structurer la composition sur plusieurs plans et donner de la profondeur au tableau en créant une ouverture vers l’horizon lointain, où on peut apercevoir un village.

Bien entendu ce sujet de prédilection des peintres du début du XVIIe siècle demande une maîtrise de plusieurs genres: les figures humaines, la nature morte ainsi que le paysage. Cette complexité est aussi à l'origine des commandes incessantes de clients riches et instruits, qui recherchent des représentations allégoriques de l'univers pour orner leur salons, cabinets de curiosité ou des studiolos.

Notre tableau comme dit plus haut diffère des représentations habituelles mettant en avant les jeunes femmes, au profit des enfants, et reste une oeuvre rare. Néanmoins une version très similaire à notre peinture (huile sur chêne 28,3 x 40.8 cm) se trouve au musée des Beaux Arts de Bratislava en Slovaquie, presentée en tant que collaboration entre Hendrick van Balen et Jan Brueghel l'ancien, elle est datée entre 1608 et 1616.

Un élément curieux de notre recherche, dans la galerie du collectionneur anversois Cornelius van der Gees (1575-1638), peinte par Willem van Haecht en 1628, nous retrouvons à gauche coté fenêtre, une allégorie des quatre éléments très similaires à notre peinture (avec des enfants) dans un format légèrement différent.

Le charme que dégage notre oeuvre associé à la finesse et la précision de son exécution en font un magnifique exemple du savoir-faire, de la polyvalence et de la richesse de l'imagination des artistes de l'école Anversoise du début du XVIIe siècle.

Notre peinture est présenté dans un élégant et sobre cadre en bois noirci.
Dimensions: encadré: h. 43 cm, l. 49 cm, la vue: h. 27 cm, l. 33,5 cm

Hendrick Van Balen, peintre flamand, né et mort à Anvers (1575-1632). Elève d'Adam Van Noort, il entra en 1593 dans la guilde de Saint-Luc, se forma plus tard en Italie et fut le premier maître de Van Dyck. Il a souvent peint de petits personnages tirés de scènes de la Bible ou de la mythologie classique, sur des tableaux dont Josse de Momper ou les Brueghel peignaient les fonds et les paysages.

Jan Brueghel l'Ancien (Bruxelles, 1568 – Anvers, 1625) surnommé Brueghel de Velours en raison de la facture veloutée de ses œuvres, appartient à une dynastie de peintres, dont le plus célèbre est son père, Pieter dit l’Ancien (vers 1525 - Bruxelles, 1569). Initié à l’art de la miniature et de l’aquarelle par sa grand-mère, Jan Brueghel se forme à la peinture à l’huile dans l’atelier du peintre anversois Pieter Goetkint. Vers 1590, il voyage en Italie où il noue des relations avec le cardinal Federico Borromeo, fondateur de la bibliothèque Ambrosienne à Milan. Ce dernier devient son fidèle mécène. De retour en 1596, Jan Brueghel s’établit à Anvers où il connaît un succès européen. Il se spécialise dans les paysages allégoriques ainsi que dans les bouquets de fleurs très prisés par la bourgeoisie flamande de l’époque. En 1609, il est nommé peintre de la cour de l’archiduc Albert et de l’Infante Isabelle d’Autriche. Pour de nombreuses peintures, il collabore avec d’autres artistes tels Pierre-Paul Rubens, Sébastien Vrancx et Hendrick van Balen.

Antiquités Promenade

Tableaux XVIIe siècle