EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Portrait du Duc de Penthièvre, par J.B Charpentier le vieux vers 1780
Portrait du Duc de Penthièvre, par J.B Charpentier le vieux vers 1780 - Tableaux et dessins Style Louis XVI Portrait du Duc de Penthièvre, par J.B Charpentier le vieux vers 1780 - Baptiste & Lenté Portrait du Duc de Penthièvre, par J.B Charpentier le vieux vers 1780 - Louis XVI Antiquités - Portrait du Duc de Penthièvre, par J.B Charpentier le vieux vers 1780
Réf : 78702
18 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Jean Baptiste Charpentier le vieux (1728-1806)
Provenance :
France
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 116 cm X H. 133 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIIe siècle - Portrait du Duc de Penthièvre, par J.B Charpentier le vieux vers 1780 XVIIIe siècle - Portrait du Duc de Penthièvre, par J.B Charpentier le vieux vers 1780 Louis XVI - Portrait du Duc de Penthièvre, par J.B Charpentier le vieux vers 1780 Antiquités - Portrait du Duc de Penthièvre, par J.B Charpentier le vieux vers 1780
Baptiste & Lenté
Baptiste & Lenté

Mobilier et objets d'art du 16e au 19e siècle


+33 (0)6 45 88 53 58
+33 (0) 6 64 42 84 66
Portrait du Duc de Penthièvre, par J.B Charpentier le vieux vers 1780

Grand portrait à mi-jambe représentant le Duc de Penthièvre Louis-Jean-Marie de Bourbon (1725-1793)

Vêtu d’une cuirasse, il arbore l’ordre de la toison d’or et l’ordre du St Esprit et tient dans sa main droite son bâton de commandement fleurdelisé.
Devant lui repose son casque surmonté d’un dragon et son manteau doublé d’hermines, symbole de son titre de gouverneur de Bretagne.
A l’arrière plan on peut apercevoir deux vaisseaux de guerres sur une mer déchainée qui symbolisent son titre de grand amiral de France.

Trés beau cadre d’origine en bois de chêne finement sculpté de frises de perles et raies de coeur et doré à la feuille.

Sur le cadre un petit cartouche nomme le personnage « L.J. Marie de Bourbon Duc de Penthièvre 1725-1793 , donné par lui même ».

Travail d’époque Louis XVI vers 1780 attribuable au peintre parisien Jean Baptiste Charpentier le vieux (1728-1806).


Etiquette de provenance : « Cte Gabriel des ...

Lire la suite

... Courtils »

Notre étiquette renvoie probablement au Comte Gabriel des Courtils de Merlemont (1897-1973) propriétaire du chateau de Bouconvilliers dans l’Oise.
Ses aïeux furent d’importants militaires de la marine française, notamment Jean Charles, capitaine de frégate, tué en 1702 au large du Portugal et son neveu Louis, lieutenant dans la marine qui périt en 1747 à la bataille de Lawfeld .
Le tableau fût probablement donné par le Duc à la famille de Louis René qui fût nommé comte par le roi Louis XVI et grand bailli d’épée de la province du Beaujolais. 

Dimensions :


Cadre : Hauteur : 133 cm ; Largeur : 106 cm

Toile : Hauteur : 116 cm ; Largeur : 89 cm

Notre avis :

Le tableau que nous présentons est un émouvant témoignage de la générosité du Duc de Penthièvre.
Grand mécéne et plus grosse fortune de son époque, le petit fils de Louis XIV a embauché Jean Baptiste Charpentier comme peintre officiel à partir de 1760.
Ce dernier était chargé de réaliser les nombreux portraits officiels du prince, d’après un modèle standart avec une posture qui variera trés peu durant toute la vie du Duc.
La première version semble être un portrait de Jean Marc Nattier réalisé après la bataille de Fontenay en 1745.
Ces tableaux étaient soit destinés à être accroché dans les différentes résidences ou bâtiments ou le Duc faisait autorité, soit à être offert, comme c’est le cas pour notre toile.
Notre oeuvre n’est pas un cas isolé, d’autres portraits offerts sont connus, en buste, en pied ou à mis-jambes comme notre modèle :

Musée du chateau de Versailles, « donné par son altesse sérénissime/ Monseigneur de Duc de Penthièvre » N° Inv MV55.
Musée de Sceaux
Musée de Vernon
Hotel de Ville de Tréport
Hotel de ville de Crécy la Chapelle
Musée des beaux arts de Rennes
Musée des beaux arts de Tours, pour un portrait provenant du chateau d’Amboise
Hospice de St Jacques des Andélys

Ou encore en vente publique avec un trés beau portrait en pied et un cadre aux armes de France et la mention donné par SAS le Duc de Penthièvre à l’abbé de Clairvaux en 1787.
-Vente Christies paris 3 Mai 2016, lot 11 (63 900 euros).


Louis-Jean-Marie de Bourbon (1725-1793)
Fils unique de Louis Alexandre de Bourbon (1678-1737), comte de Toulouse, et de la duchesse Marie Victoire de Noailles, Louis Jean Marie de Bourbon fut nommé amiral de France en survivance le 1er décembre 1734 et gouverneur et lieutenant général de Bretagne en survivance le 31 décembre 1736.
Il hérita des charges civiles et militaires de son père en décembre 1737, à savoir Amiral de France, gouverneur de Bretagne et Grand Veneur de France.
Il épouse Marie Thérèse Félicité d'Este-Modène (1726-1754), fille du duc François III de Modène et de la duchesse née Charlotte-Aglaé d'Orléans (1700-1761), elle-même fille du Régent.
Le mariage eut lieu en 1744 et fut très heureux. Il donna le jour à une nombreuse postérité :
Louis Marie de Bourbon (né en 1746, mort en bas âge) ;
Louis Alexandre de Bourbon (1747-1768), prince de Lamballe, époux de Marie-Louise de Savoie-Carignan (1749-1792), l'amie de la reine Marie-Antoinette ;
Jean Marie de Bourbon (1748-1755), duc de Chateauvillain ;
Vincent Marie Louis de Bourbon (1750-1752), comte de Guingamp ;
Marie Louise de Bourbon (1751-1753) ;
Louise Marie Adélaïde de Bourbon (1753-1821), dite « Mademoiselle de Penthièvre », mariée à Philippe, duc d'Orléans (1747-1793) ;
Louis Marie Félicité (né et mort en 1754).
Il fut fait maréchal de camp le 2 juillet 1743 puis lieutenant général le 2 mai 1744, chevalier de l'Ordre de la Toison d'or le 27 janvier 1740 puis chevalier de l'Ordre du Saint-Esprit le 1er janvier 1742.
Très affecté par la mort de sa femme en 1754, par celle de son seul fils survivant en 1768, par l'assassinat de sa belle-fille, la princesse de Lamballe (1792) et par la mort du roi votée par son gendre le duc d'Orléans (1793), le duc de Penthièvre mena une vie retirée, mélancolique, absorbé par la dévotion et la charité.
Bon et doux, il mourut dans son lit en son château de Bizy, en Normandie en 1793, jouissant d'une certaine popularité alors que la révolution faisait rage et que la première République française venait d'être proclamée. Son corps fut enterré à Dreux (clandestinement) mais les révolutionnaires profanèrent les tombes le 29 novembre 1793, 8 mois après sa mort, et les corps furent jetés dans une fosse commune.
Il faudra attendre 1816 pour reconstruire la chapelle des Orléans, où il sera transféré. Sa principale passion était sa collection de montres, qu'il aimait à régler et réparer lui-même.
La fortune du duc de Penthièvre 
Le duc de Penthièvre recueillit l'énorme patrimoine foncier des enfants du duc du Maine, le prince de Dombes (mort en 1755) et le comte d'Eu (mort en 1775), comprenant les châteaux de Sceaux, Anet, Aumale, Dreux, Gisors. D'après l'ouvrage "La fortune disparue du roi Louis-Philippe" de Jacques Bernot et Jean-Pierre Thomas, ses revenus annuels étaient évalués à 6 millions de livres, soient 17 millions d'euros, ce qui faisait de lui l'un des hommes les plus riches d'Europe.
Il passait beaucoup de temps au château de Rambouillet, où il était né et dont il fit embellir les jardins en les mettant à la mode du temps.
En décembre 1783, il dut le céder à Louis XVI, qui voulait un vaste domaine de chasse dans la forêt des Yvelines et trouvait son château de Saint-Hubert trop exigu.
En quittant le domaine où il était né et qu'il avait tant aimé, le duc de Penthièvre emportait les neuf cercueils de son père, de sa mère, de sa femme et de ses six enfants, qu'il alla déposer dans sa propriété de Dreux : c'est l'origine de la chapelle royale de Dreux, nécropole familiale des Orléans.
En contrepartie, il racheta à la duchesse de Choiseul le magnifique château de Chanteloup, près d'Amboise et le roi contraignit le banquier Jean-Joseph de Laborde à lui céder, en 1784, son splendide château de La Ferté-Vidame.
Ceux-ci furent saisis comme biens nationaux à sa mort en 1794.
Le duc possédait en outre les châteaux de Blois, Amboise et Châteauneuf-sur-Loire, ainsi que l'Hôtel de

Baptiste & Lenté

Tableaux XVIIIe siècle Louis XVI

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Portrait du Duc de Penthièvre, par J.B Charpentier le vieux vers 1780 » présenté par Baptiste & Lenté, antiquaire à Paris dans la catégorie Tableaux XVIIIe siècle Louis XVI, Tableaux et dessins.