EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Pendule à complications dite aux Maréchaux, Paris vers 1785
Pendule à complications dite aux Maréchaux, Paris vers 1785 - Horlogerie Style Louis XVI Pendule à complications dite aux Maréchaux, Paris vers 1785 - Baptiste & Lenté Pendule à complications dite aux Maréchaux, Paris vers 1785 - Louis XVI Antiquités - Pendule à complications dite aux Maréchaux, Paris vers 1785
Réf : 79324
28 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Moliens à Paris
Provenance :
France
Materiaux :
Bronze ciselé et doré
Dimensions :
l. 65 cm X H. 50 cm X P. 16 cm
Horlogerie Pendule - Pendule à complications dite aux Maréchaux, Paris vers 1785 XVIIIe siècle - Pendule à complications dite aux Maréchaux, Paris vers 1785 Louis XVI - Pendule à complications dite aux Maréchaux, Paris vers 1785 Antiquités - Pendule à complications dite aux Maréchaux, Paris vers 1785
Baptiste & Lenté
Baptiste & Lenté

Mobilier et objets d'art du 16e au 19e siècle


+33 (0)6 45 88 53 58
+33 (0) 6 64 42 84 66
Pendule à complications dite aux Maréchaux, Paris vers 1785

Importante pendule « l’étude et la philosophie »* en marbre et bronze à triple patines, noire, dorée matte et brillante.
Le large socle en marbre blanc à décor de guirlandes de fleurs, frises de perles et grattoirs est orné d’un bas relief en bronze qui est une allégorie de la musique d’après Clodion.
Il repose sur six pieds toupies en bronze doré.
Sur le socle deux personnages assis sont adossés à une borne et se tournent le dos.
L’homme est entrain de graver un portrait au stylet tandis que la jeune fille lit le traité de peinture et de sculpture de Voltaire qui est signé 1760.
Sur la borne un petit bas relief en bronze finement ciselé et doré symbolise les arts et les sciences, au dessus se tient un aigle perché sur un foudre dans des nuées.
Au milieu de la borne le cadran émaillé blanc à chiffres arabes est signé Moliens* à Paris.

Mouvement d’origine à quantième à grandes complications , avec cinq aiguilles pour les heures, les ...

Lire la suite

... minutes, les jours du mois, les jours de la semaine et les signes du Zodiaque.
Suspension à fil de soie, parfait état de marche, révisé par notre horloger.

Trés belle dorure d’origine.

Travail Parisien d’époque Louis XVI vers 1785-1790.

Dimensions :

Hauteur : 50 cm ; Largeur : 65cm ; Profondeur : 16 cm


« Molliens à Paris » :
Cette signature correspond à Louis-François-Amable Molliens, horloger dont l’atelier était mentionné successivement rue Saint-Honoré vers 1800, puis passage du Grand-Cerf entre 1806 et 1815 (voir Tardy, Dictionnaire des horlogers français, Paris, 1971, p.469). Il connut une importante notoriété et quelques pendules portant sa marque son citées chez certains grands amateurs de la capitale dans les dernières années du XVIIIe ou les premières décennies du siècle suivant ; en effet, relevons particulièrement que des horloges signées Molliens sont décrites dans l’inventaire après décès de Charles-Louis de Reconseille et dans celui du célèbre maréchal de Napoléon : Louis-Alexandre Berthier prince de Wagram.


Pendule « l’étude et la philosophie » :

Appelé originellement pendule à « l’étude et la philosophie », ce modèle, réalisé par le marchand mercier Daguerre, a été exécuté par le bronzier François Rémond dans les années 1785, avec des figures originellement créées par Boizot pour la Manufacture de Sèvres.
Ces pendules conçues à la veille de la révolution, ornaient les châteaux royaux et furent saisies comme biens nationaux.
Ornées d’un aigle perché sur un éclair (Jupiter), ce modèle à la taille imposante et symbolisant parfaitement l’empire intéressa Napoléon qui le fit réquisitionner.
Il offrit une pendule de ce type à chacun de ses maréchaux.
Dés lors cette pendule fut surnommée « la pendule aux Maréchaux » et connue un fort succès , avec de nombreuses répliques dans le gout de l’empire, marbre rouge ou vert etc …

On connaît plusieurs exemplaires d’époque Louis XVI, avec des variantes, conservées notamment au Palais de l'Élysée, au Ministère des Affaires Étrangères, au château de Versailles, au Quirinal à Rome, au Victoria & Albert Museum à Londres ou au Palais de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg.

Bibliographie : Pierre Verlet, "Les bronzes dorés français du XVIIIe siècle", Paris, 1987, p. 322. Hans Ottomeyer, "Vergoldete Bronzen" Munich, 1986, Tome 1, p. 295. Archives Nationales O1 3510.

Notre avis :

La pendule que nous présentons n’est pas une énième réplique d’époque empire mais fait partie des rares modèles conçus à la fin du règne de Louis XVI vers 1785-1790.
Elle présente une caractéristique assez rare avec une base en marbre galbée en concave pour accentuer l’effet de grandeur.
Son mouvement d’origine à grandes complications est aussi un gage de qualité.
Enfin les inventaires anciens nous apprennent que le prince de Wagram, le maréchal Berthier possédait plusieurs pendules au nom de cet horloger.
Nous ne pouvons l’affirmer avec certitude mais il est fort possible que la pendule que nous présentons soit la pendule offerte par l’empereur à son maréchal.

Baptiste & Lenté

Pendule Louis XVI

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Pendule à complications dite aux Maréchaux, Paris vers 1785 » présenté par Baptiste & Lenté, antiquaire à Paris dans la catégorie Pendule Louis XVI, Horlogerie.