EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Cesare Saccaggi (1868 - 1934) -  A Babilonia (ou Semiramide)
Cesare Saccaggi (1868 - 1934) -  A Babilonia (ou Semiramide) - Tableaux et dessins Style Art nouveau Cesare Saccaggi (1868 - 1934) -  A Babilonia (ou Semiramide) - Phidias Antiques Cesare Saccaggi (1868 - 1934) -  A Babilonia (ou Semiramide) - Art nouveau Antiquités - Cesare Saccaggi (1868 - 1934) -  A Babilonia (ou Semiramide)
Réf : 95874
380 000 €
Époque :
XXe siècle
Signature :
Cesare Saccaggi (1868 - 1934)
Provenance :
Italie
Materiaux :
Huile sur toile, or et pierres précieuses
Dimensions :
l. 140 cm X H. 240 cm
Tableaux et dessins Tableaux du XXe siècle - Cesare Saccaggi (1868 - 1934) -  A Babilonia (ou Semiramide) XXe siècle - Cesare Saccaggi (1868 - 1934) -  A Babilonia (ou Semiramide) Art nouveau - Cesare Saccaggi (1868 - 1934) -  A Babilonia (ou Semiramide) Antiquités - Cesare Saccaggi (1868 - 1934) -  A Babilonia (ou Semiramide)
Phidias Antiques
Phidias Antiques

Peinture et sculpture européennes du XIXe siècle


+39 3358125486
+39 3471422471
Cesare Saccaggi (1868 - 1934) - A Babilonia (ou Semiramide)

CÉSARE SACCAGGI (Tortone 1868 - 1934)
Vers Babylone (ou Sémiramis)
Vers 1905
huile sur toile avec or et pierres de couleur, 240 x 140 cm

signé en bas à droite : Saccaggi


Provenance: collection privée, Turin

Des expositions:
1993, Turin, Lingotto Fiere, Biennale des Antiquités "Art Ancien"; 1998-1999, Stupinigi (Turin), Palazzina di Caccia, Les orientalistes italiens. Cent ans d'exotisme 1830-1940, n. 107 ; 2008, Tortone, Palais Guidobono, Cesare Saccaggi. Entre Eros et Pan, n. 44

Bibliographie:
A. Dragone, au XIXe siècle. Chroniques de l'art italien du XIXe siècle, n. 18, Milan 1989, p. 279, pl. III; Sous-main F., Cesare Saccaggi. Notes pour une biographie, in Cesare Saccaggi 1868-1934, édité par M. Galli et F. Sottomano, catalogue de l'exposition (Canelli, Galleria "La Finestrella", 7-31 décembre 1996), Santo Stefano Belbo 1996, p.n.n .; P. Lodola, dans Les Orientalistes italiens. Cent ans d'exotisme 1830-1940, édité par R. Bossaglia, catalogue ...

Lire la suite

... d'exposition (Stupinigi, Palazzina di Caccia, 13 septembre 1988 - 6 janvier 1999), Venise 1998, pp. 81, 203, 209 ; Cesare Saccaggi. Un peintre « international » aux multiples facettes 1868-1940, édité par V. Basiglio, R. Billotta, M. Ferretti, Tortona 2000, pp. 17-18, 26, 78-79, 92, 99 ; P. Dragone, peintres du XIXe siècle dans le Piémont. Art figuratif et culture 1865-1895, Gênes 2003, p. 362 ; L. Giachero, dans Cesare Saccaggi. Tra Eros e Pan, édité par M. Galli, M. Bonadeo et L. Giachero, catalogue d'exposition (Tortona, Palazzo Guidobono, 13 décembre 2008 - 8 mars 2009), Turin 2008, n. 44, p. 171-172.

« La nature m'a donné un corps de femme, mais mes actions m'ont rendue égale aux hommes les plus vaillants. J'ai gouverné l'empire de Nino qui à l'est atteint la rivière Inamene, au sud le pays de l'encens et de la myrrhe, au nord la Scythie et la Sogdiane. Avant moi, aucun Assyrien n'avait jamais vu la mer, j'en ai vu quatre, que personne n'avait jamais atteintes parce qu'elles étaient trop loin. J'ai forcé les rivières à couler où je voulais et je les ai canalisées là où elles étaient utiles : j'ai fertilisé la terre aride en l'irriguant avec leurs eaux. J'ai érigé des forteresses imprenables, j'ai percé des montagnes infranchissables avec des pioches pour faire des routes. J'ai procuré des routes à mes chars, où même les bêtes féroces ne s'étaient jamais avancées. Et au milieu de toutes ces occupations, je trouvais du temps pour mes plaisirs et mes amours ».

(Polieno, Stratagemata, cité dans G. Giorello, Lussuria. La passion du savoir, Bologne 2010, p. 67)

Le mythe de Sémiramis trouve ses racines dans l'Antiquité tardive. L'historiographie, la religion, l'art et la littérature ont contribué à transmettre des légendes différentes et contradictoires liées à sa figure au cours des siècles : certains la reconnaissent comme la souveraine assyrienne éclairée Shammuramat - épouse du roi Shamshi-Adad V et régente de son fils Addu-Nirari III -, à qui l'on doit la réalisation des jardins suspendus de Babylone ; pour d'autres Semiramis est la fille d'une nymphe, abandonnée dans le désert puis nourrie par des colombes - la "fille de l'air", selon Calderón de la Barca et Carlo Gozzi - ; pour d'autres, elle est encore la fille de la déesse Derceto et du Caistro syrien, mariée d'abord à Onne, puis au roi Nino, avec qui elle eut un fils qui, selon la tradition, devenu adulte, la chassa du trône et l'a tuée. Pendant son règne, Sémiramis a conquis la Mésopotamie, l'Égypte et l'Éthiopie. Hérodote et Diodore de Sicile parlent d'elle comme d'une grande et bonne souveraine : le second d'elle ne lui attribue pas l'idée des jardins suspendus de Babylone mais la construction d'autres édifices, dont les sept murailles d'Ecbatane. Au Moyen Âge, selon le texte de Paolo Orosio [i], Sémiramide compte parmi les plus licencieux des puissants, aux côtés de Cléopâtre et de Zénobie de Palmyre. Symbole païen de l'amour incestueux, Dante le place dans le second cercle de l'Enfer, peuplé de lubriques.

Cette richesse narrative a fasciné de nombreux librettistes d'opéra et de théâtre au cours des siècles : au XVIIIe siècle, en particulier, un grand nombre de textes circulent, de Francesco Silvani à Pietro Metastasio, de Giacomo Meyerbeer à Gioacchino Rossini. La source littéraire de toutes ces œuvres est la tragédie de Voltaire Sémiramis, représentée pour la première fois à la Comédie Française de Paris le 29 août 1748 et diffusée en italien dans la traduction de 1772 par Melchiorre Cesarotti. la figure de Sémiramide commence à être réévaluée sur le plan artistique. En 1860, Degas la représente en habits anciens en admirant les travaux de construction de la ville de Babylone (Paris, musée d'Orsay). Le thème, entrelacé de luxure et de sang, est ensuite repris plus fréquemment par des artistes liés au climat de décadence. C'est le cas, par exemple, de Cesare Saccaggi dans les œuvres duquel il tente de faire revivre le monde intemporel du mythe, qui à la fin du XIXe siècle redécouvre l'Olympe perdu dans les terres d'Europe. Les dieux déchus reviennent ainsi raconter leurs amours, les héros revivent leurs exploits, les hommes accompagnent de chants la renaissance d'un âge d'or rêvé et rassurant. Cependant, le charme de l'art de Saccaggi réside aussi dans sa capacité à conduire - comme par magie - à un lieu où les sens enchantés, transhumanisés dans leur plénitude, ont créé un monde de figures incorruptibles et harmonieuses, qui ont aussi des racines dans ce qu'elles ont de plus profonde expérience physiologique. Mais c'est un monde sans fissures, sans communications avec le monde extérieur, en dehors de ces racines obscures et secrètes. Les personnages mythiques de Saccaggi ne sont pas ceux calmes et narratifs du monde antique ; au contraire, ce sont les mythes d'un artiste moderne, nés d'une inspiration agitée et complexe, parfois même obscure. Dans ce monde poétique, ardent et fini, notre réalité n'entre même pas comme un pressentiment ou un souvenir, elle est simplement ignorée.

En témoigne le prodigieux A Babilonia de 1905, où les suggestions archéologiques et théâtrales coexistent en parfaite symbiose avec celles de la société élégante de l'époque et de ses protagonistes les plus excentriques, comme la « divine » marquise Casati, qui, comme ce Sémiramide, était habituel de se montrer en public avec un léopard en laisse. La volonté de sollicitations sensorielles née de la figure - toute voluptueuse - de la reine babylonienne se jette ici dans la manifestation ouverte du plaisir amoureux ; un plaisir profondément sensuel, qui se répercute dans l'environnement environnant dominé par le simulacre colossal du taureau ailé, identique à celui néo-assyrien du Palais de Sargon II à Korsabad, admiré par Saccaggi au Louvre lors de son séjour à Paris (1900 -1905). L'artiste nous la présente comme une jeune femme - déliquescente dans sa substance musicale - suspendue dans une joie de vivre, dans un sentiment de plaisir charnel absolu qui

Conditions générales de livraison :


à convenir avec le client en fonction de l'objet et du lieu de destination

Phidias Antiques

XVIIIe siècle
Pendule squelette d'Epoque Directoire
Pendule squelette d'Epoque Directoire

24 000 €

Tableaux du XXe siècle Art nouveau

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Cesare Saccaggi (1868 - 1934) - A Babilonia (ou Semiramide) » présenté par Phidias Antiques, antiquaire à Reggio Emilia dans la catégorie Tableaux du XXe siècle Art nouveau, Tableaux et dessins.