EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Paire de vitrines attribuées à J.-E. Zwiener et L. Messagé, France circa 1885
Paire de vitrines attribuées à J.-E. Zwiener et L. Messagé, France circa 1885 - Mobilier Style Paire de vitrines attribuées à J.-E. Zwiener et L. Messagé, France circa 1885 - Tobogan Antiques Paire de vitrines attribuées à J.-E. Zwiener et L. Messagé, France circa 1885 - Antiquités - Paire de vitrines attribuées à J.-E. Zwiener et L. Messagé, France circa 1885
Réf : 102296
35 000 €
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Bois de violette, Bronze doré, Marbre
Dimensions :
l. 145 cm X H. 150 cm X P. 44 cm
Mobilier Bibliothéque, vitrine - Paire de vitrines attribuées à J.-E. Zwiener et L. Messagé, France circa 1885 XIXe siècle - Paire de vitrines attribuées à J.-E. Zwiener et L. Messagé, France circa 1885  - Paire de vitrines attribuées à J.-E. Zwiener et L. Messagé, France circa 1885
Tobogan Antiques
Tobogan Antiques

Mobilier et Objets d'art du XIXe siècle


+33 ( 0)1 42 86 89 99
Paire de vitrines attribuées à J.-E. Zwiener et L. Messagé, France circa 1885

Rare paire de vitrines d’inspiration Louis XV de forme mouvementée et galbée sur les côtés, en placage de bois de violette et bronze doré. Vitrées de toutes faces, elles ouvrent à deux portes à encadrement feuillagé en bronze doré et ciselé de style rocaille. Reposant sur quatre pieds galbés se terminant par des pattes de lion, l’ensemble est recouvert d’un plateau de marbre en « brèche de Benou. » Ce modèle a très probablement été dessiné par L. Messagé.

Biographie :
Joseph-Emmanuel Zwiener, né en Allemagne en 1849, s’installe rue de la Roquette en 1880 où ses ateliers exécutent une grande quantité de meubles. Il copie presque tous les styles, du “Boulle” au “Louis XVI”, en passant par des extraordinaires interprétations très personnelles d’un style Louis XV exubérant. Il participe à l’Exposition Universelle de Paris en 1889, où il obtient une médaille d’or pour avoir présenté une remarquable copie du meuble « le plus ...

Lire la suite

... célèbre du monde », le bureau du roi Louis XV, œuvre de Riesener et d’Oeben. Le catalogue de l’Exposition fait à ce sujet un très bel éloge de son travail le qualifiant de « parfait ». A l’instar de François Linke, autre célèbre ébéniste de cette époque, Zwiener fit modeler la plupart de ses bronzes, jugés de facture tout à fait supérieure, par Léon Messagé.

Léon Messagé, ornemaniste et dessinateur, privilégie dans ses dessins d’ornements, l’asymétrie rocaille telle qu’elle figure dans les recueils d’ornemanistes, tels Nicolas Pineau ou J. A. Meissonnier, dans la première moitié du XVIIIème siècle. Cependant, Léon Messagé ne se contente pas de copier ses prédécesseurs. Il fait preuve d’originalité, voire d’extravagance, comme le montrent certains des dessins que l’on trouve dans son ouvrage « Cahier des Dessins et Croquis style Louis XV ». Il travaille en réalisant de très nombreux dessins sur papier gris, avant de passer à l’exécution d’un modèle réduit ou grandeur nature en relief, en cire ou en terre cuite. Dès 1885, Léon Messagé collabore avec deux importants fabricants de meubles parisiens : Joseph-Emmanuel Zwiener et François Linke. François Linke notamment, développe un style propre et de grande qualité, parfois appelé « style Linke », dès l’Exposition Universelle de 1900. Il semble que l’une des raisons essentielles de son immense succès et de sa grande imagination formelle réside dans l’association très forte qui existe alors entre lui et ce grand dessinateur. Les influences mutuelles entre les trois artistes cités sont tout à fait perceptibles dans un certain nombre de réalisations.

Tobogan Antiques

Bibliothéque, vitrine