EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Paire de vases "orientalisants" attribué à la Manufacture de Porcelaine de Paris, France c1880
Paire de vases "orientalisants" attribué à la Manufacture de Porcelaine de Paris, France c1880 - Objet de décoration Style Paire de vases "orientalisants" attribué à la Manufacture de Porcelaine de Paris, France c1880 - Tobogan Antiques Paire de vases "orientalisants" attribué à la Manufacture de Porcelaine de Paris, France c1880 -
Réf : 109166
6 800 €
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Porcelaine
Dimensions :
l. 25 cm X H. 38.5 cm X P. 11.5 cm
Objet de décoration Cassolettes, coupe et vase - Paire de vases "orientalisants" attribué à la Manufacture de Porcelaine de Paris, France c1880 XIXe siècle - Paire de vases "orientalisants" attribué à la Manufacture de Porcelaine de Paris, France c1880
Tobogan Antiques
Tobogan Antiques

Mobilier et Objets d'art du XIXe siècle


+33 ( 0)1 42 86 89 99
Paire de vases "orientalisants" attribué à la Manufacture de Porcelaine de Paris, France c1880

Belle paire de vases amphores en porcelaine blanche et bleue richement décorée sur chaque face de belles compositions florales polychromes encadrées d’anses à motifs ajourés de rinceaux orientalisants s’inspirant des décors de l’Alhambra. Les cols et les pieds sont soulignés de filets dorés et agrémentés d’entrelacs et d’un blason d’alliance figurant une épée.

La Porcelaine de Paris
Paris, capitale de l’art, de la mode et du luxe ne pouvait, lors de la découverte du Kaolin au XVIIIème siècle vers 1765, à Saint-Yrieix-la-Perche à côté de Limoges, ne pas produire une porcelaine de prestige. La Porcelaine de Paris, plus communément appelée « Vieux Paris », est une porcelaine à pâte dure, d’un blanc pur, laiteux, très brillant, décorée par peinture et très souvent par or. Il y avait à Paris des fabriques de porcelaine, d’un très haut niveau, avec leur marque bien définie. Mais on décorait, surtout, dans les arrières-boutiques, les ...

Lire la suite

... blancs cuits dans la région de Limoges. Sans marque, ces blancs ont souvent des lettres ou chiffres qui sont recouverts d’émail. Il ne s’agit pas de la marque d’un décorateur ou d’une fabrique. C’est tout simplement un signe que l’ouvrier faisait, avant cuisson, pour reconnaître son travail et se faire régler les pièces ainsi réalisées.

Bibliographie
Faïence et Porcelaine de Paris XVIIIe-XIXe siècles, Régine de Plinval de Guillebon, Ed. Faton, 1995

La Porcelaine Française, Claude Dauguet et Dorothée Guilleme – Brulon, Editions Ch. Massin

Tobogan Antiques

Cassolettes, coupe et vase