EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Paire d’Aiguières d’époque Empire, attribué à Claude Galle
Paire d’Aiguières d’époque Empire, attribué à Claude Galle - Objet de décoration Style Empire
Réf : 63920
Prix sur demande
Époque :
XIXe siècle
Signature :
Claude Galle
Provenance :
Collection ING, Pays-Bas
Materiaux :
Bronze doré et bronze patiné; marbre Vert de Grèce.
Dimensions :
l. 22 cm X H. 62 cm
Kollenburg Antiquairs
Kollenburg Antiquairs

Specialisé dans le mobilier & les arts décoratifs du XVIIIe siècle


+31(0) 49 95 78 037
+31(0) 65 58 22 218
Paire d’Aiguières d’époque Empire, attribué à Claude Galle

Rare paire d’aiguières stylisées en bronze finement ciselé, doré ou patiné, attribué à Claude Galle. Les aiguières ont un forme de balustre élongé avec des décorations de palmettes et d’acanthe et un frise autour du corps décoré avec des serpents et dauphins. Le bec est orné d’un portrait barbu. Les poignées en forme de femmes ailées qui reposent sur le bord supérieur de les carafes sont ornés avec des cannelures et un portrait d’un putto au fond. Les piédouches ont un base de marbre Vert de Gréce.

Ces aiguières merveilleuses peuvent être attribué à Claude Galle (1759-1815), qui figurait parmi les plus importants bronziers parisiens de la fin du 18ième siècle et les premières années du siècle suivant. Dans son œuvre il y avait un nombres d’objets semblables. Aiguières comme celles-ci peuvent être trouvés dans les collections de musées comme le Palais Pavlov et le Palais Yusupov en Saint-Pétersbourg, le Palais Osankino à Moscou et Landesmuseum Württemberg à Stuttgart. Un autre paire comparable était dans la collection du comte d’Essex à Cassiobury Park.

Dans l’œuvre vaste et distingué de Galle ils étaient, outre les aiguières, des urnes, vases et boîtes pour pendules, ornementé de femmes ailées mythiques, souvent en tant que partie des poignées. On trouvera des exemples dans : « Gli Splendori del Bronzo, Mobili e Oggetti d’Arredo tra Francia et Italia 1750-1850 » 2002, p. 140 no. 58, et aussi dans : « Ottomeyer & Pröschel » p. 365, p. 5.12.9. Objets comme celles-ci étaient populaire chez collectionneurs en Angleterre, mais plus particulièrement en Russie ou les modèles ont été carrément copiés ou imités dans autre artefacts par, entre autres, Andrëi Voronikhin (1759-1814) et le bronzier Friedriech Bergenfeldt (1768-1822).

Le bronzier renommé Claude Galle est né à Villepreux près de Versailles. Il a déménagé à Paris pour devenir un apprenti de Pierre Foy. En 1784 Galle a épousé la fille de Foy, et après son décès, repris l’entreprise de son beau-père en 1788. Sous la direction de Galle, l’entreprise est devenu le plus important en France et grandi jusqu’à 400 employés. Galle déménageait son entreprise au Quai de la Monnaie (plus tard appelé Quai de l’Unité) et puis en 1805 au Rue Vivienne numéro 60. Galle est répertorié dans les registres du commerces à partir de 1784. Reçu maître en 1786, il presque immédiatement acquis son premier ordre du Garde-Meuble de la Couronne, de 1786 à 1788 dirigée par Jean Hauré. On sait que Galle collaborait avec Thomire et livrait le plus-part des meubles pour le Château de Fontaineblau pendant l’époque Empire.
En plus d’ornements de meubles, Galle a également livrés beaucoup de vases, aiguières, luminaires, boîtes de pendules et autre décorations en bronze pour les Palais Saint-Cloud, Trianon, Tuileries, Compiègne, Rambouillet et des Palazzo Italiens, y compris Monte Cavallo, Roma, et Stupinigi près de Turin. Malgré ses nombreuses commandes, sa situation financière était fréquemment déplorable. Cela était dû en partie à son style de vie opulent, mais aussi au fait que de nombreux clients, y compris le prince Joseph Napoléon, ont tout simplement refusé de payer. Au décès de Galle, l’entreprise est rouverte par son fils Gérard-Jean Galle (1788-1846) et continué avec succès. L’œuvre de Gérard-Jean est également inclus dans des collections important dans le monde entier, comprenant le Musée National de Château de Malmaison, le Musée Marmottan à Paris, le Museo de Relojes à Jérez de la Frontera, le Residenz à Munich et le Victoria & Albert Museum à Londres.

Kollenburg Antiquairs

XVIIIe siècle
Deux gouaches allemandes du XVIIIe siècle
Deux gouaches allemandes du XVIIIe siècle

Prix : Sur demande

XVIIIe siècle
Boîte de Vizagapatam
Boîte de Vizagapatam

Prix : Sur demande

Cassolettes, coupe et vase Empire

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Paire d’Aiguières d’époque Empire, attribué à Claude Galle » présenté par Kollenburg Antiquairs, antiquaire à Oirschot dans la catégorie Cassolettes, coupe et vase Empire, Objet de décoration.