EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Miroir à l’effigie de Diane chasseresse, Paris époque Régence
Miroir à l’effigie de Diane chasseresse, Paris époque Régence - Miroirs, Trumeaux Style Régence Miroir à l’effigie de Diane chasseresse, Paris époque Régence - Franck Baptiste Provence Miroir à l’effigie de Diane chasseresse, Paris époque Régence - Régence Antiquités - Miroir à l’effigie de Diane chasseresse, Paris époque Régence
Réf : 111898
2 800 €
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
France-Paris
Materiaux :
Bois de chêne
Dimensions :
l. 106 cm X H. 87 cm
Miroirs, Trumeaux  - Miroir à l’effigie de Diane chasseresse, Paris époque Régence XVIIIe siècle - Miroir à l’effigie de Diane chasseresse, Paris époque Régence Régence - Miroir à l’effigie de Diane chasseresse, Paris époque Régence
Franck Baptiste Provence
Franck Baptiste Provence

Mobilier régional et Parisien et objet d'art


+33 (0)6 45 88 53 58
Miroir à l’effigie de Diane chasseresse, Paris époque Régence

Rare miroir de boiserie en bois de chêne finement sculpté laqué et doré.
Les baguettes laquées crème et fortement moulurées constituent un cadre rectangulaire qui est légèrement cintré en partie haute.
L’ensemble est agrémenté d’un trés beau décor en bois sculpté et doré avec notamment quatre écoinçons à feuilles d’acanthes.
Les deux du bas en forme de spirales sont surmontes par des rinceaux de fleurettes.
La traverse basse ornée d’une large acanthe déployée en éventail ; la traverse du haut ornée d’un masque de Diane chasseresse dans un environnement de rocailles ajourées.

Bois de chêne , bel état de conservation, verre au mercure ancien.

Travail Parisien d’époque Régence, attribuable à la société des sculpteurs des bâtiments du roi.

Dimensions :

Largeur : 106 cm ; Hauteur : 87 cm

Notre avis :

La beau visage de la déesse Diane coiffée de son arc nous oriente vers le décor cynégétique du salon de chasse d’un ...

Lire la suite

... important chateau d’île de France.
La finesse de la sculpture et la grande originalité du décor avec des acanthes « en éventail » et « en spirale » nous renvoient vers l’atelier de sculpture des bâtiments du roi ou travaillent les meilleurs sculpteurs sur bois de la période régence.
Sous les ordres de Robert de Cotte, des sculpteurs comme Jules Degoulons, Matthieu Legoupil ou Pierre Taupin seront chargés de réaliser les boiseries et les cadres des domaines royaux mais aussi de quelques clients fortunés qui ont les moyens de se payer l’élite des artisans du roi.
Durant deux décennies ils vont transposer les plus beaux dessins des ornemanistes à la mode comme Nicolas Pineau ou Juste Aurèle Meissonnier , sur un bois de chêne au grain trés serré.
L’oeuvre de cette société constitue la quintessence de l’art de la boiserie en France.

Franck Baptiste Provence

Miroirs, Trumeaux