EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Katana koto de la période Muromachi, signé Sukesada et daté Aout 1523
Katana koto de la période Muromachi, signé Sukesada et daté Aout 1523 - Arts d Katana koto de la période Muromachi, signé Sukesada et daté Aout 1523 - Kojiki Gallery Katana koto de la période Muromachi, signé Sukesada et daté Aout 1523 - Antiquités - Katana koto de la période Muromachi, signé Sukesada et daté Aout 1523
Réf : 78789
11 800 €
Époque :
<= XVIe siècle
Signature :
Sukesada
Provenance :
Japon
Materiaux :
Acier Tamahagane
Arts d XVIe siècle et avant - Katana koto de la période Muromachi, signé Sukesada et daté Aout 1523  - Katana koto de la période Muromachi, signé Sukesada et daté Aout 1523 Antiquités - Katana koto de la période Muromachi, signé Sukesada et daté Aout 1523
Kojiki Gallery
Kojiki Gallery

Antiquités japonaises


+33 (0)6 67 21 94 26
Katana koto de la période Muromachi, signé Sukesada et daté Aout 1523

— Katana koto signé Sukesada, daté de la période Muromachi (Ère Daiei 1521-1523)

— Dimensions :

Nagasa « longueur du tranchant » : 66.0 cm
Sori « courbure » : 2.8 cm
Moto-haba « largeur à la base » : 2.94 cm
Saki-haba « largeur à la pointe » : 1.81 cm
Moto-kasane « épaisseur à la base » : 0.66 cm
Saki-kasane « épaisseur à la pointe » : 0.41 cm
Nakago « soie » : Ubu (forme originelle)

— Caractéristiques :

Lame :

Mei « signature » : Bishu Osafune Sukesada - Daiei sannen hachigatsu hi (Un jour du 8ème mois de l’ère Daiei, soit Aout 1523)
Sugata « construction » : Shinogi-zukuri, saki-zori, iori-mune, chu-kissaki
Kitae « type de forge » :  Itame-hada, mokume-hada, ji-nie, midare-utsuri
Hamon « trempe » : Gunome-choji-midare (motif en pinces de crabes), nioi-deki, ko-nie, sunagashi, kinsuji, ashi, yo
Boshi « trempe de la pointe » : Sansaku, ko-maru avec un long kaeri
Nakago « soie » : ...

Lire la suite

...  Katte-sagari, kurijiri

Koshirae « monture » :

Saya « fourreau » : Cha ishimeji-nuri (fourreau marron laqué avec une finition granuleuse)
Tsuba « garde » : Fer, forme kikkagata (chrysanthème), sculpture et ajourage nikubori-sukashi, couleurs iroe, motif représentant un dragon bondissant d’un nuage, signé Jakushi
Menuki « ornements » : Alliage shakudo, ciselage katachibori, couleurs iroe, motif représentant des Paulownias
Fushigashira « virole/pommeau » : Alliage shakudo, surfaçage nanako, motif représentant des Paulownias, attribué à Sendai Kiyosada
Wari-kogai « batardeau » : Alliage shibuichi, emblème héraldique

— Certificats d’authenticité :

Katana - NBTHK Hozon Token « Oeuvre à préserver »
Koshirae - NTHK-NPO Kanteisho « Oeuvre importante »
Tsuba - NTHK-NPO Kanteisho « Oeuvre imortante »
Fushigashira - NBTHK Hozon « Oeuvre à préserver » et NTHK-NPO Kanteisho « Oeuvre importante »

— Artiste et école :

Beaucoup d’artisans ont utilisé le nom Sukesada à travers l’histoire de la forge japonaise, la plupart d’entre eux se trouvaient en Bizen et ont contribué  à l’essor de plusieurs écoles dans cette province . Parmi celles- ci se trouve la tradition Sue-Bizen, active du milieu à la fin de la période Muromachi et dont l’origine remonte à plusieurs ramifications de l’école-mère d’Osafune créée au XIIIe siècle.

Malheureusement, les conflits incessants qui ravagèrent le Japon durant l’ère des provinces en guerre « Sengoku-jidai (1467-1568) », força bon nombre de forgerons en Sue-Bizen et Sue-Seki à faire face à une importante demande en lames. En effet, cette situation contribua à une production de masse de sabres au détriment de leurs qualités, ce qui entraîna le déclin des grandes traditions de forges en Bizen et Mino et la perte des acquis et techniques qui faisaient la grandeur des anciens sabres de la période koto.

Après presque 500 ans, ce katana demeure un objet historique de grande valeur, démontrant malgré les tumultes de la période Sengoku, les dernières étincelles du savoir-faire de l’ancestrale tradition de Bizen. Beaucoup de sabres forgés durant les ères Eisho-Daiei (1504-1528) sont connus pour être d’une qualité exceptionnelle.

Bien que la NBTHK ne s’est pas prononcée sur l’identité exacte du forgeron « Sukesada », toutes les caractéristiques de cette pièce nous indiquent que seul un grand maître ayant la maîtrise nécessaire pour réaliser une telle trempe sans altérer la lame, aurait pu la concevoir. Or, en prenant en compte la date 1523 à laquelle ce sabre a été forgé et ses spécificités techniques, deux grands noms de la forge Sue-Bizen de cette période viennent à l’esprit : Sukesada no Jo Hikobei et son fils Sukesada no Jo Yosozaemon. Ces deux artistes sont considérés comme étant les plus talentueux de leur époque, et leurs oeuvres sont également reconnues Saijo-saku « Forge exceptionnelle » et O-wazamono « Excellent Tranchant » dans les ouvrages de Fujishiro et de Yamada.

Kojiki Gallery

Arts d'Asie