EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Francesco Simonini (1686 - 1766) - Le repos et La marche des soldats
Francesco Simonini (1686 - 1766) - Le repos et La marche des soldats - Tableaux et dessins Style Francesco Simonini (1686 - 1766) - Le repos et La marche des soldats - Brozzetti Antichità Francesco Simonini (1686 - 1766) - Le repos et La marche des soldats - Antiquités - Francesco Simonini (1686 - 1766) - Le repos et La marche des soldats
Réf : 82237
27 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
Italie
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 70 cm X H. 52 cm X P. 6 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIIe siècle - Francesco Simonini (1686 - 1766) - Le repos et La marche des soldats XVIIIe siècle - Francesco Simonini (1686 - 1766) - Le repos et La marche des soldats  - Francesco Simonini (1686 - 1766) - Le repos et La marche des soldats
Brozzetti Antichità
Brozzetti Antichità

Antiquités Européennes


+ 39 348 4935001
Francesco Simonini (1686 - 1766) - Le repos et La marche des soldats

Francesco Simonini (Parme, 16 juin 1686 - Parme, 1766)

L’arrêt des soldats et La marche des soldats

Huile sur toile


Les peintures présentées ici, de grande valeur picturale et attribuables au peintre Francesco Simonini, représentent deux moments différents liés au filon des batailles et aux thématiques militaires, à savoir La Halte des soldats et La Marche des soldats. Dans la peinture présentée ici à gauche, on peut observer à droite au premier plan quelques soldats assis et occupés à jouer aux dés, tandis qu’à côté un couple se régale avec du vin. La scène se déroule en plein air, dans une campagne, à côté d’un promontoire rocheux au sommet duquel domine une tour. Sur la gauche se trouve un couple de seigneurs en robes de noblesse et un mendiant leur tend un chapeau en signe d’aumône. Au second plan, sont décrits d’autres personnages dont des soldats à cheval et des voyageurs, tandis que dans la distance on aperçoit une ville et un ...

Lire la suite

... haut clocher. L’horizon est délimité par des reliefs rocheux et d’autres petits villages. Le ciel bleu est marqué par quelques nuages blancs et vaporeux.

L’autre tableau représente, dans la moitié inférieure de la toile, un déploiement militaire dans lequel plusieurs soldats à cheval sont rassemblés et prêts à marcher. Au loin, on distingue une ville avec des murs et des tours au-delà de laquelle une montagne importante sert de cinquième à la scène. Quelques nuages illuminent le ciel.

Le genre de la peinture de batailles et de scènes étroitement liées au conflit, y compris les paies et les haltes dites troupes, les avancements et les Marches des soldats, rencontre un très grand succès dans les collections de la noblesse italienne et européenne des XVIIe et XVIIIe siècles. La peinture de bataille fut un genre aimé et demandé surtout par les grandes familles aristocratiques, comme les Médicis à Florence et les Estensi à Parme, qui aimaient meubler leurs salons avec les peintures des plus importants "combattants".
Parmi ceux-ci se distingue Francesco Antonio Simonini (1686 - 1766) qui, après avoir travaillé à Parme, Rome, Florence et Bologne, réalisa à Venise la plupart de ses travaux.
Le couple de peintures objet de cette étude peut être retourné avec une conviction raisonnable pour la comparaison stylistique, à l’ensemble des œuvres de ce peintre.
[…]

Son style particulier, caractérisé par des coups de pinceau rapides et l’utilisation de couleurs vives, se forme surtout sous l 'influence de l 'école vénitienne. Caractéristique également de sa peinture est la tendance à réaliser des figures allongées et sinueuses, l 'attention aux détails paysagers et architecturaux même de style classique, la profondeur du paysage qui se perd à l 'infini, la ligne de l’horizon presque indéfinie pour se confondre avec le ciel et la terre, le drame et le réalisme dans lequel on remarque l’influence de Salvator Rosa. Il est donc possible d’affirmer que Simonini a su réinterpréter la leçon de ses prédécesseurs, en l’enrichissant d’un collorisme à la vénitienne, acquis au cours de sa longue permanence dans la ville lagunaire, et d’une touche libre et effrénée, qui donne légèreté à la composition.


De la comparaison stylistique entre les œuvres en objet et celles retournées au catalogue de Francesco Simonini apparaissent évidentes les particularités de sa peinture. Les élégantes figures allongées et traitées avec des coups de pinceau sûrs et rapides, la manière dont est décrit le paysage et le ciel, la palette chromatique sont en effet tout à fait comparables à de nombreuses autres toiles de Simonini. Il en va de même pour l’utilisation du blanc, que l’artiste utilise habilement en créant des luminaires et des points de lumière utiles pour conférer tridimensionnalité à ses figures et rendement en matière, comme l’éclat des armes et les plumages moelleux des chapeaux.

L’impression d’un graveur d’eau-forte, conservé à Naples et tiré d’un dessin de Francesco Simonini, montre clairement une composition tout à fait semblable à celle présente dans l’une des deux toiles en objet. La vision spéculaire des sujets dérive de la technique même d’impression : la gravure sur cuivre du dessin se fait sur la plaque, après quoi celle-ci est retournée et imprimée sur papier pour produire une image symétrique.

Nous nous excusons pour les erreurs de traduction éventuelles de l 'italien. s’il vous plaît contactez-nous pour obtenir l 'expertise complète en italien

Conditions générales de livraison :

Chaque livraison est évaluée avec le client.
Nous pouvons livrer chaque semaine à Paris.
Pour les autres destinations, il sera évalué pour chaque article vendu.

Brozzetti Antichità

Tableaux XVIIIe siècle