EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Statuette équestre de l'archiduc d'Autriche Ferdinand Charles (1628-1662)
Statuette équestre de l'archiduc d'Autriche Ferdinand Charles (1628-1662) - Sculpture Style Statuette équestre de l'archiduc d'Autriche Ferdinand Charles (1628-1662) - Desmet Galerie
Réf : 99379
45 000 €
Époque :
XVIIe siècle
Provenance :
Autriche
Materiaux :
Bronze
Dimensions :
l. 35 cm X H. 40 cm
Sculpture Sculpture en Bronze - Statuette équestre de l'archiduc d'Autriche Ferdinand Charles (1628-1662)
Desmet Galerie
Desmet Galerie

Sculptures classiques


+32 (0)486 02 16 09
Statuette équestre de l'archiduc d'Autriche Ferdinand Charles (1628-1662)

(1628-1662)

Bronze sur une base en bois, incrustée de marbre,
c. 1650, attribué à Caspar Gras (1585-1674)
Avec inscription sur l'étiquette en papier :
" Archiduc Ferdinand Carl vers 1650/ No86/ 40/ 600000 ".

H 40 cm (15¾ po) ; avec socle 61 cm (24 po).
L 35 cm (13¼ in.)

Provenance : Collection de François Antonovich


Cette magnifique statuette équestre datant du milieu du XVIIe siècle représente l'archiduc autrichien Ferdinand Charles (1628-1662). Ce dernier est représenté dans toute sa gloire sur son cheval majestueux, vêtu de sa splendide armure, avec son abondante chevelure bouclée tombant sur ses épaules. Son cheval trotte régulièrement, la tête légèrement inclinée vers la droite. Le bronze a été minutieusement élaboré jusque dans les moindres détails : de l'armure de l'archiduc, son visage, les éperons de ses bottes jusqu'à la selle, les rênes et le licou du cheval. Sur sa poitrine, le duc porte une grande écharpe en soie, ...

Lire la suite

... attachée dans son dos par un nœud élaboré, dont les extrémités sont garnies de dentelle pendante.

Il existe une statuette équestre en bronze, attribuée à Caspar Gras, qui est presque identique au présent groupe, au Musée Lázaro Galdiano de Madrid (inv. 00145). Une autre variante dorée, légèrement plus différente, représentant l'archiduc Ferdinand Charles et également attribuée à Caspar Gras, est conservée au Musée d'État du Tyrol. Le cheval mais aussi le cavalier de ces statues suivent le modèle de la célèbre statue antique de Marc Aurèle qui se dressait autrefois sur la Piazza del Campidoglio à Rome, mais s'inspirent plus directement de la variation qu'en a faite Daniele da Volterra pour son monument au roi Henri II de France (1519-1559). Cette dernière statue a manifestement aussi inspiré une statuette équestre en bronze doré de Philippe IV, attribuée à Pietro Tacca et actuellement conservée au Prado (inv. E000444).

Le présent bronze présente également certaines similitudes avec un certain nombre d'autres statues et statuettes équestres du XVIIe siècle. Parmi elles, un groupe de statues équestres conservé au Kunsthistorisches Museum de Vienne, représentant les empereurs Ferdinand III et Léopold Ier du Saint-Empire romain germanique chevauchant des chevaux cabrés. Les nombreux détails du cheval et du corps du cavalier du présent bronze correspondent étroitement à ceux d'une statuette en bronze florentine du XVIIe siècle, anciennement détenue par le Kunsthistorisches Museum, représentant l'archiduc Ferdinand Charles sur un cheval cabré (inv. no 5995). Elle présente en outre d'importantes similitudes avec une statuette équestre de l'archiduc Léopold Wilhelm, fils de Ferdinand II de Habsbourg (1614-1662) conservée au Kunsthistorisches Museum, qui représente un cavalier sur un cheval dans une pose similaire (Kunstkammer, inv 6002). L'exécution particulière du cheval du présent bronze rappelle le style des célèbres statues de Philippe III roi d'Espagne et d'Henri IV roi de France, toutes deux réalisées par l'atelier de Giambologna.

Il existe une incertitude quant à l'origine de ce bronze et des autres statuettes équestres susmentionnées. Les bronzes de chevaux cabrés du Kunsthistorisches Museum, mais aussi le présent bronze et d'autres statuettes, conservés au Victoria & Albert Museum, au Statens Museum for Kunst de Copenhague, à la National Gallery de Washington et au Kunstmuseum de Düsseldorf, appartiennent à des types originaires de Florence, notamment chez les successeurs de Giambologna. Les dessins de Pietro Tacca pour le portrait équestre du roi Philipp IV et du duc Karl Emanuel de Savoie pourraient bien avoir inspiré le choix du motif. La pratique apparente consistant à préparer des maquettes pour des figures équestres avec des chevaux, des cavaliers et des têtes interchangeables est documentée pour la première fois pour l'atelier de Tacca, et aurait également été utilisée dans l'atelier de Gianfrancesco Susini.

Les statuettes équestres en bronze ont donc souvent été attribuées à Gianfrancesco Susini, neveu d'Antonio Susini. Cependant, elles ne peuvent pas être facilement reliées stylistiquement aux œuvres qui sont aujourd'hui attribuées avec confiance à Susini, même si elles ne peuvent pas être définitivement exclues pour des raisons stylistiques. Une raison pour les attribuer à l'atelier de Susini pourrait être que presque aucun des cavaliers représentés ne porte d'insigne de l'Ordre de la Toison d'Or. Caspar Gras devait connaître l'ordre de la famille des Habsbourg, alors que Susini travaillait pour une clientèle internationale, qui n'était pas toujours membre de l'ordre.

En 1742, Anton Roschmann propose pour la première fois une attribution à Caspar Gras (1585-1674), élève d'Hubert Gerhard et sculpteur de la cour impériale à Innsbruck. La statue équestre monumentale de l'archiduc Léopold V (1622-1631) réalisée par Gras à Innsbruck est considérée comme le modèle qui a inspiré les bronzes équestres plus petits des Habsbourg. Gras était familier de la sculpture florentine contemporaine. En outre, il existait des relations familiales étroites entre la cour d'Innsbruck et celle des Médicis. Par exemple, l'archiduc Léopold avait épousé Claudia de Médicis, fille du grand-duc Ferdinando I de Médicis, et son fils, l'archiduc Ferdinand Charles, avait épousé Anna, fille de Cosimo II de Médicis. Les relations artistiques entre les deux cours existaient et ont été démontrées pour la peinture, mais il est fort probable qu'elles existaient aussi pour la sculpture. Les inventaires de la collection d'Innsbruck mentionnent notamment des œuvres de l'école de Giambologna, mais aucune des statuettes équestres.

Caspar Gras est né à Bad Mergentheim près de Würzberg en 1585. Après une formation auprès de son père, orfèvre, il devient apprenti estampeur à la cour de l'archiduc Maximilien III à Bad Mergentheim, sous la direction de Hubert Gerhard, qu'il suit à Innsbruck en 1602, et reste membre de son atelier jusqu'en 1606. En 1610, Gras obtient le poste d'estampeur de la cour et, après le départ de Gerhard pour Munich en 1613, il reçoit la plupart des commandes de la cour, notamment le mémorial en bronze de Maximilien III (1615-19 ; cathédrale d'Innsbruck).

Parmi les plus beaux projets de Gras figure la monumentale fontaine de Léopold (1623-31) à Innsbruck. Elle est surmontée d'une statue équestre de l'archiduc Léopold V (m. 1632), la première statue baroque de ce type en Autriche, tandis que diverses divinités fluviales et figures allégoriques sont disposées autour de la base et de la vasque.

Gras a créé de nombreuses pièces de collection ou de la Kunstkammer, notamment un mortier élaboré pour Hans Taurnhauser de Schwaz. Il était le principal sculpteur de bronze du Tyrol pendant la première moitié du XVIIe siècle, mais avec la mort de Léopold V en 1632 et la dépression financière provoquée par la guerre de Trente Ans, sa carrière a quelque peu souffert. Pendant cette période, il se concentre sur les bronzes de petite taille, comme les statues équestres très recherchées de la fin des années 1640 et des années 1650, notamment celles de l'empereur Ferdinand III et d'autres princes Habsbourg.

Conditions générales de livraison :

Nous prenons en charge avec soin l'emballage des objets.
Nous travaillons avec des transporteurs spécialisés en oeuvres d'art.
Pour les objets de plus petites tailles nous faisons les envois avec DHL.
Les envois sont suivis et assurés.

Desmet Galerie

XIXe siècle
Jeune Satyre en marbre polychrome
Jeune Satyre en marbre polychrome

28 000 €

Sculpture en Bronze