EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Donatien Nonnotte (1708-1785) - Portrait de Léonard et Antoinette Bourlier D’ailly
Donatien Nonnotte (1708-1785) - Portrait de Léonard et Antoinette Bourlier D’ailly - Tableaux et dessins Style
Réf : 80827
35 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 127.5 cm X H. 95.5 cm
Sylvie Lhermite-King
Sylvie Lhermite-King

Objets d’arts, orfèvrerie, verrerie et mobilier du XVIe au XVIIIe siècle


+33 (0)6 03 24 51 47
Donatien Nonnotte (1708-1785) - Portrait de Léonard et Antoinette Bourlier D’ailly

Donatien Nonnotte (1708-1785)
Signé et daté "D. Nonnotte, 177[.]"

Provenance : Collection privée, Lyon

H. 95,5 cm (120 cm avec cadre)
L. 127,5 cm (150 cm avec cadre)

Donat ou Donatien Nonnotte, peintre du Roi, est né à Besançon le 10 janvier 1708. Il commence son apprentissage auprès de son oncle Jean Nonnotte. En 1728, il arrive à Paris où il devient l’élève et collaborateur préféré de François Lemoyne. Il assiste le maître notamment pour le plafond du Salon d’Hercule à Versailles entre 1730 et 1732. Il participe également aux décors des églises Saint-Sulpice et Saint-Thomas-d’Aquin à Paris et s’essaie à la peinture d’Histoire. Il se trouve un protecteur influent en la personne du duc d’Antin, Surintendant des Bâtiments du Roi qui lui promet une place de pensionnaire à l’école de Rome. Cependant la mort du duc compromet ses espérances.
Avec la disparition de Lemoyne en 1737, ses faibles moyens le poussent vers la carrière plus ...

Lire la suite

... lucrative de portraitiste grâce à laquelle il obtient la reconnaissance de ses pairs. En 1740, il postule pour entrer à l’Académie royale de peinture et sculpture. Nicolas de Largillière, alors directeur, lui demande de peindre les portraits de Sébastien Leclerc et de Pierre Dulin, anciens professeurs de l’Académie. La réussite de ces deux portraits lui permet d’être admis dans l’institution l’année suivante . Il y expose régulièrement jusqu’à son départ pour Lyon en 1754. Là, il devient membre de l’Académie des Sciences, Belles Lettres et Arts et ouvre à ses frais une école de dessin gratuite. Il est alors le portraitiste de la noblesse et de la grande bourgeoisie lyonnaise comme le traduit sa production locale . Il s’éteint le 4 février 1785.

Léonard Bourlier d’Ailly, seigneur de Parigny, Saint-Cyr-de-Favières, Commelle, Saligny, Conseiller en la Cour des Monnaies, est né en 1733 à Lyon. Il est issu d’une famille de robe fraîchement anoblie (1719). Il se marie le 20 avril 1762 à Antoinette Bouvier (née en 1741) dont il a une fille, Victoire-Joseph, née le 31 janvier 1769. Il sera guillotiné en tant que contre-révolutionnaire à Lyon le 8 décembre 1793.


Au-delà d’un simple portrait du couple issu de la noblesse de robe provinciale cherchant à immortaliser sa réussite, son goût ou son statut, il faut peut-être également voir dans cette représentation l’annonce d’une maternité souhaitée ou à venir. Plusieurs indices symboliques s’offrent à nous comme le tiroir ouvert avec l’étoffe évoquant les langes d’un nouveau-né, ainsi que la figure en biscuit de Sèvres d’un modèle d’Étienne-Maurice Falconet appelé « La Fille au nid » (datant de 1764-66), où une enfant contemple le nid qu’elle tient et dans lequel couve un oiseau.

Sylvie Lhermite-King

Tableaux XVIIIe siècle