EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Dietz Edzard (1893 – 1963) - Carnaval à Venise
Dietz Edzard (1893 – 1963) - Carnaval à Venise - Tableaux et dessins Style Années 50-60 Dietz Edzard (1893 – 1963) - Carnaval à Venise - Valentina Safarian Fine Art Dietz Edzard (1893 – 1963) - Carnaval à Venise - Années 50-60 Antiquités - Dietz Edzard (1893 – 1963) - Carnaval à Venise
Réf : 112489
8 500 €
Époque :
XXe siècle
Signature :
Dietz Edzard (1893 – 1963)
Provenance :
France
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 27.5 cm X H. 35 cm X P. 6 cm
Tableaux et dessins Tableaux du XXe siècle - Dietz Edzard (1893 – 1963) - Carnaval à Venise XXe siècle - Dietz Edzard (1893 – 1963) - Carnaval à Venise Années 50-60 - Dietz Edzard (1893 – 1963) - Carnaval à Venise Antiquités - Dietz Edzard (1893 – 1963) - Carnaval à Venise
Valentina Safarian Fine Art
Valentina Safarian Fine Art

Peintures, dessins et œuvres d'art, datant du XVIIe siècle jusqu'au XXe siècle.


+ 32 478226564
Dietz Edzard (1893 – 1963) - Carnaval à Venise

Dietz Edzard
Bremen 1893 – 1963 Paris
Peintre allemand

'Carnaval à Venise'

Signature : signé en bas à droite ‘D Edzard’ vers 1958-1960
Technique : huile sur toile
Dimensions : taille de l'image 35 x 27,5 cm, taille avec cadre 59,5 x 51 cm

Biographie : Dietz Edzard, peintre renommé de l'École de Paris, est né en 1893 à Brême, en Allemagne. Il a vécu en Rhénanie, en Hollande et après la Première Guerre mondiale dans le sud de la France. De là, il a déménagé à Paris où il a résidé depuis. Edzard, un artiste coloré qui a perpétué les traditions des maîtres de l'impressionnisme français, a étudié la peinture avec Max Beckmann. Dans son livre D. Edzard, Gerd Muehsam écrit : « Edzard a capturé dans ses toiles le charme de l'atmosphère parisienne. Avec la touche légère et vibrante de son pinceau, il a produit des peintures scintillantes et pourtant délicates de belles femmes, de danseurs et de fleurs. Ses représentations animées des ...

Lire la suite

... scènes de cafés parisiens ont fait de lui un favori des cercles artistiques de ce pays et de l'étranger. » L'amour d'Edzard pour le tendre et le délicat, pour le fragile et le beau, en ont fait un peintre de femmes et de fleurs par excellence. Dans le style de ses natures mortes, réalisées dans la manière typiquement impressionniste avec de petites touches de pigment éclaboussées légèrement sur la toile, son tempérament individuel est clairement discernable.

En 1929, l'œuvre d'Edzard a été incluse dans une exposition de peinture contemporaine au Jeu de Paume, Paris, un musée dédié aux maîtres impressionnistes, et il a exposé avec le célèbre marchand d'art parisien Durand-Ruel. Au cours des dix dernières années, il a fréquemment exposé à New York et à la Galerie Domian à Montréal.

Le jeune Edzard n'était cependant pas particulièrement intéressé par le commerce de la laine, et il a quitté après seulement un an. Au lieu de cela, il s'est rendu à Karlsruhe où il espérait étudier l'art avec le peintre réaliste Wilhelm Trübner (1851-1917) à l'Académie des Arts. À son arrivée en 1910, Trübner était non seulement enseignant, mais également directeur de l'Académie, et il semble qu'il passait la majeure partie de son temps à des responsabilités administratives. Bien qu'Edzard ait clairement obtenu sa formation artistique de base là-bas, développant particulièrement ses compétences en dessin, il est parti après une brève période d'étude.

En 1911, il s'est rendu à Berlin où il a étudié avec Max Beckmann (1884-1950). La vie d'un jeune artiste à Berlin à cette époque était pleine d'excitation ainsi que de tension. Les nouvelles idées émergentes parmi les artistes expressionnistes, comme les membres de Die Brücke, étaient à la fois fascinantes et stimulantes. Leur travail faisait écho à certaines des expériences fauves qui se déroulaient à Paris à la même époque, mais il y avait une nervosité distinctive dans l'avant-garde allemande causée par l'effondrement des structures politiques et sociales de la société.

Avec le déclenchement de la guerre à l'été 1914, Edzard s'est retrouvé dans l'infanterie, face à toutes les horreurs de la guerre des tranchées. Lorsqu'il est tombé malade en raison des conditions épouvantables, il a été transféré sur le front de l'Est, stationné dans la région la plus à l'ouest de la Lettonie connue sous le nom de Courlande ; il n'a cependant pas mieux réussi là-bas et a été envoyé dans un sanatorium voisin pour se rétablir. Sa maladie n'était pas seulement physique, mais psychologique ; aujourd'hui, on l'appellerait un trouble de stress post-traumatique.

Lorsqu'il a été enfin libéré en 1919, il s'est rendu à Amsterdam, où il est resté chez un ami pour se rétablir. Progressivement, il a commencé à peindre à nouveau et a réussi à réunir suffisamment de travaux pour exposer à Amsterdam et à La Haye en 1920.

Des temps plus heureux sont arrivés en 1921 lorsque l'artiste a déménagé en Bavière, loin des souvenirs barbares des champs de bataille du nord de l'Allemagne. Là, il a rencontré la femme qui deviendrait sa première épouse, et il est devenu père pour la première fois.

En 1928, il a quitté définitivement l'Allemagne, déménageant d'abord en Provence, puis à Neuilly, immédiatement à l'ouest de Paris. La raison de ce déménagement n'est pas entièrement claire, bien que sa femme et son enfant ne semblent pas l'avoir accompagné en France.

Ses premières années à Paris furent assez réussies. En 1928, il faisait partie d'une exposition à la Galerie Durand-Ruel, qui se rendit à New York plus tard dans l'année. En 1929, il exposait à Bruxelles et en 1930, son travail était exposé à la Galerie de Boer à Amsterdam. Les toiles de ces années comprenaient une variété de sujets allant des musiciens de rue aux clowns, acrobates et monocyclistes. La brève carrière d'Edzard en tant que danseur de corde avec le cirque semble lui avoir donné une appréciation des artistes de tous types ainsi qu'une compréhension des difficultés de cette existence de fortune. Ces types de personnages resteront une partie de son répertoire tout au long de sa carrière.

Tout au long des années 1930, le travail d'Edzard fut constamment exposé dans des galeries des grandes villes européennes ainsi qu'à New York. Il y eut des expositions aux Leicester Galleries à Londres en 1934 et 1936. À New York, son travail fut inclus dans les expositions de la Galerie Durand-Ruel en 1935, 1937 et 1939. Et à Paris, il eut une exposition à la Galerie Zak en 1933. En bref, sa carrière prospérait. Sa vie personnelle a également changé de manière significative au cours de cette décennie lorsqu'il a rencontré une artiste, Suzanne Eisendieck (1906-1998) qui devint sa deuxième épouse peu après.

En 1958-1960, Edzard commença à peindre à Venise. Il suivait les traces de nombreuses générations d'artistes, mais il développa une perspective atypique sur les scènes de canaux habituelles. Plutôt que de concentrer exclusivement son attention sur la magie de l'eau, il se positionna derrière de grands bouquets de fleurs sur les balcons des maisons le long des canaux. La vue des gondoles, des églises et des palais au loin était ainsi filtrée à travers la beauté immédiate des fleurs au premier plan. Il y a aussi des scènes du théâtre vénitien et bien sûr, du carnaval comme nous pouvons le voir dans la peinture actuelle.

C'était un artiste coloré, qui peignait avec une touche légère et vibrante, semblant ludique, héritage de la tradition de Watteau, Fragonard, Renoir et des maîtres de l'impressionnisme français. La dernière exposition d'Edzard eut lieu à la Hammer Gallery de New York en 1962. Il mourut à Paris en 1963. Son œuvre peut être trouvée dans des collections et des musées importants du monde entier, tels que la National Gallery of Art, Washington, D. C., le Metropolitan Museum of Art, New York City, l'Art Institute of Chicago.

Littérature :
Gerd Muehsam, D. Edzard, New York 1948.
Claude-Roger Marx (et al.), D. Edzard.
Tableaux de 1917 à 1963, Paris 1971.

Conditions générales de livraison :

Livraison dans le monde entier disponible, veuillez nous contacter pour obtenir un devis gratuit incluant l'emballage professionnel et des services entièrement assurés.

Valentina Safarian Fine Art

Tableaux du XXe siècle Années 50-60

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Dietz Edzard (1893 – 1963) - Carnaval à Venise » présenté par Valentina Safarian Fine Art, antiquaire à Brugge dans la catégorie Tableaux du XXe siècle Années 50-60, Tableaux et dessins.