EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Console en bois doré aux hydres, Paris fin de l’époque Louis XIV
Console en bois doré aux hydres, Paris fin de l’époque Louis XIV - Mobilier Style Louis XIV Console en bois doré aux hydres, Paris fin de l’époque Louis XIV - Baptiste & Lenté Console en bois doré aux hydres, Paris fin de l’époque Louis XIV - Louis XIV Antiquités - Console en bois doré aux hydres, Paris fin de l’époque Louis XIV
Réf : 84915
Prix sur demande
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Bois doré, chêne
Dimensions :
l. 147 cm X H. 82 cm X P. 70 cm
Mobilier Console - Console en bois doré aux hydres, Paris fin de l’époque Louis XIV XVIIIe siècle - Console en bois doré aux hydres, Paris fin de l’époque Louis XIV Louis XIV - Console en bois doré aux hydres, Paris fin de l’époque Louis XIV Antiquités - Console en bois doré aux hydres, Paris fin de l’époque Louis XIV
Baptiste & Lenté
Baptiste & Lenté

Mobilier et objets d'art du 16e au 19e siècle


+33 (0)6 45 88 53 58
+33 (0) 6 64 42 84 66
Console en bois doré aux hydres, Paris fin de l’époque Louis XIV

Exceptionnelle console d’apparat en bois doré à quatre pieds réunis par une entretoise.
Modèle finement sculpté et gravé d’un abondant décor sur toutes les parties, en façade, sur les cotés, sur les pieds et les entretoises.
La traverse avant fortement chantournée et agrémentée de chimères crachants des rinceaux d’acanthes, de réserves ajourées bordées de frise de godrons, surmontées de masques ailés grimaçants sur un fond finement gravé d’un treillis constellé de fleurettes.
Dans les angles, des têtes de chimères hurlantes prolongent les montants fait de courbes et de contre courbes qui simulent le cou de l’animal.
Sur les faces extérieures de ces montants, des masques de faunes dégueulent des guirlandes à fleurs décroissantes tandis que sur les enroulements en C sont positionnés des hydres à trois têtes.
Au dessous une entretoise centrale repose sur quatre pieds balustres ornés de satyres, elle est bordée d'une de godrons, finement ...

Lire la suite

... gravée de « grattoirs » sur les faces extérieures et de rinceaux de fleurs sur le dessus.
L’entretoise est reliée en son centre par un important mufle de lion coiffé d’un panache de plumes ; présenté entrain de rugir il tient dans sa gueule un rinceau d’acanthes.
A l’arrière une traverse verticale sinueuse à décor de feuilles de palmiers relie la partie haute à l’entretoise.

Dorure d’origine à double patine amatie et brillante, important travail de reparure, c’est à dire de gravures dans les apprêts.

Dessus de marbre blanc et violet, brêche de Médicis. (numéro d’inventaire « 37 » au pochoir au revers)

Trés bel état de conservation ; petites retouches à la dorure.

Travail français attribuable à la société des batiments du roi, fin de l’époque Louis XIV vers 1715.

Dimensions :

Largeur : 147 cm ; Profondeur : 70 cm ; Hauteur : 82 cm

Modèle proches mais à deux pieds :

-Vente artcurial, Paris le 12/12/2012 lot 37
-Vente Koller, Zurich, le 25/03/2010 lot 1067



Notre avis :

Avec son dessin complexe et son décor foisonnant qui couvre le moindre centimètre carré, notre console fait partie d’un petit corpus réalisé à Paris à la fin de l’époque Louis XIV par la société des bâtiments du roi.
Le forme de notre console est clairement inspirée des projets de Gille-Marie Oppenord (1676-1742) pour l’ameublement du Régent au Palais royal. (photos)
Outre la structure et les montants en courbes et contre courbes, on retrouve ce type d’entretoise et de traverse verticale centrale mais aussi la même iconographie, avec des masques de satyres, des mufles de lions ou des chimères crachant des rinceaux.
Les chimères hurlantes positionnés en écoinçons renvoient quand à elles à un dessin de Mathieu Legoupil conservé à la Kunstbibliothek de Berlin. (photo)
La société des bâtiments du roi fût fondée en 1699, elle était constituée des sculpteurs André Legoupil, Marin Bellan et Pierre Taupin ; Mathieu le fils d’André rejoindra lui la société en 1714.
Ces derniers travaillèrent sous la direction des architectes des bâtiments du roi Robert de Cotte (1656-1735), Jacques Gabriel (1667-1742) ou Gilles-Marie Oppenord (1676-1742).
La société travailla pour le souverain, pour les princes et princesses de sang comme le Duc du Maine, le Comte de Toulouse, le Duc de Bourbon ou encore la princesse de Conti.
Mais contrairement aux architectes, la société fût aussi libre de travailler pour des particuliers ; toutefois au vu de la qualité et des couts exorbitants de ses productions seule une élite restreinte pût faire appel à ses services, et encore uniquement pour les seules pièces d’apparat des plus grandes demeures.
Ces artisans furent les plus grands pourvoyeurs de décors sculptés à Paris, des années 1700 jusqu’a la cessation d’activité de la société en 1736.
La console que nous présentons représente la quintessence des arts décoratifs du début du 18ème siècle, elle fait partie des plus belles consoles françaises conservées en mains privées.

Baptiste & Lenté

Console Louis XIV

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Console en bois doré aux hydres, Paris fin de l’époque Louis XIV » présenté par Baptiste & Lenté, antiquaire à Paris dans la catégorie Console Louis XIV, Mobilier.