EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Cache-pot en porcelaine de chine monté sur bronze sous la régence
Cache-pot en porcelaine de chine monté sur bronze sous la régence - Céramiques, Porcelaines Style Régence Cache-pot en porcelaine de chine monté sur bronze sous la régence - Franck Baptiste Paris Cache-pot en porcelaine de chine monté sur bronze sous la régence - Régence Antiquités - Cache-pot en porcelaine de chine monté sur bronze sous la régence
Réf : 101636
23 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
France et Chine
Materiaux :
Porcelaine et bronze
Dimensions :
H. 18 cm | Ø 23 cm
Céramiques, Porcelaines  - Cache-pot en porcelaine de chine monté sur bronze sous la régence XVIIIe siècle - Cache-pot en porcelaine de chine monté sur bronze sous la régence Régence - Cache-pot en porcelaine de chine monté sur bronze sous la régence Antiquités - Cache-pot en porcelaine de chine monté sur bronze sous la régence
Franck Baptiste Paris
Franck Baptiste Paris

Mobilier et objets d'art du 16e au 19e siècle


+33 (0)6 45 88 53 58
Cache-pot en porcelaine de chine monté sur bronze sous la régence

Rare cache-pot en porcelaine de Chine de la famille verte*.
Le décor d’arbustes (pivoines, prunus, chrysanthèmes ..) sur des tertres rocailleux est présenté dans quatre réserves délimitées par des filets surmontés de papillons.

La monture en bronze, dorée avec un « vernis à l’anglaise », est constituée d’un socle et d’un cerclage haut à frises de godrons, reliés entre eux par des arabesques à la Bérain terminés par des poignées fixes.

Bel état de conservation, un léger fêle au col, probablement lors de la découpe de la porcelaine.
Petites usures à la dorure.

La porcelaine de la famille verte, Chine, Province du Jiangxi, fours impériaux de Jingdezhen, règne de l’empereur Kangxi vers 1700.

La monture en bronze doré, Paris, période de la Régence. (1715-1723)


Dimensions :

Hauteur : 18 cm ; Largeur : 23 cm

-Une paire de vases couverts en porcelaine de la famille verte d’époque Kangxi, avec une monture régence en bronze ...

Lire la suite

... trés proche de notre exemplaire est conservée au Getty Museum de Los Angeles.

(N° Inv 75.DI.5)


*Le terme de « famille verte », à l’origine français mais aussi adopté dans les pays anglophones, a été donné par Albert Jacquemart (1808-1875) en 1862 dans son ouvrage Histoire artistique, industrielle et commerciale de la Porcelaine. Il est tout simplement dû à la prédominance d’émaux verts, issu du carbonate de cuivre, pour le décor, et qui sont apposés et cuits dans un deuxième temps à une température de 800°C sur une porcelaine déja émaillée blanc.
Les pièces de cette famille datent principalement de la fin de l’ère Kangxi (1662-1723), période durant laquelle elles connaissent leur apogée car trés appréciées de l’empereur.

Notre avis :

La pièce que nous présentons est constituée de porcelaine de Chine, exportée en Europe par la toute puissance compagnie des Indes néerlandaises et d’une monture en bronze réalisée à Paris à la demande d’un marchand mercier spécialisé dans le commerce du luxe.
Tout comme la laque orientale, la porcelaine va être détournée de son usage utilitaire et découpée dans le but de lui donner une forme plus européenne, pour ensuite être« soclée » comme une oeuvre d’art.
Il est nécessaire pour une bonne compréhension de rappeler que ces deux matières sont pratiquement inconnues en Europe au début du 18 ème siècle et que les multiples tentatives pour les copier ne sont pas couronnées d’un franc succès.
Il faudra attendre 1768 pour que la découverte de Kaolin prés de Limoges permette une production française de porcelaine dure.
Cette matière que les chinois maitrisent depuis des siècles, possède des qualités trés recherchés, car contrairement au métal, elle résiste à la chaleur, permet de boire des liquides trés chaud sans se bruler les mains, et présente une surface lisse, facilement nettoyable et qui ne retient pas les bactéries.
Mais c’est surtout son potentiel décoratif qui va attirer les européens, car la porcelaine « blanche comme la neige et fondante comme la glace » permet une multitude de décors, unis ou multicolores, avec des coulures, des émaux, des décors incisés dans la pâte, sous la couverte, ou encore qui imite la jade céladon etc etc
Si durant tout l’ancien régime, la porcelaine, même française, sera réservée à une élite, les premières pièces montées, commercialisées à la fin du 17 ème siècle et au début du 18 ème sont quand à elles réservées aux cours princières.
Il est assez amusant de constater que les inventaires après décès de grands personnages du royaume décrivent des collections constituées de seulement trois ou quatre morceaux de porcelaines ou de lacs anciens, tant leurs prix sont astronomiques à ce moment là.
La pièce que nous présentons arbore une trés belle glaçure fondante, avec des émaux aux délicates nuances translucides et une monture légère et savamment étudiée qui met en valeur la porcelaine.
A nos yeux ce type d’objet constitue la quintessence du goût français.

Franck Baptiste Paris

Céramiques, Porcelaines