EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Victor Charreton (1864-1937) - Premières neiges en Creuse
Victor Charreton (1864-1937) - Premières neiges en Creuse - Tableaux et dessins Style
Réf : 86460
19 000 €
Époque :
XXe siècle
Signature :
Victor Charreton (1864-1937)
Provenance :
France
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 65 cm X H. 54 cm
Tableaux et dessins Tableaux du XXe siècle - Victor Charreton (1864-1937) - Premières neiges en Creuse
Galerie Delvaille
Galerie Delvaille

Mobilier français du XVIIIe siècle et Tableaux fin du XIXe début du XXe siècle


+33 (0)1 42 61 23 88
+33 (0)6 77 73 17 29
Victor Charreton (1864-1937) - Premières neiges en Creuse

Huile sur finette signée en bas à gauche, circa 1925
Dimensions : Hauteur 54 x Largeur 65 cm

Victor Charreton est né en 1864 en Isère. Après des études de droit à Grenoble, il décide en 1902 de se consacrer à sa passion, la peinture. Il vient s’installer à Paris, et va entreprendre jusqu’en 1913 de nombreux voyages afin de capter les lumières de paysages très différents, de l’Algérie à la Hollande, en passant par l’Espagne, l’Angleterre et la Belgique.

Charreton est un peintre autodidacte et moderniste. Son art est unique, inclassable. Il va mettre au point ses propres techniques et ses propres supports. Dans ses paysages, la couleur domine le dessin qui est rapidement esquissé au crayon sur la toile nue. Il peint sur le motif, sans préparation, et pratique la peinture « en réserves », qui laisse apparaitre le support dont il utilise la couleur. La matière, peinture à l’huile le plus souvent, est posée directement au couteau ou à la brosse, ...

Lire la suite

... et les juxtapositions chromatiques qu’il opère sont franches et audacieuses.

La puissance des œuvres de Charreton est comparable aux œuvres fauves réalisées par Matisse ou Derain à l’époque où Victor Charreton s’installe à Paris. L’Auvergne, la Bretagne, la Provence sont les sujets qui lui resteront chers toute sa vie.

Notre tableau représente un paysage ensoleillé de la Creuse après les premières chutes de neige. Les sujets de neige de Charreton sont ceux qui ont atteint les prix les plus élevés. Né dans les Alpes, et amoureux du massif central, Charreton excelle dans cette représentation. C’est d’ailleurs un tableau intitulé La Neige qui est conservé par le musée d’Orsay. Comme souvent, Charreton a laissé certaines parties du ciel « en réserves » c’est à dire non peintes ; il utilise la couleur du support lui-même comme fond et s’en sert pour donner plus de volume aux parties peintes qui en opposition, sont traitées avec une matière très épaisse, presque sculptée. Le support est la finette que Charreton mis au point dans le but de rendre la couleur la plus pure possible. Sur ce sujet, Robert Chatin écrit :

LA FINETTE : en 1923 Charreton découvre la finette. Il s’agit d’une étoffe de coton dont l’envers est rendu pelucheux par un procédé de grattage. C’est la face duveteuse qui sert de support aux pigments… Toujours à la découverte d’un meilleur rendu, Charreton a constamment recherché et expérimenté les procédés susceptibles d’atténuer les inconvénients des huiles… « Il vaut mieux ne rien mêler à la couleur : l’huile est de trop ». Le support finette répond à cette préoccupation. Ayant constaté l’absorption de l’huile par la trame de la finette, Charreton imagine immédiatement le parti à tirer de cet « effet buvard » : les pigments débarrassés de leur vecteur vont se retrouver à l’état pur et la qualité de leurs tons n’aura pas à souffrir de l’altération des huiles qui les véhiculent. Soixante-dix ans après, le bien-fondé de l’hypothèse de Charreton est démontré : les pigments ont conservés l’intensité et la fraicheur native de leurs tons.

Œuvres de Victor Charreton exposées :
Paris, Musée d’Orsay et Petit Palais
New York
Madrid
Lyon
Cleveland…

Galerie Delvaille

Tableaux du XXe siècle