EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Vénus Callipyge - Chorrera
Vénus Callipyge - Chorrera - Archéologie Style Vénus Callipyge - Chorrera - Galerie Mermoz
Réf : 84157
20 000 €
Époque :
Avant JC au Xe siècle
Provenance :
CHORRERA - Équateur, 800 - 400 AV. J.-C.
Materiaux :
Terre cuite creuse beige recouverte d'une fine couche de kaolin, avec engobe rouge brique au niveau
Dimensions :
l. 16.5 cm X H. 38.8 cm X P. 10 cm
Archéologie  - Vénus Callipyge - Chorrera Avant JC au Xe siècle - Vénus Callipyge - Chorrera
Galerie Mermoz
Galerie Mermoz

Art Précolombien


+33 (0)1 42 25 84 80
Vénus Callipyge - Chorrera

Condition : Excellent état
Pièce vendue avec un certificat d’authenticité et un test de thermoluminescence.


Cette femme aux belles formes arrondies soigneusement polies est emblématique des grandes figures creuses de l’art Chorrera, dernière tradition de l’air formative en Équateur, qui a succédé aux cultures Valdivia et Machalilla et s’est étendue, depuis la côte, à une grande partie du pays, à en juger par les nombreux styles régionaux qui s’y rattachent dans les vallées et les montagnes.

Réalisée à partir d’un moule, elle reprend les canons des Vénus callipyges Chorrera. Nue, avec une poitrine en léger relief, elle est figurée debout dans une attitude frontale et figée, les yeux clos suggérant un profond sommeil ou un intense moment de méditation.

Sa tête disproportionnée concentre l’attention. Celle-ci arbore un casque brun rouge, à patine lustrée, décoré d’un motif gravé et laissé mat, symbole de son rang et de son ...

Lire la suite

... autorité. Cette coiffe bombée, typique des Vénus Chorrera, est à l’origine du nom « aviateur » par lequel ces dernières sont également désignés. Sa forme particulière, large de face, étroite de profil, et relativement haute, indique que cette femme a subi une déformation rituelle du crâne, comme il était de coutume en Amérique du sud au sein des classes dominantes.

Enserré par cet imposant couvre-chef, le visage paisible ne présente pas de réelle individualité mais est empreint, en revanche, d’une grande douceur. Les arcades sourcilières en léger relief rejoignent un nez court et droit. Les yeux et la bouche sont indiqués sobrement par de fines gravures horizontales. Les joues sont plates et les oreilles parées de bobines cylindriques, un autre attribut qui signale que cette femme appartient à l’élite. Ses larges paupières supérieures, légèrement gonflées, apparaissent lourdes et contribuent à lui donner un caractère solennel et une forte intériorité.

Le corps hiératique est quant à lui traité simplement et symétriquement. Les mains et les pieds sont schématiques. Les épaules droites et développées lui confèrent une stature puissante. Elles annoncent des bras musclés et courts, en forme de grosses poires, encadrant une taille fine et un buste étroit animé par deux seins hauts et menus. En-dessous, on observe le ventre plat et lisse et les belles hanches larges et rondes menant à de jambes épaisses et courtes.

Galerie Mermoz

Archéologie