EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Temple à deux colonnes - Mezcala
Temple à deux colonnes - Mezcala - Archéologie Style
Réf : 97835
12 000 €
Époque :
Avant JC au Xe siècle
Provenance :
MEZCALA– GUERRERO - Mexique
Materiaux :
Andésite vert gris
Dimensions :
l. 11 cm X H. 12 cm X P. 4.1 cm
Galerie Mermoz
Galerie Mermoz

Art Précolombien


+33 (0)1 42 25 84 80
Temple à deux colonnes - Mezcala

Sculpture représentant un temple de forme mégalithique en deux dimensions, à deux colonnes et quatre marches. La base est légèrement arquée. L’escalier est très peu saillant. Les marches sont définies par des rainures. L’ouverture est grande et rectangulaire. Ses quatre côtés intérieurs sont légèrement concaves et les coins arrondis.
L’entablement reposant sur les colonnes est surmonté d’une corniche et d’un toit au sommet aplati.

Le Guerrero est une région montagneuse de l’ouest du Mexique, donnant sur la côte Pacifique. Elle est connue pour les célèbres « figures de pierre polies », hautes de 5 à 70 cm environ, fascinant les artistes et collectionneurs du monde entier par leur grand sens plastique et leur « modernisme ». D’un point de vue archéologique, le Guerrero est une des sources les plus riches en objets en pierre provenant des premières cultures mexicaines.
L’ethnologue Miguel Covarrubias (1904-1957) a longuement étudié la ...

Lire la suite

... production lithique de cette région, notamment autour de la rivière Balsas qui la traverse d’est en ouest. C’est lui qui donna en 1946 le nom de Mezcala au style de pièces issues du Guerrero, du nom d’un village local. Ses travaux l’ont conduit à identifier au sein de ce corpus plusieurs types d’objets : les objets de style local ET les objets affichant une parenté manifeste avec d’autres cultures, la culture olmèque d’une part et la civilisation de Teotihuacán d’autre part.

Parmi les objets de style local, le spécialiste de l’art mezcala, Carlo Gay (1913-1998), 20 ans après Covarrubias, a identifié 3 traditions datées entre 350 et 100 avant J.-C. : l’art Mezcala, à proprement parler, l’art Chontal et l’art Sultepec. Souvent comparés, les deux premiers styles partagent de nombreuses similitudes, sans toutefois se confondre. Les œuvres Mezcala sont identifiables à leur facture abstraite et la sobriété de leurs traits, tandis que les œuvres Chontal présentent un plus grand réalisme. Dans les deux cas, la statuaire humaine prédomine bien qu'il existe aussi une importante production de sculptures zoomorphes, de temples miniatures, de haches, de bijoux et de récipients cérémoniels. Ces traditions sont l’œuvre de communautés établies dans des enclaves, de part et d’autre du Rio Balsas.

Quant aux autres objets trouvés dans le Guerrero, portant des traces d’influence extérieure, ils confirment la rencontre des populations de la région avec celles venant d’autres territoires. Les Olmèques, concentrés au sud-est sur les plaines littorales de la côte du Golfe du Mexique, et les habitants de la Cité de Teotihuacán, le plus grand complexe religieux préhispanique situé sur le haut plateau central.

Les Olmèques (1500-300 av. J.-C.), première société complexe de Mésoamérique, ont manifesté leur présence sur la côte Pacifique à travers des objets mais pas seulement. La statuaire monumentale, les gravures et les peintures rupestres, retrouvées sur certains sites du Guerrero, sont autant de preuves d’une implantation réelle dans la région (grottes d’Oxtotitlán et de Juxtlahuaca, site archéologique de Teopantecuanitlán, entre autres).

La Cité de Teotihuacán (300 av.-700 apr. J.-C.) a également rayonné bien au-delà de son épicentre. En tant que grand centre religieux et urbain, la ville était le point focal d’échanges intensifs avec d’autres provinces qui fleurirent à la même époque. Elle établit des voies commerciales à travers toute la Mésoamérique pour imposer son hégémonie et s’approvisionner en matériaux dont elle manquait. Si les gisements d’obsidienne étaient abondants aux alentours, les autres roches, notamment les pierres vertes très recherchées pour leur valeur symbolique et économique, étaient plus rares. Les œuvres portant l’identité des deux territoires, trouvées respectivement dans le Guerrero et à Teotihuacán, confirment leur influence réciproque.

Ainsi, il semble que les cultures préhispaniques et leurs expressions artistiques ne puissent être confinées à une région donnée mais qu’une dynamique d’échanges et de contacts était bel et bien à l’œuvre à l’échelle de toute la Mésoamérique, en différents lieux et à différentes époques, aboutissant à la diffusion des œuvres et à la mixité des styles.

Galerie Mermoz

Archéologie