EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Tapisserie de Bruxelles époque XVIe siècle - L'Histoire de SCIPION
Tapisserie de Bruxelles époque XVIe siècle - L'Histoire de SCIPION - Tapisserie & Tapis Style Renaissance Tapisserie de Bruxelles époque XVIe siècle - L'Histoire de SCIPION - Galerie Jabert Tapisserie de Bruxelles époque XVIe siècle - L'Histoire de SCIPION - Renaissance Antiquités - Tapisserie de Bruxelles époque XVIe siècle - L'Histoire de SCIPION
Réf : 64703
Prix sur demande
Époque :
<= XVIe siècle
Provenance :
Collection Privée
Materiaux :
Laine et soie
Dimensions :
L. 408 cm X H. 330 cm
Tapisserie & Tapis Tapisserie - Tapisserie de Bruxelles époque XVIe siècle - L'Histoire de SCIPION XVIe siècle et avant - Tapisserie de Bruxelles époque XVIe siècle - L'Histoire de SCIPION Renaissance - Tapisserie de Bruxelles époque XVIe siècle - L'Histoire de SCIPION Antiquités - Tapisserie de Bruxelles époque XVIe siècle - L'Histoire de SCIPION
Galerie Jabert
Galerie Jabert

Tapisseries et tapis de collection


+33 (0)1 43 06 45 55
+33 (0)6 09 65 14 64
Tapisserie de Bruxelles époque XVIe siècle - L'Histoire de SCIPION

Exceptionnelle tapisserie de Manufacture de Bruxelles, tissée finement en laine et soie au deuxième partie de XVI ème siècle, d'après "Giulio Romano"
Elle présente Scipion qui reçoit les envoyés de Carthage.
Une pièce similaire est au Louvre :
La Réception des envoyés de Carthage
Huitième pièce de la tenture
L'Histoire de Scipion
Tapisserie, laine et soie

Exécutée à la manufacture des Gobelins pour Louis XIV, en 1688 - 1689, d'après la tenture tissée à Bruxelles, vers 1558, pour le maréchal de Saint-André.
Ancienne collection de la Couronne
Département des Objets d'art
OA 5396

Une pièce similaire est au Hearst Castle - San Simenon

Réfèrance :
La Tenture de l'histoire d'Alexandre, page 73. Collection de mobilier national.
Jules Romain, l'histoire de Scipion- Page 84.
Après l’incendie de leur camp, une nouvelle défaite devant Utique et enfin la prise de Syphax, les Carthaginois, démoralisés, se résolurent à demander la paix et envoyèrent à Scipion, qui campait devant Tunis, trente de leurs Anciens. « Ceux-ci, lorsqu’ils arrivèrent dans le camp romain au prétoire, l’adorèrent suivant, je pense, le rite de leur pays en se prosternant » (Tite-Live, XXX, 16, 2-4).
La scène ne figurait pas dans la tenture de François Ier mais déjà dans celle du maréchal de Saint-André. Le sujet, plutôt mince, ne justifiait pas une composition de cette importance et a dû être complété de chaque côté par l’addition de groupes sans rapports avec lui. La figure de Scipion est ici mise en valeur par une sorte d’arc de triomphe qui n’a pas d’autre fonction que de l’encadrer…. sa présence hors les murs est hautement invraisemblable. L’évocation de Tunis sert de prétexte à une remarquable vue de ville fortifiée à l’arrière-plan.
Texte de la Tapisserie du Louvre….
H. 4,37 X L. 6,82 m. Laine et soie. Aux angles du haut, écu aux armes des
d’Albon, seigneurs de Saint-André.
Historique :
exécutée aux Gobelins dans l’atelier de basse-lice de Mosin, montée sur métier le 20 janvier 1688, achevée dans le deuxième trimestre 1689; restaurée aux Gobelins au début de ce siècle. Collection de la Couronne (Guiffrey, I, p. 360, n° 159) puis de l’Etat; déposée au Louvre en 1901 (inv. OA. 5396).
Elle a été exactement copiée sur celle de la tenture du maréchal de Saint-André, en sens inverse (Hunter, 1925, pl. VIIIga), qui est aujourd’hui conservée dans la maison de R. Hearst à San Simeon, Californie. On n’en conserve aucun dessin. Bien qu’elle ne figurât pas dans la tenture de François 1“, elle s’accorde si bien au style des autres scènes qu’il est diflicile d’y voir un complément postérieur et qu’on est tenté en tout cas de l’attribuer au même auteur.
Il est surprenant qu’on ne rencontre pas d’autre emploi de ce carton dans les tentures de Scipion postérieures. Il a servi en revanche sous ,un travestissement baroque dans des tapisseries du XVIIe siècle au sujet obscur. L’une d’elles porte les marques conjointes de Jacques Geubels et de Catherine van der Eynde, ce qui la daterait du premier tiers du XVIIe siècle (d’Astier, p. 138-141, pl. XXV; vente à New York par l’American Art Association, 12-14 janvier 1933, n° 620, repr.), et elle est appareillée à une scène de bataille impossible à identifier, d’un style franchement baroque; toutes deux portent une légende latine, Divina Palladis arte / picturam superavit/ acus, qui n’éclaire en rien leur sujet. Les mêmes compositions se retrouvent, altérées, sur deux pièces dotées des mêmes bordures mais sans légende (dans le commerce à New York en 1968, repr. Apollo, vol. 87, 1968, Juin, p. LXXXVI et LXXXVII). L’existence d’un
troisième sujet emprunté à une tenture d’Alexandre (d’Astier, p. 141) confirme qu’il doit s’agir de tentures composites et dune iconographie flottante.
En revanche la tapisserie de la tenture du château d’Aulnois (d’Astier, p. 136) qui a été récemment vendue à Paris (Palais Galliéra, 30 novembre 1967, n° 152, repr.) n’était vraisemblablement qu’une réédition de celle-ci, restreinte, exécutée aux Gobelins pour un particulier.
Bibliographie : Archive nationales O1 2040B, liasse 5. Fenaille, II, p.290-296,repr.D'Astier, p, 129-131.

Conditions générales de livraison :

Gratuit en France.
US, Eu 450€ assurance incluse.
D'autre pays, Veuillez nous contacter pour un devis.

Galerie Jabert

XVIIe siècle
Tapisserie de Bruxelles fin XVIIe siècle
Tapisserie de Bruxelles fin XVIIe siècle

Prix : Sur demande

Tapisserie Renaissance

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Tapisserie de Bruxelles époque XVIe siècle - L'Histoire de SCIPION » présenté par Galerie Jabert, antiquaire à Paris dans la catégorie Tapisserie Renaissance, Tapisserie & Tapis.