EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Tapisserie de Bruxelles , Mariage de Maximien de Habsbourg, archiduc d'Autriche (1493
Tapisserie de Bruxelles , Mariage de Maximien de Habsbourg, archiduc d'Autriche (1493 - Tapisserie & Tapis Style Tapisserie de Bruxelles , Mariage de Maximien de Habsbourg, archiduc d'Autriche (1493 - Galerie Jabert Tapisserie de Bruxelles , Mariage de Maximien de Habsbourg, archiduc d'Autriche (1493 -
Réf : 66574
Prix sur demande
Époque :
<= XVIe siècle
Provenance :
Collection Privée
Materiaux :
Laine et soie
Dimensions :
L. 283 cm X l. 263 cm
Tapisserie & Tapis Tapisserie - Tapisserie de Bruxelles , Mariage de Maximien de Habsbourg, archiduc d'Autriche (1493 XVIe siècle et avant - Tapisserie de Bruxelles , Mariage de Maximien de Habsbourg, archiduc d'Autriche (1493  - Tapisserie de Bruxelles , Mariage de Maximien de Habsbourg, archiduc d'Autriche (1493
Galerie Jabert
Galerie Jabert

Tapisseries et tapis de collection


+33 (0)1 43 06 45 55
+33 (0)6 09 65 14 64
Tapisserie de Bruxelles , Mariage de Maximien de Habsbourg, archiduc d'Autriche (1493

Mariage de Maximilien de Habsbourg, archiduc d'Autriche (1493) puis empereur germanique (1508), et Marie de Bourgogne, fille du duc Charles le Téméraire
Très fin et exceptionnel panneau historique de tapisserie de haute lisse (8/cm) tissé en laine et soie entre 1490 et 1510, que nous pouvons de par son tissage et sa bordure attribuer aux ateliers de Bruxelles. Ce panneau que nous présentons ici à pour registre le mariage de Maximilien de Habsbourg, archiduc d'Autriche (1493) puis empereur germanique (1508), et Marie de Bourgogne, fille du duc Charles le Téméraire. Rencontre de Gand, avant le mariage célébré en 1477 . Une très jolie bordure constituée des fruits les plus cités dans la bible tels que du raisin, des figues et des grenades parmi un agréable feuillage au sein duquel apparaît çà et là des phylactère.
Hauteur : 283 cm ; Largeur : 263 cm.
I. Bilan sommaire
• thème : préparation d'une union matrimoniale dans la haute aristocratie (princière, royale, impériale)
• hypothèse la plus probable : Maximilien de Habsbourg, archiduc d'Autriche (1493) puis empereur germanique (1508), et Marie de Bourgogne, fille du duc Charles le Téméraire. Rencontre de Gand, avant le mariage célébré en 1477 ? Marie décédée en 1482.
• tapisserie brabançonne profane, probablement produite à Bruxelles, à usage privé (signes héraldiques non identifiés) en milieu aristocratique
• datation estimée stylistiquement c. 1490-1515 (commémoration d'un évènement antérieur)

I. Description détaillée
• un jeune aristocrate sur un trône, entouré de sa cour, à qui l'on présente une princesse.
• Il porte des cheveux blonds et longs (comme Maximilien) un bâton de commandement en main, un collier au cou (non identifié, pas un collier d'ordre de chevalerie comme celui de Saint-Michel, ou de la Toison d'or), est assis sur un trône recouvert d'une étoffe brodée de grenades qui tomve jusqu'à terre.
• cour composée à sa droite d'un groupe de trois femmes, d'un couple proche du prince, de la princesse et d'un entremetteur faisant un geste de la main comme pour convaincre la future épouse/fiancée du bien-fondé de cette union.
• à la gauche du prince se trouve un homme entre deux femmes
• la princesse est blonde (donc par Anne de Bretagne), porte une coiffe complexe (couronne, escoffion, touret), une robe avec orfroi à la base et ceinture, un manteau fourré d'hermine, un collier. Elle reçoit une offrande (objet sphérique dans un plat d'orfèvrerie rehaussé de perles) d'un serviteur blond, fléchissant le genou, en robe fendue sur le côté, étant le seul personnage découvert de l'image, en signe de respect.
• la scène se déroule sur un sol de mille fleurs (fraisier, jonquilles, chèvrefeuille ? Type XVe) et des arbres apparaissent en fond. Un écu occupe chacun des angles supérieurs, il identifiait certainement le commanditaire de l'oeuvre (recherches à suivre). L'ensemble est encadré d'une frise grasse de fleurs (roses, marguerites, pensées), feuilles, fruits (grappes de raisin) et bandeaux fins entrelacés, qui rattache l'oeuvre au centre de production bruxellois.
• vêtements : souliers en pieds d'ours (>1480), bérets (déb. XVIe), bas de chausses (rouges), tuniques aux cuisses avec orfroi aux extrémités, cheveux des femmes visibles sous les coiffes particulièrement riches et complexes (tourets d'orfèvrerie, escoffions), décolletés carrés laissant apparaître une chemise, colliers d'orfèvrerie (pas d'ordre de chevalerie apparemment). Mélange d'éléments XVe et début XVIe qui justifient la datation estimée.
• mode capillaire : raie au milieu et blondeur pour les femmes, cheveux longs au cou pour les hommes (fin XVe-début XVIe, cf. Charles VIII, Ferdinand d'Aragon, Charles Quint jeune)

I. Analyse stylistique
• mains : doigts souples et fins, jeux de mains (cf. peinture XVe s.).
• visages : peu expressifs mais individualisés, bouches fines et courtes, sobriété voire mélancolie (princesse), expressions rêveuses, traits masculins épais (nez). cf. Peinture Xve et tapisseries bruxelloises.
• relief : plis technique mil. XVe, souples, semi-rigides.
• emblèmes : deux blasons identiques non identifiés.
• éléments à l'antique : aucun.
• iconographie exclusivement profane, aucune connotation religieuse (original).
• couleurs : rouge, brun, jaune, vert, bleu.
• typiquement bruxellois : mêlée de personnages, modelés indiqués par des barrages verticaux, motifs de grenades de la broderie du prince, motifs de rinceaux des ornements, modelé des vêtements.

I. Comparaisons stylistiques
• tapisseries d'Aix (Bruxelles, 1511, pour la cathédrale de Cantorbéry) : bordures (roses, raisins, rubans), plis, orfrois, motifs à la grenade, jonquilles, sobriété des visages, motif de fleuron sur vêt, coiffes féminines.
• Entrée à Jérusalem, La Cène, Lavement des pieds, Musée d'art de San Francisco (Bruxelles, déb. XVIe). Scènes au format carré.
• Entrée à Jérusalem de St-Andrew de Presteigne (pays de Galles).
• David et Bethsabée, Palais royal de Madrid, déb. XVIe.
• Vie de la Vierge, Madrid (livré 1502 à Jeanne la Folle) voir cat. Tapisseries des maisons royales d'Espagne, bordeaux, 1968

Histoire de la tapisserie depuis le moyen âge jusqu’à nos jours Guyffrei 1896
Dictionnaire universel francois et latin, contenant la ..., Volume 1 Trévoux 1721
Le monde des symboles, leurs descriptions et interprétations à travers les âges et les
civilisations.
Analyse :Yannick Frizet, docteur en histoire de l'art .

Notre maison vous assure la vente d'une tapisserie avec facture et expertise agrée, bien nettoyée, en bon état avec son système de fixation. Si cela devait être nécessaire, nous vous préciserons les travaux qui ont été effectués. Toutes nos tapisseries peuvent vous être présentées à votre domicile en France et pays limitrophes avant votre décision définitive.

Conditions générales de livraison :

Gratuit en France.
US, Eu 450€ assurance incluse.
D'autre pays, Veuillez nous contacter pour un devis.

Galerie Jabert

XVIIe siècle
Tapisserie des Flandres, époque XVIIe "Artemis"
Tapisserie des Flandres, époque XVIIe "Artemis"

Prix : Sur demande

Tapisserie