EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Table à jeux par J.F Oeben, Paris époque Louis XV vers 1755-1760
Table à jeux par J.F Oeben, Paris époque Louis XV vers 1755-1760 - Mobilier Style Louis XV Table à jeux par J.F Oeben, Paris époque Louis XV vers 1755-1760 - Antiquités Franck Baptiste Table à jeux par J.F Oeben, Paris époque Louis XV vers 1755-1760 - Louis XV Antiquités - Table à jeux par J.F Oeben, Paris époque Louis XV vers 1755-1760
Réf : 60950
VENDU
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Jean-François Oeben
Provenance :
France
Materiaux :
Palissandre , acajou
Dimensions :
l. 64 cm X H. 72 cm X P. 58 cm
Mobilier Table à Jeux - Table à jeux par J.F Oeben, Paris époque Louis XV vers 1755-1760 XVIIIe siècle - Table à jeux par J.F Oeben, Paris époque Louis XV vers 1755-1760 Louis XV - Table à jeux par J.F Oeben, Paris époque Louis XV vers 1755-1760 Antiquités - Table à jeux par J.F Oeben, Paris époque Louis XV vers 1755-1760
Antiquités Franck Baptiste
Antiquités Franck Baptiste

Mobilier régional et Parisien et objet d'art


+33 (0)6 45 88 53 58
Table à jeux par J.F Oeben, Paris époque Louis XV vers 1755-1760

Rare table à quadrille en mouchoir en placage de palissandre.
Le plateau à décor polylobé en quart de feuille dans une réserve carrée, repose sur des pieds cambrés ornés de chaussons en bronze.
L’intérieur dévoile un cuir vert doré aux petits fers dont la découpe à la Grecque dans les angles permet des incrustations de coupelles en acajou blond contrastant avec un encadrement de bois violet.

Fond en chêne, Parfait état de conservation.

Estampille J.F Oeben pour Jean François Oeben.

Travail Parisien d’époque Louis XV vers 1755-1760.

Hauteur : 72 cm ; Largeur : 64 cm ; Profondeur : 58,5 cm

Jean François Oeben (1720-1763) est un des plus grands ébénistes du règne de Louis XV.
D’origine allemande, Œben travaille à son arrivée à Paris dans l'atelier de Charles-Joseph Boulle au Louvre.
La formation qu'il a reçue en Allemagne et l'influence de Boulle expliquent l'extraordinaire virtuosité de marqueteur qu'il déploiera.
Son mariage en 1749 avec la sœur de Roger Van der Cruse dit Lacroix (R.V.L.C.) a certainement facilité son adoption par le milieu des ébénistes parisiens ainsi que le succès de son entreprise ; mais c'est surtout la sanction officielle qui devait le rendre célèbre. En 1754, en effet, il est nommé ébéniste du roi ; il a un atelier aux Gobelins puis à l'Arsenal, où il peut mettre au point les mécaniques compliquées dont il se fera une spécialité. C'est à ce double titre d'ébéniste du roi et d'habile mécanicien qu'il dut la prestigieuse commande en 1760 du bureau du roi (Versailles). Ce meuble étonnant qui devait devenir le prototype des bureaux à cylindre ne fut terminé qu'après sa mort par son successeur Riesener.
Les meubles d'Œben, avec leurs habiles marqueteries de fleurs ou de cubes si caractéristiques et leurs inventions mécaniques, furent très prisés (Mme de Pompadour en avait commandé plusieurs) ; ils eurent une grande influence sur ses contemporains, en particulier ses élèves Leleu et Riesener. Certains de ses meubles possèdent quelques traits du style « transition », particulièrement des bronzes antiquisants (têtes de béliers, grecques, consoles, guirlandes de laurier), mais il ne faut pas oublier qu'après la mort d'Œben et jusqu'en 1768 Riesener utilisa l'estampille de son maître, ce qui explique sans doute l'évolution du style.


Notre avis :

Notre table à jeux porte une des estampilles les plus illustres et les plus prestigieuses qui soient, il s’agit d’une pièce de collection particulièrement rare.
Jean François Oeben en tant qu’ébéniste du roi était particulièrement accaparé, entre commandes pour le garde meuble et pour sa prestigieuse clientèle dont le Duc de Choiseul, D’Aumont, de Richelieu et Mme de Pompadour pour qui il créera le style « à la Grecque » qui préfigure tout simplement le style Louis XVI dix ans avant l’avènement de ce dernier.
Notre table avec ce polylobe encore très Louis Quatorzien est probablement inspirée des créations d’André Charles Boulle, dont le fils Charles Joseph fut le maitre d’apprentissage du jeune Oeben.
La datation exacte de notre table n’est pas aisée, toutefois nous savons qu’en tant qu’ébéniste du roi, Oeben n’avait pas l’obligation d’estampiller mais qu’il se soumit aux règles de la Jurande en apposant son estampille à partir des années 1753-1754.
Cela nous donne une fenêtre de dix ans jusqu’à sa mort en 1763.
Son inventaire après décès le 10 Février 1763 comporte une table similaire au numéro 54 : «  Item, une table à quadrille en bois d’amarante faite en mouechoir, de 3O pouces carrés, à pied brizé par devant prisé 20 livres »
Il faut bien noter qu’il s’agit la d’un modèle similaire mais en bois massif d’amarante ce qui correspond aux critères du style à la Grecque alors en vigueur .
Notre exemplaire est donc antérieur de quelques années.

Jean François Oeben dans les musées:

Bureau du roi louis XV ( en collaboration avec Riesener ) : Château de Versailles
Table à la Bourgogne, secrétaire en armoire : Musée du Louvre , Paris
Table mécanique - Musée Cognacq-Jay
Encoignure, Commode, Secrétaire - J. Paul Getty Museum
Commode, Secrétaire, Table à écrire, Console - The Frick Collection
Secrétaire à cylindre - Musée Nissim de Camondo

Bibliographie: Rosemarie Stratman Döhler, Jean François Oeben, Perrin et fils, éditions de l'Amateur, Paris, 2002

Antiquités Franck Baptiste

XVIIIe siècle
Miroir à pare-closes aux valets, Paris vers 1720
Miroir à pare-closes aux valets, Paris vers 1720

Prix : Sur demande

Table à Jeux Louis XV

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Petite commode en acajou moucheté, Paris époque Louis XVI » présenté par Antiquités Franck Baptiste, antiquaire à L'isle-sur-La-Sorgue dans la catégorie Table à Jeux Louis XV, Mobilier.