EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Stalle d'église moulurée et sculptée de la fin de l'époque Gothique
Stalle d'église moulurée et sculptée de la fin de l'époque Gothique - Sièges Style Moyen Âge Stalle d'église moulurée et sculptée de la fin de l'époque Gothique - Galerie Gabrielle Laroche Stalle d'église moulurée et sculptée de la fin de l'époque Gothique - Moyen Âge Antiquités - Stalle d'église moulurée et sculptée de la fin de l'époque Gothique
Réf : 80162
7 500 €
Époque :
<= XVIe siècle
Provenance :
Nord de la France
Materiaux :
Bois de chêne
Dimensions :
l. 79 cm X H. 99 cm X P. 52 cm
Sièges  - Stalle d'église moulurée et sculptée de la fin de l'époque Gothique XVIe siècle et avant - Stalle d'église moulurée et sculptée de la fin de l'époque Gothique Moyen Âge - Stalle d'église moulurée et sculptée de la fin de l'époque Gothique Antiquités - Stalle d'église moulurée et sculptée de la fin de l'époque Gothique
Galerie Gabrielle Laroche
Galerie Gabrielle Laroche

Haute Epoque


+33 (0)1 42 97 59 18
+33 (0)6 08 60 05 82
Stalle d'église moulurée et sculptée de la fin de l'époque Gothique

ORIGINE : NORD DE LA FRANCE
PERIODE : FIN DU XVe – DÉBUT DU XVIe SIÈCLE

Hauteur : 99 cm
Largeur : 79 cm
Profondeur : 52 cm

Bois de chêne
Bon état de conservation

Les stalles désignent les rangées de sièges délimitant l’espace capitulaire où prennent position chanoines et prêtres lors de la célébration des offices chantés. Permettant entre autres à la personne de combattre le froid en le maintenant isolé des parois en pierre de l’église. Leur importance dans la vie de la communauté religieuse, au-delà de la dimension pratique, atteint le symbolique.
En effet, ce n’est qu’à partir de l’attribution d’une stalle que le religieux intégrait officiellement une communauté, comme en fait foi la sémantique ‘installer’ (mettre dans sa stalle) renvoyant à la mise en possession d’une charge ecclésiastique.

La stalle apparaît dans le mobilier religieux dès les premiers siècles de l’Église, mais c’est plus tardivement ...

Lire la suite

... qu’apparaît la miséricorde ainsi qu’en témoigne sa plus ancienne occurrence connue dans les Constitutiones, règles du monastère de Hirsau (Allemagne) datées du XIe siècle.
Cette console fixée sous l’abattant permettait, une fois celui-ci relevé, de se reposer tout en restant debout. Un ajout de confort établi au prix de longs et de nombreux débats en raison d’une frange de l’Église hostile à cette ‘coutume dépravée des clercs que de s’asseoir pendant les offices’ (Petrus Damianus 1007-1072).

En raison de sa position et fonction, la miséricorde ne permettait pas le développement d’une iconographie religieuse sans que son usage soit perçu comme sacrilège. C’est pourquoi l’imagier favorisa largement les motifs profanes tels que les animaux, l’illustration de dictons ou encore la représentation de scènes de la vie quotidienne. Les motifs liés aux Écritures ne représentent pas plus de 4% des miséricordes en France.

La miséricorde de la stalle présentée ici est ornée de quatre feuilles grasses. Sur le montant gauche est sculpté un pilastre orné de torsade et couronné d’un chapiteau feuillagé. Sur l’arrête droite est représenté un buste d’homme coiffé d’un turban.

Côté gauche, un cartouche sculpté en bas relief représente un personnage la tête couverte de la mitre et tenant de sa main gauche la crosse. Il se tient debout, levant sa main droite en signe de bénédiction. Il est placé sous un édicule reposant sur deux colonnes bulbeuses supportant une conque. Ce personnage est accompagné d’un chien, ce qui laisse penser qu’il pourrait s’agir de Saint Bernard de Clairvaux, réformateur de l’Ordre des Cisterciens. L’iconographie traditionnelle de cet abbé le représente en effet souvent mitré, tenant la crosse abbatiale et accompagné d’un chien.

La présence du saint abbé ici pourrait laisser penser que cette stalle était celle destinée à l’abbé de l’église pour laquelle elle avait été réalisée.

Galerie Gabrielle Laroche

<   XVIe siècle
Coffre bombé espagnol
Coffre bombé espagnol

6 500 €

Sièges