EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Semainier estampillé G. Benneman
Semainier estampillé G. Benneman - Mobilier Style Louis XVI Semainier estampillé G. Benneman - Philippe Delpierre
Réf : 66075
22 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Guillaume Beneman
Materiaux :
Acajou, bronze
Dimensions :
l. 81 cm X H. 156 cm X P. 45 cm
Mobilier Commode - Semainier estampillé G. Benneman
Philippe Delpierre
Philippe Delpierre

Mobilier et Objets dart des XVIIe, XVIIIe et début XIXe siècle


+33(0)1 47 03 32 25
Semainier estampillé G. Benneman

Ce meuble "semainier" simule en façade sept tiroirs, et ouvre à six compartiments, puisque les deux tiroirs du bas sont réunis en un seul.
Ce meuble réalisé en placage d'acajou flammé est orné sur chaque façade de tiroir d'un jonc en laiton souligné d'un filet d'ébène. Chaque tiroir est séparé par une traverse, elle-même soulignée d'un jonc en laiton.
Les angles sont à colonnes engagées, cannelées et foncées de cuivre. Les côtés sont composés de deux panneaux reprenant la même décoration de filets de laiton et d'ébène et se terminent sur le côté par un pilastre.
Le dessus est recouvert d'un marbre blanc ceinturé par une galerie en bronze doré à motifs de draperie.
Le meuble repose sur quatre pieds toupies.


Ce type de meuble, héritier du chiffonnier conçu à l'époque de la Régence, est caractéristique de la fin du XVIIIe siècle. Destiné à recevoir le linge, les sept tiroirs symbolisent les sept jours de la semaine.
Pendant sa carrière ...

Lire la suite

... d'ébéniste de la Couronne, Benneman s'inspira très souvent des meubles fournis par Daguerre et exécutés par des ébénistes comme Weisweiler ou Saunier.
Nous retrouvons sur ce meuble des éléments décoratifs propres à ces ébénistes, comme la frise en forme de draperie ou les pieds toupies.
C'est sans doute après 1792 que ce meuble fut réalisé, puisque avant cette date, l'intégralité de ses fabrications était destinée au Garde-Meuble royal. Encore emprunt de toutes les caractéristiques du style Louis XVI, notre meuble se situe dans la lignée des grands meubles conçus pour les intérieurs aristocratiques.




Guillaume BENNEMAN ( mort en 1811)
Parisien d'origine allemande, Benneman s'installe dans les années 1780 rue du Forest dans le quartier du Temple. Riesener devenu trop cher est remplacé par Benneman comme ébéniste de la Couronne en 1786 et ce jusqu'en 1792. Il sera un des rares ébénistes à ne pas faire faillite à la Révolution, puisque travaillant exclusivement pour le Garde Meuble, il n'avait pas de débiteurs privés. Le Contrôleur général des finances, Calonne, décida de la faire accéder à la maîtrise en 1785 avec dispense de droits et conditions d'accès à la profession. Cette procédure inédite s'accompagna d'une formule tout aussi originale, de régie artistique dans laquelle Benneman prit place. Ainsi, le sculpteur sur bois Jean Hauré fut chargé de diriger en maître d'œuvre tous les travaux d'ébénisterie, fonte, ciselure, dorure, marbrerie et serrurerie pour le compte du Garde-Meuble.Ce système où l'artisan payé à la quinzaine devient plus exécutant que créateur, cessa pour Benneman le 2 juin 1789.Désormais mentionné comme ébéniste du Roi, il continua à partir de cette date à travailler pour le Garde-Meuble jusqu'en 1792. Il cessa ses activités en 1804 et mourut en 1811.

Philippe Delpierre

XIXe siècle
Jeune fille au lys - XIXe siècle
Jeune fille au lys - XIXe siècle

2 400 €

Commode Louis XVI

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Semainier estampillé G. Benneman » présenté par Philippe Delpierre, antiquaire à Paris dans la catégorie Commode Louis XVI, Mobilier.