EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Secrétaire à abattant aux armes de Marie-Anne-Antoinette de Mesmes
Secrétaire à abattant aux armes de Marie-Anne-Antoinette de Mesmes - Mobilier Style Transition Secrétaire à abattant aux armes de Marie-Anne-Antoinette de Mesmes - Marc Segoura Secrétaire à abattant aux armes de Marie-Anne-Antoinette de Mesmes - Transition Antiquités - Secrétaire à abattant aux armes de Marie-Anne-Antoinette de Mesmes
Réf : 65322
Prix sur demande   -   RÉSERVÉ
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Maurice-Bernard Evald
Provenance :
France
Materiaux :
Bâti de chêne ; placage de bois de rose ; filets d’amarante et de buis ; bronze doré ; marbre rouge
Dimensions :
l. 56 cm X H. 104 cm X P. 32 cm
Mobilier Bureau et Secrétaire - Secrétaire à abattant aux armes de Marie-Anne-Antoinette de Mesmes XVIIIe siècle - Secrétaire à abattant aux armes de Marie-Anne-Antoinette de Mesmes Transition - Secrétaire à abattant aux armes de Marie-Anne-Antoinette de Mesmes Antiquités - Secrétaire à abattant aux armes de Marie-Anne-Antoinette de Mesmes
Marc Segoura
Marc Segoura

Tableaux, Mobilier et Objets dart des 17e, 18e et début 19e siècle


+33 (0)6 71 62 45 95
+33 (0)9 67 11 96 56
Secrétaire à abattant aux armes de Marie-Anne-Antoinette de Mesmes

Maurice-Bernard Evald (Maitre en 1765)

Secrétaire à abattant aux armes de Marie-Anne-Antoinette de Mesmes (1696-1767), Duchesse de Lorge.

Paris, époque Transition, vers 1765

Estampille et inscription : EVALD, accompagné du
chiffre 64 à l’encre.

Armoiries : écartelé, au 1 d’or, au croissant de sable ; aux 2 & 3 d’or, à 2 lions léopardés de gueules, armés & lampassés d’azur, qui est de Bigorre ; & au 4 d’or, à la pointe ondée d’azur, surmontée d’une étoile de sable, qui est de Lassuis (Maison des plus illustres de Guyenne fondée en 1480, dans celle de Mesmes) ; le tout disposé dans un écu ovale ponctué d’un lambel et surmonté d’une couronne ducale : armes de Marie-Anne-Antoinette de Mesmes (1696-1767), duchesse de Lorge


Bibliographie : Pierre Kjellberg, Le mobilier français du XVIIIe siècle, Paris, 2002, p. 343, fig. c.

Caractéristique du style Transition en vogue dans les années 1765-1770, le secrétaire présente un bâti rectiligne animé d’une alternance de légers ressauts et d’encaissements. Il apparaît intégralement plaqué en bois de rose frisé à 45° et formant des compartiments bordés de filets d’amarante et de buis ornés de grecques aux angles. L’ensemble repose sur quatre courts pieds en console dont seuls ceux de la façade sont enrichis de sabots feuillagés de bronze. Les angles antérieurs du meuble, en quart de rond, présentent des cannelures feintes en bois de placage, et sont couronnés de chutes de bronze à motifs d’enroulements, de volutes et de fleurons. Deux tablettes coulissantes occupent les petits côtés du meuble, munies d’un anneau de tirage, et dissimulées sous le rebord du plateau de marbre rouge griotte couronnant le secrétaire.

Animée d’un léger ressaut central, la façade principale présente dans sa partie haute un abattant garni au revers d’un maroquin brun à liseré doré. Celui-ci dissimule un compartiment pour le moins original et atypique, muni de deux larges tiroirs surmontés d’un cylindre à lamelles lui-même couronné d’un compartiment de faible profondeur, fermé pareillement d’un rideau coulissant à lamelles. Le tout est plaqué de bois de rose. A la partie inférieure, deux vantaux dissimulent un cartonnier à douze compartiments, chacun d’entre eux frappé aux armes de Marie-Anne-Antoinette de Mesmes (1696-1767), duchesse de Lorge. Abattant et vantaux ferment à clef.

* * *

Née le 15 mai 1696, Marie-Antoinette de Mesmes était issue d’une ancienne et illustre famille du Béarn, connue depuis le début du XIIIe siècle (voir De La Chenaye-Desbois & Badier, Dictionnaire de la Noblesse, T. XIII, Paris, 1868 (3e édition), p. 751-756). Elle épousa, le 14 décembre 1720, le beau-frère de Saint-Simon, Guy-Nicolas de Durfort (1683-1758), duc de Quintin (1702), puis deuxième duc de Lorge, qui consacrait là sa seconde union.

Il s’était en effet marié une première fois le 14 décembre 1702 avec Geneviève-Thérèse Chamillart. Ce premier mariage du duc de Lorge nous apporte des éclaircissements sur les armes de Marie-Anne-Antoinette de Mesmes visibles sur notre secrétaire. En effet, en toute logique, on aurait du apercevoir celles du duc en lieu et place ou accompagnant celles de la famille de Mesmes, seules visibles ici. Mais à la mort du duc en 1758, c’est son fils aîné, Guy-Michel de Durfort, issu de son premier mariage, qui devint à son tour duc de Lorge. Et le titre officiel de duchesse de Lorge passa en conséquence à sa femme, Elisabeth Philippine de Poitiers de Rye qui le porta jusqu’à sa mort en 1773. En conséquence, notre propriétaire repris entre 1758 et 1767 - année de sa disparition - ses armes de jeune fille, celles de la famille de Mesmes et d’Avaux, disposées dans un écu ovale - forme très usitée par la gente féminine au XVIIIe siècle. Mais elle conserva, en revanche, et de plein droit, la couronne ducale. Il s’agit des seules armes de la famille de Mesmes à présenter une couronne de ce rang.

Le duc et la duchesse de Lorge vécurent jusqu’en 1758 dans le château de Lorge (voir ci-dessus), une imposante propriété élevée juste après leur union, entre 1721 et 1730. Situé dans la forêt de l’Hermitage, près d’un lac, il constitue encore aujourd’hui l’un des plus imposants châteaux des Côtes-d’Armor.

MAURICE-BERNARD EVALD

Natif d’Allemagne, Maurice-Bernard Evald oeuvra dans son atelier de la rue du Bac pour la Cour et la première clientèle de Paris parmi laquelle figuraient principalement le duc d’Orléans, le duc d’Aumont et le duc de Luynes. Il exécuta notamment, sur les dessins de l’architecte Bélanger, un somptueux cabinet à bijoux, aujourd’hui disparu, que Louis XV offrit à la dauphine Marie-Antoinette, pour ses appartements au château de Versailles. Il fournit également des meubles à son confrère et marchand Léonard Boudin (1735-1807, maître en 1761).

Notre secrétaire avec son cylindre à lamelles dissimulé derrière l’abattant, compte assurément parmi les meubles les plus originaux de sa catégorie produits au XVIIIe siècle. Meuble d’obédience féminine de par ses dimensions, il fut commandé à Evald peu de temps après son accession à la maîtrise, enregistrée le 5 octobre 1765, et compta sans doute parmi les derniers meubles acquis par Marie-Anne-Antoinette de Mesmes, duchesse de Lorge, qui s’éteignit seulement deux plus tard, en 1767.

Provenance : Ancienne collection de Marie-Anne-Antoinette de Mesmes (1696-1767), duchesse de Lorge.

Marc Segoura

XVIIIe siècle
Miroir époque Régence
Miroir époque Régence

23 000 €

XIXe siècle
Buste de Femme en marbre
Buste de Femme en marbre

Prix : Sur demande

Bureau et Secrétaire Transition

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Secrétaire à abattant aux armes de Marie-Anne-Antoinette de Mesmes » présenté par Marc Segoura, antiquaire à Saint Ouen dans la catégorie Bureau et Secrétaire Transition, Mobilier.