EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Saint Jérôme attribué à G. Bonazza (1654-1736)
Saint Jérôme attribué à G. Bonazza (1654-1736) - Sculpture Style Renaissance Saint Jérôme attribué à G. Bonazza (1654-1736) - Galerie Gilles Linossier Saint Jérôme attribué à G. Bonazza (1654-1736) - Renaissance Antiquités - Saint Jérôme attribué à G. Bonazza (1654-1736)
Réf : 97352
28 000 €
Époque :
XVIIe siècle
Provenance :
Italie
Materiaux :
Marbre
Dimensions :
L. 68 cm X H. 34 cm X P. 30 cm
Sculpture Sculpture en Marbre - Saint Jérôme attribué à G. Bonazza (1654-1736) XVIIe siècle - Saint Jérôme attribué à G. Bonazza (1654-1736) Renaissance - Saint Jérôme attribué à G. Bonazza (1654-1736) Antiquités - Saint Jérôme attribué à G. Bonazza (1654-1736)
Galerie Gilles Linossier
Galerie Gilles Linossier

Mobilier & Objet d'art du XVIIIe siècle


+33 (0)1 53 29 00 18
Saint Jérôme attribué à G. Bonazza (1654-1736)

SAINT JERÔME
Marbre de Carrare
68 x 34 x 30 cm

L’iconographie de ce très beau marbre figurant un homme vêtu d’une étoffe, étudiant un livre et accompagné d’un lion nous indique que nous sommes en présence de Saint Jérôme. Jérôme de Stridon (347-420 ap J.C.) est le patron des docteurs, des étudiants, des archéologues, des pèlerins, des bibliothécaires, des traducteurs et des libraires.
Son image est très présente dans l’art, dès le Moyen âge et jusqu’à l’époque contemporaine. Il l’est particulièrement dans le catholicisme post-tridentin (milieu 16ème et 17ème siècles).
Son vêtement 5rouge dans l'iconographie peinte) est celui de cardinal, rang auquel il fût élevé par le Pape. Il ne le porte pas mais s'en couvre simplement pour nous rappeler son statut d’anachorète qui, retiré du monde, vit dans le désert une foi contemplative et solitaire. Le livre lui évoque le rôle fondamental de Jérôme en tant que traducteur des ...

Lire la suite

... Évangiles en latin faisant de lui l’un des quatre Pères de l’Eglise Latine. Le lion, lui, évoque une des légendes qui accompagnent la vie du Saint. Jérôme de Stridon aurait rencontré un lion blessé par une épine dans la patte, et ce lion (symbole du désert) aurait laissé Jérôme le soigner. La légende poursuit en affirmant que le lion serait devenu l’animal de compagnie de Jérôme.
La composition de l’oeuvre est elle très marquée par l'art de Michel-Ange. L’artiste est ici influencé par les compositions du grand génie florentin et particulièrement par le Crépuscule de la Sacristie de San Lorenzo, qui orne les célèbres tombeaux des Médicis, la position est quasiment identique. La musculature et les contorsions du corps montrent ici l’influence des sculptures du maître et du modèle qu’elles furent pour le mouvement artistique alors en vogue en Europe, le maniérisme. La barbe foisonnante, elle, n’est pas sans rappeler celle du Moïse conservé à Saint Pierre aux Liens à Rome.
Cette sculpture peut être rapprochée tant par la typologie de la sculpture que par le traitement particulier des surfaces a l’œuvre de Giovanni Bonazza.
En effet, les sculptures de Giovanni Bonazza comprennent une série de petits marbres sur différents sujets dont la représentation des personnages est très généralement allongée.
Il s'agit notamment d'une nymphe couchée au Dallas Museum of Art (Dallas)

Galerie Gilles Linossier

Sculpture en Marbre Renaissance

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Saint Jérôme attribué à G. Bonazza (1654-1736) » présenté par Galerie Gilles Linossier, antiquaire à Paris dans la catégorie Sculpture en Marbre Renaissance, Sculpture.