EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Sainte Geneviève, patronne de Paris – Cercle de Michel Dorigny
Sainte Geneviève, patronne de Paris – Cercle de Michel Dorigny - Tableaux et dessins Style Sainte Geneviève, patronne de Paris – Cercle de Michel Dorigny - Art & Antiquities Investment Sainte Geneviève, patronne de Paris – Cercle de Michel Dorigny -
Réf : 73360
6 300 €
Époque :
XVIIe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 58 cm X H. 75 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIe siècle - Sainte Geneviève, patronne de Paris – Cercle de Michel Dorigny XVIIe siècle - Sainte Geneviève, patronne de Paris – Cercle de Michel Dorigny
Art & Antiquities Investment
Art & Antiquities Investment

Tableaux anciens, dessins, sculptures, objets religieux


+33 (0)6 77 09 89 51
Sainte Geneviève, patronne de Paris – Cercle de Michel Dorigny

Huile sur toile. Ecole française de la première moitié du XVIIème siècle. Cercle de Michel Dorigny. Ainsi que le veut la tradition, Geneviève est représentée en gardienne de troupeau de moutons. Cette iconographie est une parabole qui illustre le caractère protecteur de la sainte sur les âmes chrétiennes.
Dans un profond paysage vallonné (campagne parisienne idéalisée) où règne une atmosphère paisible, Geneviève tient une grande houlette et s’attelle à la lecture de Saintes Ecritures. Le chien couché à ses pieds, symbole de fidélité, garde les yeux ouverts pour mieux veiller sur les ouailles.
La simplicité de la composition et l’attention particulière apportée à la nature avec une profonde ouverture sur un paysage italianisant renvoient à l’univers de Michel Dorigny.

Beau cadre français en bois sculpté et doré du XVIIIème siècle.
Dimensions : 64 x 48 cm la vue – 75 x 58 cm avec le cadre

Geneviève (Nanterre vers 420 - Paris vers 500) est une sainte française issue de l’aristocratie gallo-romaine. Elle est la patronne de la ville de Paris, du diocèse de Nanterre ainsi que des gendarmes.
L’unique source historique relatant sa vie est la « Vitae sanctae Genovefa », texte hagiographique anonyme écrit au VIème siècle de notre ère. La légende rapporte qu’en l’an 451, Geneviève, par ses encouragements au peuple de Lutèce, a fait détourner les hordes de Huns qui assiègent la ville.
Plus tard, devenue magistrate municipale, elle sauve une seconde fois son peuple en le ravitaillant régulièrement durant le siège de Paris par Childéric Ier (entre 476 et 486). Elle sera enterrée aux côtés de Clovis dans l’abbaye Sainte-Geneviève-de-Paris dont il subsiste aujourd’hui le clocher dans l’enceinte du lycée Henri IV.

Michel Dorigny (Saint-Quentin 1616 – Paris 20.02.1665) est le fils d’un conseiller de Louis XIII. Dès l’âge de 14 ans, il rejoint l’atelier de Georges Lallemant pour y suivre son apprentissage. Huit ans plus tard, vers 1638, c’est auprès de Simon Vouet qu’il perfectionne son art. Il devient son fidèle collaborateur et, sa vie professionnelle se mêlant à sa vie privée, il épouse une de ses filles.
Sa carrière, mieux connue aujourd’hui, n’est pas simplement axée sur la peinture. Michel Dorigny est appelé pour la décoration de nombreux châteaux et hôtels particuliers : château de Colombes (disparu), château de Vincennes (des fragments sont conservés au musée du Louvre), Palais Mazarin (BNF rue de Richelieu), hôtel de Lauzun (Ile St-Louis à Paris), ou encore Hôtel d’Hesselin (Ile St-Louis aujourd’hui détruit en 1934). Enfin, Dorigny qui excelle dans l’art de l’estampe, laisse une riche production de gravures dont les reproductions de la plupart des œuvres de Simon Vouet.

Art & Antiquities Investment

Tableaux XVIIe siècle