EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Saint François de Borgia. Ecole espagnole du XVIIe siècle
Saint François de Borgia. Ecole espagnole du XVIIe siècle - Art sacré, objets religieux Style Saint François de Borgia. Ecole espagnole du XVIIe siècle - Codosero Galería de Arte Antiguo
Réf : 90667
VENDU
Époque :
XVIIe siècle
Provenance :
Espagne.
Dimensions :
H. 12 cm
Art sacré, objets religieux  - Saint François de Borgia. Ecole espagnole du XVIIe siècle
Codosero Galería de Arte Antiguo
Codosero Galería de Arte Antiguo

Objets d'Art Haute Époque - XVIIIè siècle


+34 620940123
Saint François de Borgia. Ecole espagnole du XVIIe siècle

Ecole espagnole du XVIIe siècle.
Saint François de Borgia
Sculpture en bronze.
Dimensions : 12 cm de hauteur.

Sculpture en ronde bosse, de style baroque, entièrement réalisée en bronze doré, représentant Saint François de Borgia, vêtu d'une tunique et d'un manteau, tenant dans ses mains un ostensoir et un livre sur lequel repose un crâne couronné. Il s'agit d'une composition fermée et monumentale, dont le volume est rehaussé par les larges plis en clair-obscur, typiquement baroques, du manteau porté par le personnage. Le naturalisme dans la position du saint se démarque également, doté d'un mouvement doux, équilibré et peu prononcé mais qui rompt avec la rigidité qui pèse habituellement sur ce type de représentation.

François de Borgia (en espagnol : Francisco de Borja y Trastámara), duc de Gandie, grand d’Espagne, naît à Gandie, dans le royaume de Valence (Espagne), le 28 Octobre 1510. Il était le fils de Juan Borgia, le 3e duc de Gandie, et de ...

Lire la suite

... Jeanne d’Aragon, fille d’Alphonse d’Aragon (1470-1520) ; François était aussi arrière-petit-fils du Pape Alexandre VI.

À peine put-il articuler quelques mots, que sa pieuse mère lui apprit à prononcer les noms sacrés de Jésus et de Marie. Âgé de cinq ans, il retenait avec une merveilleuse mémoire les sermons, le ton, les gestes des prédicateurs, et les répétait dans sa famille avec une onction touchante. Bien que sa jeunesse se passât dans le monde, à la cour de Charles-Quint, et dans le métier des armes, sa vie fut très pure et toute chrétienne ; il tenait même peu aux honneurs auxquels l’avaient appelé son grand nom et ses mérites.

À vingt-huit ans, la vue du cadavre défiguré de l’impératrice Isabelle le frappa tellement, qu’il se dit à lui-même : « François, voilà ce que tu seras bientôt… À quoi te serviront les grandeurs de la terre ?… »

Toutefois, cédant aux instances de l’empereur, qui le fit son premier conseiller, il ne quitta le monde qu’à la mort de son épouse, Éléonore de Castro. Il avait trente-six ans ; encore dut-il passer quatre ans dans le siècle, afin de pourvoir aux besoins de ses huit enfants.

François de Borgia fut digne de son maître saint Ignace ; tout son éloge est dans ce mot. L’humilité fut la vertu dominante de ce prince revêtu de la livrée des pauvres du Christ. À plusieurs reprises, le Pape voulut le nommer Cardinal ; une première fois il se déroba par la fuite ; une autre fois, saint Ignace conjura le danger.

Plus l’humble religieux s’abaissait, plus les honneurs le cherchaient. Celui qui signait toutes ses lettres de ces mots : François, pécheur ; celui qui ne lisait qu’à genoux les lettres de ses supérieurs, devint le troisième général de la Compagnie de Jésus. François de Borgia meurt à Rome, à l’âge de 62 ans, le 30 Septembre 1572 et sera canonisé en 1671 par le Pape Clément X (Emilio Altieri, 1670-1676).

Ses éléments iconographiques les plus distinctifs sont le crâne (parfois couronné), souvenir de sa frayeur et cause de son changement de vie lorsqu'il découvrit la décomposition de l'impératrice Isabelle de Portugal alors qu'elle allait livrer son cadavre à Grenade ; les couronnes ducales au sol, signe de son renoncement à tout ce qui est terrestre ; et les mitres et chapeaux cardinaux également rejetés par lui. De même, il est généralement représenté avec un visage serein, avec une expression profonde, reflet de son intérieur. Une autre caractéristique de son iconographie est l'ostensoir, qui représente sa défense de l'Eucharistie

Codosero Galería de Arte Antiguo

Art sacré, objets religieux