EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Sabre de représentants du peuple aux armées, Révolution (vers 1792-1793)
Sabre de représentants du peuple aux armées, Révolution (vers 1792-1793) - Collections Style Louis XVI Sabre de représentants du peuple aux armées, Révolution (vers 1792-1793) - Bertrand Malvaux Sabre de représentants du peuple aux armées, Révolution (vers 1792-1793) - Louis XVI
Réf : 88090
4 000 €
Époque :
XVIIIe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Laiton
Collections Armes & Souvenirs Historiques - Sabre de représentants du peuple aux armées, Révolution (vers 1792-1793) XVIIIe siècle - Sabre de représentants du peuple aux armées, Révolution (vers 1792-1793) Louis XVI - Sabre de représentants du peuple aux armées, Révolution (vers 1792-1793)
Bertrand Malvaux
Bertrand Malvaux

Armes anciennes et souvenirs historiques


+33 (0)6 07 75 74 63
+ 33 (0)2 40 73 36 00
Sabre de représentants du peuple aux armées, Révolution (vers 1792-1793)

SABRE DE REPRÉSENTANTS DU PEUPLE AUX ARMÉES, Révolution (vers 1792-1793).

Monture en laiton. Garde à cinq branches. Calotte à longue queue. Poignée en bois gainé de veau filigrané laiton. Virole en laiton. Lame droite à gouttières et à double tranchant, longueur 96 cm, poinçonné du « B » de J.A. Bisch, contrôleur de 1ère classe 1830 à 1834. Sans fourreau.

France.
Révolution (vers 1792-1793), réemployé sous la Monarchie de Juillet avec une lame du temps.
Bon état, lame oxydée.

NOTE :
Ce type de sabre est de grande rareté, à tel point qu'il en existe une multitude d'exemplaires reconstitués depuis un siècle. Le spécimen que je présente aujourd'hui nous est parvenu dans sa configuration actuelle, c'est-à-dire avec une monture parfaitement authentique mais remontée sur une lame de la Monarchie de Juillet, peut-être à l'époque pour un réemploi dans un régiment de cavalerie, car il faut reconnaître que la monture est d'un style moderne et ...

Lire la suite

... très protecteur pour la main du combattant. Je le vends donc tel quel en espérant qu'il ne sera pas un jour remonté pour en faire augmenter sa valeur. C'est une variante dont je ne connais pas d'autre exemplaire, sachons l'apprécier comme il est.

REPRÉSENTANTS DU PEUPLE AUX ARMÉES :
Dans le gouvernement révolutionnaire de la France dont le centre d'impulsion est la Convention, les représentants en mission jouent un rôle déterminant. Recrutés parmi les conventionnels eux-mêmes, ils sont chargés de faire appliquer les décrets votés par l'Assemblée. Leurs pouvoirs sont presque illimités. En mai 1793, le Comité de salut public leur écrit : « Tout est soumis à votre pouvoir. Tous les fonctionnaires civils et militaires vous doivent compte de leur conduite et sont soumis à votre surveillance. Vous avez le pouvoir de suspendre provisoirement tous les agents lorsque vous jugerez qu'ils n'ont pas rempli leur devoir ou qu'ils ne méritent pas la confiance publique. » Il y avait eu des précédents sous la Constituante et la Législative. Le Conseil exécutif provisoire et la Commune de Paris, en septembre 1792, avaient également envoyé des représentants en mission dans les départements. Mais l'emploi de ces agents de liaison a été généralisé par la Convention pour maintenir le contact avec le front ou avec les autorités locales. Une correspondance régulière était prévue avec le Comité de salut public dont le Conseil exécutif provisoire ne pouvait toutefois annuler les décisions. L'action des représentants en mission diffère selon qu'ils ont été envoyés aux frontières ou à l'intérieur. Les représentants en mission auprès des armées de la République ont eu fréquemment un rôle déterminant dans les victoires militaires : Carnot chargeant à Wattignies, Saint-Just rétablissant la discipline en Alsace. À l'intérieur, certains se déconsidèrent par leurs sanglants excès : Carrier à Nantes, Lebon dans le Nord (il eut toutefois l'excuse de la proximité de l'ennemi), Fouché à Lyon, Laplanche à Orléans, Lequinio à Rochefort, Barras et Fréron en Provence. La plupart sont rappelés par le Comité de salut public, peu avant Thermidor, en raison de leurs abus. Après la chute de Robespierre, d'autres représentants ont été envoyés dans les départements pour épurer les administrations locales. Mais, trop liée au gouvernement révolutionnaire, l'institution commence à faire l'objet de vives critiques. « Avec les pouvoirs dont ils sont revêtus, les représentants continuent à entraver la marche du gouvernement et à détruire son unité », s'exclame Thibaudeau en avril 1795. Les représentants disparaissent avec la Convention.

Conditions générales de livraison :

Tous les objets sont envoyés en recommandés, assurés, soit par La Poste, soit par transporteur express (FEDEX, UPS, DHL…).
Prix sur demande.

Bertrand Malvaux

Armes & Souvenirs Historiques Louis XVI

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Sabre de représentants du peuple aux armées, Révolution (vers 1792-1793) » présenté par Bertrand Malvaux, antiquaire à Nantes dans la catégorie Armes & Souvenirs Historiques Louis XVI, Collections.