EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Pendule de cheminée en bronze ciselé, patiné et doré « Psyché et l’Amour »
Pendule de cheminée en bronze ciselé, patiné et doré « Psyché et l’Amour » - Horlogerie Style Empire Pendule de cheminée en bronze ciselé, patiné et doré « Psyché et l’Amour » - La Pendulerie
Réf : 83807
38 000 €
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Bronze doré, bronze patiné, marbre
Dimensions :
l. 42 cm X H. 54.5 cm X P. 15 cm
Horlogerie Pendule - Pendule de cheminée en bronze ciselé, patiné et doré « Psyché et l’Amour » XIXe siècle - Pendule de cheminée en bronze ciselé, patiné et doré « Psyché et l’Amour »
La Pendulerie
La Pendulerie

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+33 (0)1 45 61 44 55
Pendule de cheminée en bronze ciselé, patiné et doré « Psyché et l’Amour »

Attribuée à Claude Galle

Rare pendule de cheminée en bronze très finement ciselé, patiné « à l’antique » et doré à l’or mat ou à l’or bruni
« Psyché et l’Amour »

Paris, début de l’époque Empire, vers 1805.
Hauteur 54,5cm ; largeur 42cm ; profondeur 15cm.


Le cadran circulaire émaillé blanc, localisé « à Paris », indique les heures en chiffres romains et les minutes par tranches de quinze en chiffres arabes par deux aiguilles œil-de-perdrix en acier poli-bleui dites « Breguet ». Le mouvement, à sonnerie des heures et des demies, est renfermé dans une caisse néoclassique entièrement réalisée en bronze très finement ciselé, patiné « à l’antique » et doré à l’or mat ou à l’or bruni. L’amortissement est formé d’une urne couverte simulée à prise en graine, anses détachées « à la grecque » et panse godronnée ; cette urne repose sur un dosseret architecturé à montants soulignés de dauphins se terminant en ...

Lire la suite

... enroulements à rosaces, décrochements à aiguières et agrémenté d’un lambrequin à franges animé de palmettes et d’un oculi centré d’une tête de putto regardant avec espièglerie vers sa gauche. Ce dosseret sert de support à un lit à chevets renversés, richement orné de motifs d’applique à palmettes, guirlandes, couronnes enrubannées, mufle de lion, fleurons ou rhytons à têtes canines ; les côtés à passementeries repercées ; les pieds en gaines évasées ciselés de motifs stylisés. Cette couche supporte un lourd matelas, rythmé d’une frise de crosses contrariées, sur lequel repose avec sensualité une jeune femme légèrement drapée, la tête appuyée sur son bras gauche et tenant une médaille à profil dans l’autre main, elle représente Psyché ; à ses pieds, se trouve le jeune Cupidon levant son bras droit et portant l’index de sa main droite à la bouche, allégorie du Silence.

L’originalité de sa composition, ainsi que son exceptionnelle qualité de ciselure et de dorure, nous permettent de rattacher cette rare pendule de cheminée à l’œuvre de Claude Galle, l’un des plus talentueux bronziers parisiens des premières années du XIXe siècle. Le sujet s’inspire plus ou moins directement d’un modèle horloger créé sous le règne de Louis XVI et dont un exemplaire est illustré dans Tardy, La pendule française, 2ème Partie : Du Louis XVI à nos jours, Paris, 1975, p.243. L’ordonnance générale de l’œuvre, à figure féminine représentée sur un lit richement décoré, se retrouve avec dans le même esprit dans certaines autres créations parisiennes de la même époque, notamment sur un premier modèle qui est paru dans E. Niehüser, Die französische Bronzeuhr, Eine Typologie der figürlichen Darstellungen, Munich, 1997, p.219, fig.441 ; ainsi que sur un deuxième, attribué au bronzier Pierre-Philippe Thomire et pouvant correspondre à celui qui figura dans la chambre à coucher de l’Impératrice à Malmaison, qui est reproduit dans J-D. Augarde, Les ouvriers du Temps, La pendule à Paris de Louis XIV à Napoléon Ier, Genève, 1996, p.174, fig.139 ; et sur un dernier exemplaire représentant la femme du banquier Récamier dans son intérieur qui est attribué à Claude Galle (voir le catalogue de l’Exposition « French Clocks from the Age of Napoleon », Phoenix Art Museum, 1998-1999, p.31-32). Pour finir, relevons particulièrement qu’une pendule de modèle identique à celle que nous proposons, avec certaines variantes dans le décor, a été proposée aux enchères à Munich en 1973 (Weinmuller Auktion, les 19-21 septembre 1973, lot 500).

Claude Galle (1759-1815)
Figure parmi les plus importants bronziers parisiens de la fin du XVIIIe siècle et de l’époque Empire. Dans un premier temps, il collabore avec le fondeur Antoine-André Ravrio et avec Jean-Hauré, par l’intermédiaire duquel il participe à la création de certaines pièces d’ébénisterie de Guillaume Benneman destinées à la Couronne. Sous le Consulat et l’Empire, il devient l’un des principaux concurrents de son confrère Pierre-Philippe Thomire et fournit de nombreux bronzes d’ameublement pour le Garde-meuble impérial, en participant notamment à la décoration des palais de Compiègne et de Fontainebleau, ainsi qu’à celle des palais du Quirinale à Rome et de Stupinigi à Turin. Il se retire des affaires vers 1813 et son fils, Gérard-Jean, reprend l’activité de l’atelier paternel.

La Pendulerie

Pendule Empire

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Pendule de cheminée en bronze ciselé, patiné et doré « Psyché et l’Amour » » présenté par La Pendulerie, antiquaire à Paris dans la catégorie Pendule Empire, Horlogerie.