EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Pendule en bronze ciselé et doré Modèle à l’Arlequin, époque Restauration
Pendule en bronze ciselé et doré Modèle à l’Arlequin, époque Restauration - Horlogerie Style Restauration - Charles X Pendule en bronze ciselé et doré Modèle à l’Arlequin, époque Restauration - La Pendulerie
Réf : 85412
Prix sur demande
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Bronze doré
Dimensions :
l. 24 cm X H. 37 cm X P. 11 cm
Horlogerie Pendule - Pendule en bronze ciselé et doré Modèle à l’Arlequin, époque Restauration
La Pendulerie
La Pendulerie

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+33 (0)1 45 61 44 55
Pendule en bronze ciselé et doré Modèle à l’Arlequin, époque Restauration

Dans une caisse attribuée à Pierre-Philippe Thomire
Rare pendule de cheminée en bronze finement ciselé et doré « Modèle à l’Arlequin »

Paris, vers 1815-1820
Hauteur 37cm ; largeur 24cm ; profondeur 11cm

Le cadran circulaire émaillé indique les heures en chiffres romains et les quarts d’heure en chiffres arabes par deux aiguilles percées en bronze doré; il est inscrit dans une boite quadrangulaire simulant un cartel horloger à fronton cintré ornée de cornes d’abondance et d’un oiseau inspiré de certains modèles d’horloges germaniques ; la lunette est soulignée de frises et les quatre angles sont à motifs de branchages fleuris. L’ensemble est supporté par un personnage comique figurant un arlequin costumé vêtu d’un pantalon et d’une veste décorés de motifs traités en triangles, il est coiffé d’un chapeau, porte sur le visage un masque en bronze patiné ciselé d’une large moustache et de sourcils épais, et semble indiquer ...

Lire la suite

... l’heure de sa main droite. La composition repose sur une base quadrangulaire à côtés arrondis rehaussée en façade d’une applique composée de volutes et de papillons dans chaque coin. Cinq pieds boule aplatis supportent l’ensemble de la pendule.

Directement inspirée des personnages de la Commedia dell’arte, la composition originale de cette pendule connut un grand engouement à l’extrême fin de l’Empire ou dans les toutes premières années du retour au pouvoir des Bourbons. De nos jours, quelques rares autres exemplaires similaires sont connus, avec certains variantes, particulièrement dans le traitement de la forme et du décor de la base, citons particulièrement : un premier modèle qui est illustré dans E. Niehüser, Die französische Bronzeuhr, Eine Typologie der figürlichen Darstellungen, Munich, 1997, p.168, fig.270 ; un deuxième, anciennement dans la collection de Charles-Ludovic de Bourbon, est exposé au Palazzo Riccardi à Florence ; un troisième, provenant des collections de Mrs. Charles Munn, a été vendu chez Christie’s, à New York, le 1er novembre 1989, lot 155 ; un quatrième appartient aux collections du Palais du Quirinal à Rome (reproduit dans A. Gonzales-Palacios, Il Patrimonio artistico del Quirinale, Gli arredi francesi, Milan, 1996, p.309, n°90) ; enfin, une dernière pendule de ce type se trouve dans les collections du baron François Duesberg au Musée Duesberg de Mons (illustrée dans Musée François Duesberg, Arts décoratifs 1775-1825, Bruxelles, 2004, p.48). Ce dernier exemplaire porte sur le cadran la signature de l’horloger Louis Moinet associée à celle du bronzier Thomire, ce qui nous permet de rattacher ce modèle à cet artisan parisien d’exception.


Pierre-Philippe Thomire (1757-1843)
Reçu maître fondeur le 18 mai 1772, il est le plus important bronzier parisien du dernier quart du XVIIIe siècle et des premières décennies du siècle suivant. A ses débuts, il travaille pour Pierre Gouthière, ciseleur-fondeur du roi, puis collabore dès le milieu des années 1770 avec Louis Prieur. Il devient ensuite l’un des bronziers attitrés de la manufacture royale de Sèvres, travaillant au décor de bronze de la plupart des grandes créations du temps. Après la Révolution, il rachète le fonds de commerce de Martin-Eloi Lignereux et devient le plus grand pourvoyeur de bronzes d’ameublement pour les châteaux et palais impériaux. Parallèlement, il travaille pour une riche clientèle privée française et étrangère parmi laquelle figuraient quelques maréchaux de Napoléon. Enfin, il se retire des affaires au milieu des années 1820 et meurt en 1843.

La Pendulerie

Pendule Restauration - Charles X

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Pendule en bronze ciselé et doré Modèle à l’Arlequin, époque Restauration » présenté par La Pendulerie, antiquaire à Paris dans la catégorie Pendule Restauration - Charles X, Horlogerie.