EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Paire de vases "tianqiuping" à décor de dragons et phénix en émaux fencaï
Paire de vases "tianqiuping" à décor de dragons et phénix en émaux fencaï - Arts d Paire de vases "tianqiuping" à décor de dragons et phénix en émaux fencaï - Victoria Hougron Paire de vases "tianqiuping" à décor de dragons et phénix en émaux fencaï - Antiquités - Paire de vases "tianqiuping" à décor de dragons et phénix en émaux fencaï
Réf : 87357
8 000 €
Époque :
XIXe siècle
Provenance :
Chine
Materiaux :
Porcelaine
Dimensions :
H. 42 cm
Arts d XIXe siècle - Paire de vases "tianqiuping" à décor de dragons et phénix en émaux fencaï  - Paire de vases "tianqiuping" à décor de dragons et phénix en émaux fencaï Antiquités - Paire de vases "tianqiuping" à décor de dragons et phénix en émaux fencaï
Victoria Hougron
Victoria Hougron

Antiquités chinoises et Japonaises


+33 (0)7 51 26 78 70
Paire de vases "tianqiuping" à décor de dragons et phénix en émaux fencaï

Paire de vases de forme Tianqiuping ("Sphére céleste") décorés de dragons en rouge de fer à cinq griffes impériaux et de phénix en émaux fencaï ("Famille rose"), période Guangxu (1875-1908).

Cette paire de vases représentant chacun deux grands dragons parmi les nuées célestes dotés de cinq griffes et se disputant la perle sacrée, avec, dans le registre supérieur, deux phénix, font assez évidente référence à l'empereur et l'impératrice régnants et à leur héritier et héritière respectifs appelés à leur succèder.

Les émaux Famille rose comme la peinture de ces vases sont d'une qualité supérieure à la norme, dans un style typique de la fin de la dynastie Qing. Leurs bases, maintenant écrues et dont la couverte originelle a été de toute évidence décapée dans le but de les faire passer pour des pièces du 18ème siècle (pratique hélas courante dans le commerce des oeuvres d'art avant guerre), devaient arborer à l'origine la marque Guangxu de ...

Lire la suite

... la fin du 19ème siècle à six caractères en rouge de fer.

Il s'agit donc d'une rare paire de "vases sphères célestes" impériaux, une forme prédestinée depuis le début des Ming à représenter des dragons empereurs - et qui, à l'instar des vases "Tianqiuping" inventés sous les règnes de Yongle (1403-1425), étaient probablement faits pour décorer les Palais de l'empereur Guangxu. Sachant que la Cité Interdite, le Palais principal à Pékin des empereurs Qing, contenait déjà près de 9000 chambres à meubler, on peut imaginer les importants besoins en porcelaine pour chaque règne.

Ces deux vases furent du reste conçus dès leur manufacture en paire et en miroir, ils étaient donc disposés de part et d'autre d'une longue table ou d'un trône, comme on peut en voir encore dans les quelques salles d'exposition de la Cité Interdite reconstituant des appartements de la dynastie Qing.

Le sujet des dragons empereurs et des phénix associé à la forme de la sphère céleste, symbole du pouvoir régnant en place des Mandchous sur l'ensemble de l'univers, suggère qu'il s'agissait plutôt d'articles réservés à des membres importants de la Cour de Guangxu, seul le sang royal autorisant la possession d'objets faisant si clairement référence, par l'association de la forme et du sujet, à l'autorité du Prince.

S'ils ont été à une date ultérieure dépourvus de leurs marques de règne, car convertis en lampes, ces vases n'en ont donc pas moins conservé une beauté et une prestance toute impériales.

Victoria Hougron

Arts d'Asie