EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Quatre salerons en argent par les orfèvres FRAY FILS et TOURON, Paris 1875-1891
Quatre salerons en argent par les orfèvres FRAY FILS et TOURON, Paris 1875-1891 - Argenterie et Orfèvrerie Style Quatre salerons en argent par les orfèvres FRAY FILS et TOURON, Paris 1875-1891 - Baptiste Jamez
Réf : 81282
1 650 €
Époque :
XIXe siècle
Signature :
FRAY FILS ; TOURON
Provenance :
Paris, France
Materiaux :
Argent massif, vermeil
Dimensions :
L. 5.8 cm X H. 5.8 cm X P. 5.8 cm
Poids :
356 Kg
Argenterie et Orfèvrerie  - Quatre salerons en argent par les orfèvres FRAY FILS et TOURON, Paris 1875-1891 XIXe siècle - Quatre salerons en argent par les orfèvres FRAY FILS et TOURON, Paris 1875-1891
Baptiste Jamez
Baptiste Jamez

Mobilier, objets d'art et tableaux du XVIIIe siècle


+33 (0) 6 62 59 77 70
Quatre salerons en argent par les orfèvres FRAY FILS et TOURON, Paris 1875-1891

Suite de quatre salerons de style néo-renaissance à décor à ferronnerie de rinceaux et arabesques réunis pour former, sur chaque face, une fleur de lys. Les coupelles, amovibles, sont soutenues par des geais.

Argent massif, les coupelles en argent doré, par les orfèvres FRAY FILS et TOURON.

Poinçons :
• Minerve 1er titre.
• Maitre orfèvre : "FRAY FILS [en toutes lettres] un marteau à deux planes, un tiers de cercle au-dessous" ; "TOURON" [en toutes lettres].


Ce rare modèle d’orfèvrerie de style néo renaissance, trouve son inspiration tout autant dans les broderies persanes antiques que dans les vitraux et ferronneries de la Renaissance. Dans la lignée de certaines réalisations architecturales telles que l’Hôtel Gaillard par l’architecte Jules CHEVRIER, les formes de ces pièces d’orfèvrerie, s’inspirant du passé, annoncent l’Art Nouveau qui triomphera dans les années 1900.

Exceptionnelle qualité de ciselure.

Rapport de conditon ...

Lire la suite

... : Parfait état de conservation. Nettoyage et restauration du vermeil par notre orfèvre.


FRAY FILS

Orfèvre parisien installé au 22 rue Pastourelle. Il insculpe son poinçon le 4 janvier 1875. Celui-ci est biffé le 1er avril 1891.

« M. FRAY prit la succession de son beau-père, la Maison HARLEUX et travailla surtout pour la clientèle parisienne. Il créa en grand la vaisselle plate, c'est à dire les plats, les légumiers, les saucières, les pièces d'argent qui constituent le grand luxe de la table.
Puis il voulut faire un effort et mettre à côté des pièces de sa fabrication courante, des objets d'un art plus raffiné. Il s'adressa alors à JOINDY, sculpteur, lequel avait déjà travaillé pour CHRISTOFLE.
Le grand surtout Louis XV [qu’il nous présente] est d'une invention originale, il est léger dans ses vastes proportions. Du même sculpteur a été créée une grande soupière rocaille d’où se profilait la dureté de l'art du ciseleur.
Ce qu'il faut louer dans ce nouveau travail donc, c’est l’art de l'orfèvre et l'habilité de l'ouvrier qui a su modeler au marteau sur un plan ovale les bords et les courbes parallèles d'une pièce aussi grande. C’est bien là le caractère de la belle et loyale fabrication. »
BOUILLET HENRI, L'Orfèvrerie française du XVIIIe et XIXe siècles, H. Laurens, Paris, 1912 (p. 284).


TOURON

Actif depuis 1824, TOURON est fournisseur du roi LOUIS-PHILIPPE.
En 1842, Edme PARISOT prend la tête de la maison. Il obtient le rappel de la médaille de bronze déjà accordée à son prédécesseur aux Expositions de 1844 et 1849.
Fournisseur de l’Empereur NAPOLÉON III, il est associé en 1852 à la commande du service des cent couverts, destiné au palais des Tuileries. Il obtient une médaille de deuxième classe à l’Exposition universelle de 1855 et une médaille d'or à l'Exposition Universelle de 1867.


MUSÉES :

• MUSÉE DU LOUVRE, PARIS, CHRISTOFLE et TOURON – Soixante-douze couteaux à dessert à lame dorée ; soixante-neuf couteaux à dessert à lame d’acier – argent, argent doré, Paris, 1862-1879.
• MUSÉE DU LOUVRE, PARIS, TOURON-PARISOT – Pelle à tarte – métal argenté, Paris, après 1861.
• MUSÉE DU LOUVRE, PARIS, TOURON-PARISOT – Deux louches – métal argenté, Paris, 1855-1852.
• COMPIÈGNE, CHÂTEAU, TOURON-PARISOT, Couteau, argent, Paris, 19e siècle.
• TSARSKOÏE SELO, PALAIS CATHERINE – Trésor des princes Narychkine – partie : Ignaty SAZIKOV, Pavel OVCHINNIKOV, Ivan KHLEBNIKOV, Frères GRACHEV, Pierre-Carl FABERGÉ, KEIBEL, VARYPAEV, Lucien FALIZE, AUCOC AÎNÉ, TOURON, QUEILLÉ, PARISOT, HARLEUX, JACQUART, CARDEILHAC, DEHANNE.


BIBLIOGRAPHIE :

• BOUILLET Henri, L'Orfèvrerie française du XVIIIe et XIXe siècles, H. Laurens, Paris, 1912 (p.284).
• DUCUIN François, L'Exposition Universelle de Paris 1867, Paris, Bureaux d'Abonnements, 1867.

Baptiste Jamez

Argenterie et Orfèvrerie