EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Portrait présumé du sénateur Bartolomeo Panciatichi par Santi di Tito (1536 - 1603)
Portrait présumé du sénateur Bartolomeo Panciatichi par Santi di Tito (1536 - 1603) - Tableaux et dessins Style Renaissance Portrait présumé du sénateur Bartolomeo Panciatichi par Santi di Tito (1536 - 1603) - Stéphane Renard Fine Art Portrait présumé du sénateur Bartolomeo Panciatichi par Santi di Tito (1536 - 1603) - Renaissance Antiquités - Portrait présumé du sénateur Bartolomeo Panciatichi par Santi di Tito (1536 - 1603)
Réf : 95519
80 000 €
Époque :
<= XVIe siècle
Signature :
Santi di Tito (1536 - 1603)
Provenance :
Italie
Materiaux :
Huile sur panneau de peuplier
Dimensions :
l. 85.5 cm X H. 110.5 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIe siècle - Portrait présumé du sénateur Bartolomeo Panciatichi par Santi di Tito (1536 - 1603) XVIe siècle et avant - Portrait présumé du sénateur Bartolomeo Panciatichi par Santi di Tito (1536 - 1603) Renaissance - Portrait présumé du sénateur Bartolomeo Panciatichi par Santi di Tito (1536 - 1603) Antiquités - Portrait présumé du sénateur Bartolomeo Panciatichi par Santi di Tito (1536 - 1603)
Stéphane Renard Fine Art
Stéphane Renard Fine Art

Tableaux et dessins du XVIIe au XX siècle


+33 (0) 61 46 31 534
Portrait présumé du sénateur Bartolomeo Panciatichi par Santi di Tito (1536 - 1603)

Huile sur panneau de peuplier
110.5x85.5 cm (130x105 encadré)
Cadre cassetta toscan de la fin du XVIème siècle en bois sculpté et doré (vraisemblablement son cadre d’origine)

Ce portrait de Santi di Tito récemment redécouvert représente un sénateur florentin. Il tient une lettre à la main qui nous indique que ce tableau a été réalisé en 1574 alors que le modèle était âgé de 66 ans. Il est tentant sur la base de ces indices d’y voir un portrait de Bartolomeo Panciatichi, réalisé une trentaine d’années après son célèbre portrait par Bronzino (1503 – 1572). Alors que le traitement des mains rappelle la tradition florentine des portraits maniéristes, la comparaison avec celui de Bronzino illustre chez Santi di Tito la recherche d’un plus grand réalisme, et ce malgré une composition assez stéréotypée.

1. Santi di Tito, peintre de la Contre-Réforme et portraitiste

Santi di Tito est le grand peintre de la Contre-Réforme florentine. Il ...

Lire la suite

... propose un langage artistique nouveau qui se détache du Maniérisme.

Peu de choses sont connues sur sa formation à Florence (peut-être aux côtés de Bronzino ou de Baccio Bandinelli) mais cette période de formation lui permet de s’inscrire en 1554 à la Compagnie de Saint-Luc, la guilde des peintres florentins. Santi di Tito réalise entre 1560 et 1564 un séjour à Rome au cours duquel il fréquente l’atelier de Taddeo Zuccari. Ce séjour aura une influence fondamentale sur son œuvre, grâce à la découverte de l’oeuvre tardive de Raphaël, mais aussi à la rencontre des peintres Francesco Salviati et Federico Barocci.

Santi di Tito revient à Florence vers 1565, il y demeurera jusqu’à la fin de ses jours, partageant ses talents entre la réalisation d’une série d’importantes peintures religieuses et celle d’innombrables portraits. Il devient un des principaux peintres de la ville, s’illustrant en particulier dans la réalisation de grandes compositions religieuses dans lesquelles souffle l’esprit de la Contre-Réforme.

En 1568, Santi di Tito devient membre de la confraternité de Saint Thomas d’Aquin, dont les membres étaient des observateurs fidèles des principes développés pendant le Concile de Trente. Il réalise autour de 1574 (l’année de notre portrait) un de ses chefs d’œuvre, La Résurrection, pour la Basilique de Sainte-Croix à Florence dans laquelle il s’éloigne des réalisations florentines précédentes en offrant une représentation proche des textes sacrés, exempte de tout élément lascif ou purement ornemental.

Son style, marqué par la préférence florentine pour le dessin, continuera d’évoluer vers une peinture lumineuse et naturaliste qui inspirera les peintres de la génération suivante.

2. Santi di Tito portraitiste

Malgré ou peut-être à cause de l’ampleur de sa production, les portraits de Santi di Tito n’ont pas fait l’objet à ce jour d’une étude monographique, à la différence de ses peintures religieuses. Il est établi que Santi di Tito dirigeait un atelier extrêmement actif dans la production de portraits, bénéficiant à la fois des commandes des Médicis, mais aussi de celles des grandes familles florentines.

3. Description du portrait

Notre sénateur est représenté à mi-corps, de trois-quarts, dans un décor d’architecture qui pourrait être son cabinet de travail. Il est revêtu de l’habit de cérémonie des sénateurs florentins : une veste bleu nuit recouverte d’une chasuble gansée de rouge, constituée d’une gaze transparente à l’avant et d’un tissu de la même couleur que la veste, doublé d’une étoffe rouge, à l’arrière. Le traitement de la gaze, tout en transparence, est d’une grande fluidité et le peintre arrive, par les ondulations qu’il donne à la chasuble, à traduire la vie qui anime ce corps imposant.

Notre sénateur tient une lettre pliée de sa main droite, dont le poignet repose sur une table drapée d’un tissu vert et une paire de gants de sa main gauche. Deux autres objets figurent sur la table à sa droite : un livre aux tranches ornées, dont on peut voir le fermoir ouvragé, et sur lequel repose un béret quadrangulaire.

Comme souvent cette lettre est l’occasion de nous donner quelques éléments de contexte sur ce tableau. Si le nom du modèle n’y figure pas, nous savons par l’inscription « annus aetatis suae 66 – PAD 1574 » qu’il s’agit d’un homme de 66 ans, représenté en 1574.

4. Proposition d’identification du modèle

Giuseppe Manni publiait en 1722 un recueil intitulé Serie de’ senatori fiorentini indiquant les principaux repères chronologiques de tous les membres du Sénat des Quarante-Huit depuis la création de cette institution en 1532.

Trois sénateurs seulement pourraient correspondre à notre portrait : nés entre 1507 et 1508, ils ont eu 66 ans révolus en 1574. Le premier est Bartolomeo Panciatichi, né le 21 juin 1507 et décédé le 23 octobre 1582. L’autre est Giovanni Ugolini né le 11 mai 1508 et décédé le 18 août 1588. Elu sénateur en 1540, il sera commissaire de Cortone et nommé ambassadeur auprès du Pape Grégoire XIII en 1572, ce qui semble exclure la réalisation de son portrait par Santi di Tito à Florence en 1574. Quant à Simone Corsi (8 décembre 1508 – 31 mars 1587, élu sénateur en 1556) sa date anniversaire nous semble trop proche de la fin de l’année pour permettre la livraison du portrait en 1574.

L’hypothèse de Bartolomeo Panciatichi nous semble la plus intéressante, et ce d’autant plus que vers 1545 celui-ci avait commandé un célèbre portrait à Bronzino (conservé au Musée des Offices) dans lequel nous retrouvons un certain nombre de traits caractéristiques du personnage : la forme du nez, les pommettes assez hautes, les sourcils finement arqués, la même position de l’oreille dans les deux portraits et ce malgré la différence dans la pose qui est plus frontale chez Bronzino. Nous retrouvons également la même barbe bifide, blanchie par le temps.

5. Quelques éléments biographiques sur Bartolomeo Panciatichi

Né le 21 juin 1507 à Lyon, où son père avait des intérêts commerciaux, le jeune Bartolomeo entre à la cour de François 1er en tant que page. Ses liens avec la France étaient destinés à durer, car Cosimo 1er nommera ensuite Bartolomeo ambassadeur pour des missions diplomatiques auprès du roi qu'il avait autrefois servi, puis auprès d'Henri II.

Ce portrait fait partie d’un groupe de cinq tableaux commandés par Bartolomeo à Bronzino entre 1540 et 1545 : trois scènes religieuses, inspirées par les idées réformistes et deux portraits le représentant ainsi que sa femme.

Nommé sénateur en 1567, Bartolomeo Panciatichi poursuivra par la suite une carrière politique, et deviendra commissaire de Pistoia en 1568 et de Pise en 1578.

Conditions générales de livraison :

Les prix indiqués sont les prix au départ de la galerie.

En fonction du prix de l'objet, de sa taille et de la localisation de l'acheteur nous sommes en mesure de proposer la meilleure solution de transport qui sera facturée séparément et effectuée sous la responsabilité de l'acheteur.

Stéphane Renard Fine Art

Tableaux XVIe siècle Renaissance

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Portrait présumé du sénateur Bartolomeo Panciatichi par Santi di Tito (1536 - 1603) » présenté par Stéphane Renard Fine Art, antiquaire à Paris dans la catégorie Tableaux XVIe siècle Renaissance, Tableaux et dessins.