EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Portrait de la Marquise de Gevigney, Nicolas de Largilliere (Paris, 1656-1746)
Portrait de la Marquise de Gevigney, Nicolas de Largilliere (Paris, 1656-1746) - Tableaux et dessins Style Régence Portrait de la Marquise de Gevigney, Nicolas de Largilliere (Paris, 1656-1746) - Baptiste & Lenté
Réf : 78260
VENDU
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Nicolas de Largilliere 1656-1746)
Provenance :
France, Paris
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 73 cm X H. 84 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIIe siècle - Portrait de la Marquise de Gevigney, Nicolas de Largilliere (Paris, 1656-1746) XVIIIe siècle - Portrait de la Marquise de Gevigney, Nicolas de Largilliere (Paris, 1656-1746)
Baptiste & Lenté
Baptiste & Lenté

Mobilier et objets d'art du 16e au 19e siècle


+33 (0)6 45 88 53 58
+33 (0) 6 64 42 84 66
Portrait de la Marquise de Gevigney, Nicolas de Largilliere (Paris, 1656-1746)

Notre œuvre présente une jeune femme assise dans un paysage, a mi-corps, le visage vu de face, la tête légèrement penchée, expression douce et rêveuse, elle esquisse un demi-sourire. Le visage ovale idéalisé, aux joues rosies, les yeux en amande et le nez droit.
Ses cheveux poudrés dont les deux boucles encadrent le front sont relevés dans un chignon orné de perle et d’une pièce d’étoffe de velours doublé de brocart. Elle porte une robe en soie orange brodée d’or dont le décolleté fait ressortir son chemisier de dentelle blanche, la robe est en partie cachée par un ample manteau de velours bleu retenu à l’épaule par une agrafe de pierres précieuses. Un pan du manteau est gracieusement relevé et retenu par une autre agrafe afin d’exposer la doublure en brocart. Cette large pièce de velours animée de plis anguleux enveloppe la jeune femme dans un mouvement vigoureux.
Le velours, matière noble par excellence, est beaucoup utilisé dans les portraits ...

Lire la suite

... pour ses propriétés visuelles. Les angles créés par la formation de drapés modifient l’inclinaison des fibres (à contre fil), la lumière se réfléchit davantage sur la surface et crée donc des reflets clairs et brillants.
Travaillant le tissu en empâtements Nicolas de Largilliere permet au spectateur de ressentir la douceur du velours à travers des crêtes blanches illuminées. Appliquant de la matière en relief pour les étoffes, l’éclat du satin et la finesse de la dentelle sont rehaussées grâce à une touche habile et vigoureuse.
La lumière presque électrique de la mise en scène théâtralisée est adoucie par les couleurs automnales du paysage du fond. Cette palette chaude des ocres et bruns contraste avec les bleus du ciel et du manteau.
Les chairs blanches, laiteuses sont travaillées en glacis et affichent une transparence et un velouté quasi tangible.
La virtuosité du peintre éclate dans le traitement des étoffes, le scintillement des bijoux, la spontanéité dans le rendu de la texture car le soin apporté aux vêtements est aussi important dans l’art du portrait que le modèle lui-même.
La jeune marquise nous renvoie non seulement l’image d’une jeune femme fraîche et désirable, mais aussi d’une personne riche et importante du fait de ses atours.
Accentué par un cadrage serré la présence de notre modèle gagne en intensité.
Notre portrait, le reflet d’une société élégante et raffinée, est séduisant par son effet saisissant associant le talent prodigieux du peintre à la grâce et beauté naturelle de la marquise.

Nicolas de Largilliere, Paris, premier quart du XVIIIe siecle.
Huile sur toile.
Dimensions : h. 66 cm l. 55 cm

Cadre de style Régence en bois finement sculpté et doré.
Dimensions avec le cadre : h. 84 cm, 73 cm

L’authenticité de notre portrait a été confirmée (sur photo) par Mr Brême (spécialiste de Nicolas de Largillière), qui a également identifié le modèle comme la marquise de Gevigney.

Nicolas de Largilliere, né le 2 octobre 1656 à Paris, où il est mort le 20 mars 1746, est un peintre français. Il est l'un des portraitistes les plus réputés des XVIIe et XVIIIe siècle. La longue carrière de Nicolas de Largillière s’étend sur les règnes de Louis XIV et Louis XV, au cours desquels il s’impose comme un portraitiste de premier plan. Ses effigies féminines, notamment, frappent par leur caractère introspectif et leur richesse décorative.
Formé à Anvers dans l’atelier d’Antoine Goubeau, qui lui enseigne l’étude d’après nature, Nicolas de Largillierre restera durant toute sa carrière, fidèle à ses préceptes. En 1673 il se rend en Angleterre où il travaille comme assistant dans l’atelier du portraitiste Peter Lely pendant près de sept ans. Il est agréé à l’Académie Royale dès son retour en France en 1683 et sera reçu trois ans plus tard « peintre de portraits et d’histoire » sur présentation du Portrait de Charles Le Brun (Paris, musée du Louvre).

Baptiste & Lenté

Tableaux XVIIIe siècle Régence

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Portrait de la Marquise de Gevigney, Nicolas de Largilliere (Paris, 1656-1746) » présenté par Baptiste & Lenté, antiquaire à Paris dans la catégorie Tableaux XVIIIe siècle Régence, Tableaux et dessins.