EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Portrait du grand Dauphin, école française 17e siècle
Portrait du grand Dauphin, école française 17e siècle - Tableaux et dessins Style Louis XIV Portrait du grand Dauphin, école française 17e siècle - Antiquités Franck Baptiste Portrait du grand Dauphin, école française 17e siècle - Louis XIV
Réf : 82924
4 800 €
Époque :
XVIIe siècle
Provenance :
France
Materiaux :
Huile sur toile
Dimensions :
l. 45 cm X H. 53 cm
Tableaux et dessins Tableaux XVIIe siècle - Portrait du grand Dauphin, école française 17e siècle XVIIe siècle - Portrait du grand Dauphin, école française 17e siècle
Antiquités Franck Baptiste
Antiquités Franck Baptiste

Mobilier régional et Parisien et objet d'art


+33 (0)6 45 88 53 58
Portrait du grand Dauphin, école française 17e siècle

Belle huile sur toile de forme ovale représentant le grand Dauphin Louis de France* à mi-buste.
Il revêt une belle veste en velours rouge brodée d’or, un jabot de dentelle et arbore fièrement l’écharpe bleu et la croix de l’ordre du St Esprit.

Trés bel état de conservation, cadre en chêne doré d’époque.

Travail Français d’époque Louis XIV vers 1670-1675.

Dimensions :

Cadre : Hauteur : 53 cm ; Largeur : 45 cm
Toile : Hauteur : 39 cm ; Largeur : 30 cm

* Louis de France dit le Grand Dauphin (1661-1711)

Fils aîné de Louis XIV et de Marie-Thérèse d'Autriche, il eut pour gouverneur le très sévère duc de Montausier - qui servit, dit on , de modèle à Molière pour son Misanthrope - et pour précepteur le grandiloquent évêque de Condom, puis de Meaux, Jacques-Bénigne Bossuet, assisté de Pierre-Daniel Huet. Il fut un élève appliqué, mais reçut une éducation qui lui apprit davantage l'obéissance à son père que de l'art de gouverner ...

Lire la suite

... les Royaumes. Ses précepteurs en revanche lui transmirent le goût des antiquités (médailles, inscriptions, sculpture). Monseigneur avait commencé à collectionner vers 1681, il avait alors vingt ans, et outre les porcelaines, il appréciait particulièrement les gemmes. Il était secondé en la matière, depuis 1680 jusqu'à son décès, par son conseiller le fameux orfèvre Philippe van Dievoet dit « Vandive » (1654-1738), officier de la Garde-Robe du Roi, attaché à la personne du Dauphin.
D'un tempérament doux et placide, héritage de sa mère Habsbourg d'Espagne, il tint son rôle discrètement, affirmant que l'éducation qu'il avait reçue l'avait pour toujours dégoûté de l'effort intellectuel. Il passait pour un homme de peu d'intelligence ce qui reste à démontrer. Les chansonniers le surnommèrent « Gros Gifflard ».
Il épousa Marie Anne Christine de Bavière le 7 mars 1680 et l'aima tendrement, bien qu'elle fût d'un tempérament maladif et geignard et d'un caractère pessimiste et renfrogné. Ils eurent comme enfants :
Louis (6 août 1682 † 19 février 1712), duc de Bourgogne ;
Philippe (19 décembre 1683 † 9 juillet 1746), duc d'Anjou, roi d'Espagne sous le nom de Philippe V ;
Charles (31 juillet 1686 † 5 mai 1714) duc de Berry.
Veuf en 1690, il épousa secrètement en 1695 sa maîtresse Marie-Émilie de Joly de Choin (1670-1732), dame d'honneur de sa demi-sœur préférée la princesse douairière de Conti, que cette dernière avait renvoyée.
En effet, tout en étant la maîtresse du Dauphin, Mademoiselle de Choin était l'amante du comte de Clermont-Chaste dont la princesse de Conti était également amoureuse. Les deux amants pensaient pouvoir manipuler à leur guise les deux enfants du roi et accéder à travers eux au pouvoir lorsque le Dauphin monterait sur le trône. L'intrigue fut découverte, les amants séparés et le comte envoyé en garnison pendant que la princesse de Conti se séparait discrètement de sa dame d'honneur pour ne pas offusquer son frère.
Réputée l'une des femmes les plus laides de la Cour Marie-Émilie de Choin était dotée, selon la duchesse d'Orléans, tante du Dauphin, d'une poitrine énorme avec laquelle le prince jouait comme sur des timbales. Il n'eut pas d'enfants de cette seconde union.
Bien qu'il ait lui aussi épousé sa maîtresse, le roi n'approuva pas cette union. Le Dauphin se retira dans son château de Meudon où se forma une sorte de contre-pouvoir à la politique de Louis XIV.
Opposé à la révocation de l'Édit de Nantes (1685), il se signala également par sa bravoure au combat, notamment pendant la guerre de Succession d'Espagne.
Fier de son sang, il ne craint pas de réclamer avec une vigueur inacoûtumée pour son fils cadet le duc d'Anjou, l'héritage de la couronne d'Espagne sur laquelle sa mère lui avait donné des droits (1700).
Victime d'une attaque d'apoplexie en 1701, il mourut de la petite vérole en 1711 à l'âge de cinquante ans, avant d'avoir pu régner. « Fils de roi, père de roi, jamais roi » murmura la cour...

Antiquités Franck Baptiste

XIXe siècle
Vénus au bain, terre cuite grandeur nature 19e
Vénus au bain, terre cuite grandeur nature 19e

Prix : Sur demande

Tableaux XVIIe siècle Louis XIV

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Portrait du grand Dauphin, école française 17e siècle » présenté par Antiquités Franck Baptiste, antiquaire à L'isle-sur-La-Sorgue dans la catégorie Tableaux XVIIe siècle Louis XIV, Tableaux et dessins.