EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Pierre Révoil (1776 - 1842)  - Le Duc de Bordeaux veillé par un ange
Réf : 80457
15 000 €
Époque :
XIXe siècle
Signature :
Pierre Révoil (1776 - 1842)
Provenance :
Pierre Révoil (1776 - 1842)
Materiaux :
Plume et encre brune, lavis brun, sur traits de graphite
Dimensions :
L. 28 cm X l. 23,6 cm
Galerie Michel Descours
Galerie Michel Descours

Peintures et dessins


04 78 37 34 54
Pierre Révoil (1776 - 1842) - Le Duc de Bordeaux veillé par un ange

L’iconographie de la naissance d’un héritier royal se rencontre sous tous les régimes du XIXe siècle. C’est un talisman contre la hantise de tout renversement de l’ordre dynastique, menace qui s’exécute régulièrement depuis la Révolution. Quoique l’arrivée de l’enfant providentiel soit un facteur de consolidation de la dynastie régnante, sa représentation ne dérive pas de la mythologie héroïque, mais est empruntée à une imagerie chrétienne porteuse d’espérance – il n’est pas Hercule étouffant les serpents dans son berceau, mais un poupon veillé par un ange. L’analogie du dessin de Révoil avec le groupe de Pradier invite à y voir la même iconographie, mais c’est un autre héritier que célèbre l’artiste légitimiste. Celui-ci ne prêta pas allégeance à Louis-Philippe et fut, de fait, considéré comme démissionnaire de son poste de professeur à l’École de dessin de Lyon après la Révolution de 1830 . L’Enfant de son dessin est ...

Lire la suite

... donc plus probablement l’héritier des Bourbons, Henri d’Artois, duc de Bordeaux, fils de la duchesse de Berry qui avait fait de Révoil son peintre en 1822.

Peintre de sujets moyenâgeux et collectionneur de « gothicités », Révoil se montre finalement moins gothique dans ce dessin que Pradier, en drapant son ange à la manière de Raphaël ou de son émule moderne, Ingres (le Vœux de Louis XIII), plutôt qu’à la mode du temps de Saint Louis. Le sujet est d’ailleurs assez inhabituel dans son œuvre et dut être composé spécialement pour plaire à son destinataire, le littérateur Louis Aimé-Martin, disciple de Bernardin de Saint-Pierre devenu conservateur de la Bibliothèque Sainte-Geneviève.

Signé en bas à gauche : P. Révoil

Provient d’un album amicorum de Louis Aimé-Martin (Lyon, 1782 – Paris, 1847) dispersé en 2017.

Galerie Michel Descours

Dessin, Aquarelle & Pastel