EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Petite commode en noyer, Jean François Hache à Grenoble, Mars 1775
Petite commode en noyer, Jean François Hache à Grenoble, Mars 1775 - Mobilier Style Transition Petite commode en noyer, Jean François Hache à Grenoble, Mars 1775 - Antiquités Franck Baptiste Petite commode en noyer, Jean François Hache à Grenoble, Mars 1775 - Transition Antiquités - Petite commode en noyer, Jean François Hache à Grenoble, Mars 1775
Réf : 70221
VENDU
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Jean François Hache
Materiaux :
Noyer
Dimensions :
l. 82 cm X H. 80 cm X P. 50 cm
Mobilier Commode - Petite commode en noyer, Jean François Hache à Grenoble, Mars 1775 XVIIIe siècle - Petite commode en noyer, Jean François Hache à Grenoble, Mars 1775 Transition - Petite commode en noyer, Jean François Hache à Grenoble, Mars 1775 Antiquités - Petite commode en noyer, Jean François Hache à Grenoble, Mars 1775
Antiquités Franck Baptiste
Antiquités Franck Baptiste

Mobilier régional et Parisien et objet d'art


+33 (0)6 45 88 53 58
Petite commode en noyer, Jean François Hache à Grenoble, Mars 1775

Belle et élégante petite commode en noyer massif.
Galbée en façade et sur les cotés et ouvrant par deux tiroirs ce modèle dit en « sauteuse » arbore un beau noyer grenoblois et expose admirablement bien les grands préceptes de construction de Jean François Hache.
Le pieds « pastille » à l’avant, en découpe à l’arrière, les cotés lisses pour obtenir un effet miroir, l’absence totale de chevilles ou encore le choix d’un bois de qualité et le veinage ramagé du coeur de l’arbre qui se répond sur les deux tiroirs …tout y est .

Au niveau de la construction, le bâti est en sapin.
Le plancher inférieur est assemblé à rainures et languettes dans la traverse avant et les tasseaux latéraux.
Les fonds des tiroirs sont cloués sous les feuillures tout comme le fond arrière qui est fixé aux montants à l’aide de gros clous à tête en fer forgé .
Ces éléments nous indiquent que conformément aux autres meubles du maître, notre commode a été assemblée en commençant par l’avant et en finissant par l’ arrière.

Ce type de fabrication propre a la dynastie des Hache permet des effets esthétiques et offre des lignes pures et légères, notamment par l’obtention d’un coté lisse, de montants arrondis et d’un piètement particulièrement fin.
Ajoutons à cela l’absence de traces de chevilles remplacé par un système de clés qui permet une finition parfaite, mais aussi l’obtention d’une traverse avant extrêmement fine pour une solidité de l’ensemble égale voir supérieure.

Les poignées en bronze aux médaillons sont d’origine.

Jean François Hache en tant que meilleur ébéniste de province fût aussi l’un des plus copié, Il est donc important de préciser que cette commode n’est pas dans le goût de, ou à la manière du maitre mais qu’elle est bien de sa main.
Elle porte dans le fond du tiroir du haut l’étiquette publicitaire N° IX datée de Mars 1775.

Cette date qui correspond au début du règne de Louis XVI et donc au style Transition nous prouve que ce type de commode, inventé prés de trente ans plus tôt, connu un fort succès.
D’autres commodes identiques, notamment une présentée lors d’une exposition de 1974 au musée du Dauphiné et qui porte la date 1786, démontrent que ces commodes trés épurées ne connurent pas le désamour rencontré par le mobilier plus chargé du règne de Louis XV .

Rajoutons que 243 ans après sa sortie de l’atelier de la place de Claveyson, elle est toujours dans un état parfait, exempte de toutes restaurations.

Les petites dimensions de notre commode, sont état irréprochable, ses qualités de bois et ses lignes pures sont autant d’atouts qui ravirons les collectionneurs les plus exigeants.

Largeur : 82 cm , Hauteur : 80 cm, Profondeur : 50 cm


Jean François Hache (1730-1796)

Né le 10 janvier 1730 à Grenoble, apprenti chez son père Pierre Hache dès l'âge de 16 ans, établi à son compte à partir de 1754, nommé en 1770, à la suite de son père, ébéniste du Duc d'Orléans, Jean-François Hache est l'héritier d'une dynastie d'ébénistes qui s'étale sur quatre générations (Noël - Thomas - Pierre) et perdure pendant près de 150 ans. Jean-François est certainement le plus célèbre de tous, mais partage avec son père et son grand-père la réputation de plus grand ébéniste de province, considérés en effet, plus encore que les fameux Couleru, comme capables de rivaliser avec les plus grands maîtres-ébénistes parisiens. Il est quasiment établi que Jean-François Hache a séjourné chez Jean-François Oeben, l'ébéniste du Roi, et ce dernier aurait même probablement rendu visite aux Hache, très intéressé par leurs placages de bois indigène.

Antiquités Franck Baptiste

Commode Transition

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Petite commode en noyer, Jean François Hache à Grenoble, Mars 1775 » présenté par Antiquités Franck Baptiste, antiquaire à L'isle-sur-La-Sorgue dans la catégorie Commode Transition, Mobilier.