EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Pendule de cheminée dite « au cheval au pas » en bronze ciselé, doré et laqué
Pendule de cheminée dite « au cheval au pas » en bronze ciselé, doré et laqué - Horlogerie Style Transition Pendule de cheminée dite « au cheval au pas » en bronze ciselé, doré et laqué - La Pendulerie Pendule de cheminée dite « au cheval au pas » en bronze ciselé, doré et laqué - Transition Antiquités - Pendule de cheminée dite « au cheval au pas » en bronze ciselé, doré et laqué
Réf : 82509
Prix sur demande
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Poitevin, Vion
Provenance :
France
Materiaux :
Bronze doré, bronze patiné
Dimensions :
l. 18.5 cm X H. 33.5 cm X P. 9 cm
Horlogerie Pendule - Pendule de cheminée dite « au cheval au pas » en bronze ciselé, doré et laqué XVIIIe siècle - Pendule de cheminée dite « au cheval au pas » en bronze ciselé, doré et laqué Transition - Pendule de cheminée dite « au cheval au pas » en bronze ciselé, doré et laqué
La Pendulerie
La Pendulerie

Pendules et objets d'art d'exception XVIIe-XIXe siècle


+33 (0)1 45 61 44 55
Pendule de cheminée dite « au cheval au pas » en bronze ciselé, doré et laqué

Poitevin
La caisse par François Vion

Exceptionnelle pendule de cheminée dite « au cheval au pas » en bronze ciselé, doré et laqué « au naturel »

Paris, époque Transition Louis XV-Louis XVI, vers 1775.
Hauteur 33,5cm ; largeur 18,5cm ; profondeur 9cm.

Bibliographie :
- Hans Ottomeyer et Peter Pröschel, Vergoldete Bronzen, Die Bronzearbeiten des Spätbarock und Klassizismus, Munich, 1986, Band I, p.180, fig.3.7.7 (illustrée).
- Elke Niehüser, Die französische Bronzeuhr, Eine Typologie der figürlichen Dartstellungen, Munich, 1997, Editions Callwey, p.242, fig.901 (illustrée).
- Richard Mühe et Horand M. Vogel, Horloges anciennes, Manuel des horloges de table, des horloges murales et des pendules de parquet européennes, Bibliothèque des Arts, Office du Livre, Fribourg, 1978, p.107, fig.132 (illustrée).

Provenance :
- Sotheby’s, Londres, « Fine French Furniture », le 13 décembre 1974, lot 66.

Le cadran circulaire émaillé blanc, signé ...

Lire la suite

... « Poitevin à Lorient », indique les heures en chiffres romains et les minutes par tranches de cinq en chiffres arabes par deux aiguilles ; il s’inscrit dans une boite entièrement réalisée en bronze finement ciselé, doré ou laqué. Le mouvement est renfermé dans une boite circulaire, soulignée de rinceaux, de passementeries et d’une guirlande fleurie et feuillagée et surmontée d’une urne simulée à pieds en consoles et anses à anneaux mobiles, qui est supportée par une selle à franges posée sur un cheval laqué « au naturel » marchant au pas sur une terrasse imitant des touffes d’herbes et des enrochements. Le tout repose sur une base quadrangulaire agrémentée de tores de laurier ou de réserves à frises d’entrelacs et centrée d’un médaillon peint à la gouache sur vélin représentant le jeune Cupidon recevant un message d’une colombe dans une perspective animée d’un autel néoclassique. L’ensemble est orné de motifs facettés en strass ou pierres du Rhin agrémentant la lunette, les anneaux passant dans les anses et la graine de l’urne sommitale, ainsi que sur la base sous la forme d’une frise centrée d’un médaillon rubané. Enfin, huit pieds aplatis moulurés supportent l’ensemble de la composition.

Apparues sous le règne de Louis XV, les horloges à figures d’animaux supportant des mouvements connaîtront un exceptionnel engouement dans la seconde moitié du XVIIIe siècle avec le renouveau des arts décoratifs au moment du Néoclassicisme. La pendule que nous proposons se distingue par la qualité et la rareté de son décor, ainsi que par la connaissance du dessin préparatoire à l’origine de sa réalisation qui est conservé à l’Institut national d’Histoire de l’Art à Paris et qui fait partie d’un album du bronzier François Vion permettant d’attribuer en tout certitude le modèle (voir H. Ottomeyer et P. Pröschel, Vergoldete Bronzen, Band I, p.180, fig.3.7.8). De nos jours, parmi les rares pendules connues de modèle identique, avec certaines variantes dans le décor, mentionnons notamment : un premier exemplaire, le cadran signé « Cartier à Paris », qui est reproduit dans G. et A. Wannenes, Les plus belles pendules françaises, De Louis XIV à l’Empire, Editions Polistampa, Florence, 2013, p.277 ; un deuxième, anciennement dans la collection Diette, est illustré dans Tardy, La pendule française, 2ème Partie : Du Louis XVI à nos jours, Paris, 1975, p.232 ; un troisième a fait partie des ventes Rudolf Lepke dans lesquelles de nombreux objets d’art des anciennes collections impériales russes furent mis à l’encan (vente à Berlin, le 12 février 1929, lot 87) ; enfin, citons particulièrement une dernière pendule de ce type qui a été proposée aux enchères lors de la dispersion de la célèbre collection de Jacqueline Kennedy-Onassis (vente Sotheby’s, New York, 23-26 avril 1996).

François Vion (vers 1737-après 1790)
Reçu maître fondeur-ciseleur en 1764, il est l’un des plus importants bronziers parisiens de la seconde moitié du XVIIIe siècle, confrère et principal concurrent de Jean-Joseph de Saint-Germain, des Osmond et des Caffieri. En 1764, après l’enregistrement de ses lettres de maîtrise, il connaît une grande notoriété et se spécialise dans la création de caisses de pendules dont plusieurs modèles portent sa signature ; citons particulièrement les exemplaires dits « Vénus et l’Amour » et « L’Amour et les trois Grâces » qui sont reproduits dans H. Ottomeyer et P. Pröschel, op.cit., p.178 et 179.

Poitevin
Etait un horloger actif à Lorient vers 1770-1780.

La Pendulerie

Pendule Transition

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Pendule de cheminée dite « au cheval au pas » en bronze ciselé, doré et laqué » présenté par La Pendulerie, antiquaire à Paris dans la catégorie Pendule Transition, Horlogerie.