EUR

FR   EN   中文

CONNEXION
Pendule à allégorie du commerce maritime, Paris vers 1775
Pendule à allégorie du commerce maritime, Paris vers 1775 - Horlogerie Style Louis XV Pendule à allégorie du commerce maritime, Paris vers 1775 - Antiquités Franck Baptiste Pendule à allégorie du commerce maritime, Paris vers 1775 - Louis XV Antiquités - Pendule à allégorie du commerce maritime, Paris vers 1775
Réf : 87253
11 500 €
Époque :
XVIIIe siècle
Signature :
Poitevin à Lorient
Provenance :
France, Paris
Materiaux :
Bronze ciselé et doré, ébène
Dimensions :
l. 38 cm X H. 50 cm X P. 20 cm
Horlogerie Pendule - Pendule à allégorie du commerce maritime, Paris vers 1775 XVIIIe siècle - Pendule à allégorie du commerce maritime, Paris vers 1775 Louis XV - Pendule à allégorie du commerce maritime, Paris vers 1775 Antiquités - Pendule à allégorie du commerce maritime, Paris vers 1775
Antiquités Franck Baptiste
Antiquités Franck Baptiste

Mobilier régional et Parisien et objet d'art


+33 (0)6 45 88 53 58
Pendule à allégorie du commerce maritime, Paris vers 1775

Rare pendule en bronze finement ciselé et doré.
Modèle représentant une frégate voguant au milieu des flots.
L’embarcation est chargée de marchandise précieuses, dont des tonneaux, coffres, ballots et autres sacs de jute débordant de denrées.
Du pont du navire, un angelot se penche et tire sur une corde qui plonge dans les profondeurs.
Au dessus se tenant debout sur la poupe, une jeune déesse arbore un médaillon à l’effigie du roi Louis XVI* ainsi qu’un rouleau de parchemin sur lequel on peut lire « Je vogue au gré de la fortune et protégé du dieu neptune »
Elle porte les sandales ailées de Mercure, dieu protecteur du commerce et des voyageurs .
Face à elle, un corsaire debout sur un tonneau tient au creux de sa main sa lettre de course*.
La poupe du bateau arbore un écu sous couronne aux armes de France tandis que les têtes de mats sont terminées par des fleurs de lys.
Au centre de la scène le cadran émaillé blanc indique les heures en ...

Lire la suite

... chiffres romains et les minutes en chiffres arabes.
Il est signé « Poitevin à Lorient »*.

Le mouvement d’origine à suspension à fil de soie sonne les heures et les demies, il est daté 1774 sur les ressorts.

Parfait état de conservation, trés belle dorure d’origine au mercure.

Parfait état de marche, révisée par notre horloger.

Travail Parisien de la transition des époques Louis XV et Louis XVI vers 1775.

Dimensions :

Hauteur : 50 cm ; Largeur : 38 cm ; Profondeur : 20 cm


Nota Bene :

*Le médaillon de notre pendule représente le roi Louis XVI en buste de profil, d’après une gravure de Pierre-Simon-Benjamin Duvivier (1730-1819) que l’on retrouve sur l’écu dit aux « branches d’olivier » frappé en France entre 1774 et 1790.
Duvivier devient graveur général des monnaies en 1774 en remplacement de Joseph Charles Rottiers.

*Un corsaire est une personne autorisée par une « lettre de course » à attaquer en temps de guerre, tout navire battant pavillon d'États ennemis, et particulièrement son trafic marchand, laissant à la flotte de guerre le soin de s'attaquer aux objectifs militaires. Les corsaires ne doivent donc pas être confondus avec les pirates puisqu'ils exercent leur activité selon les lois de la guerre, uniquement en temps de guerre et avec l'autorisation de leur gouvernement. Capturés, ils ont droit au statut de prisonnier de guerre.

* « Poitevin à Lorient » est la signature d’un horloger spécialisé dans le commerce de l’horlogerie de luxe, il est actif à Lorient entre 1765 et 1780.
Les archives nous permettent de savoir qu’il collabore notamment avec le négociant et horloger parisien Noël Heroy qui lui fournit des mouvements et de précieuses pendules.
Sa signature se retrouve uniquement sur des productions de grande qualité, une pendule au cheval agrémentée de pierre du Rhin (strass) est par exemple publiée dans le livre de
Hans Ottomeyer et Peter Pröschel, Vergoldete Bronzen, Die Bronzearbeiten des Spätbarock und Klassizismus, Munich, 1986, Band I, p.180, fig.3.7.7

Notre avis :

La pendule à l’allégorie du commerce maritime est un modèle rare qui a toujours interrogé les historiens de l’art.
En effet la majorité des pendules qui nous sont parvenues présentent des manques importants, notamment au niveau du médaillon, si bien qu’il était impossible de savoir si cette pendule commémorait la mort du roi Louis XV ou l’avènement du jeune roi Louis XVI.
Le parfait état de conservation de notre pendule permet de répondre à cette question, la date de fabrication des ressorts (1774) toujours un peu antérieure à la réalisation finale et le médaillon d’origine nous permettent d’affirmer que notre pendule fût commercialisée en l’honneur du roi Louis XVI en 1775.
La présence du corsaire prend tout sens, car 1775 marque le début de la guerre d’indépendance américaine et l’établissement d’une alliance française avec les colons rebelles dans le but de prendre une revanche sur l’Angleterre qui vient de remporter la guerre de sept ans. (1754-1763)
Durant ce conflit naval, la guerre de courses battra son plein et de nombreux corsaires issus des ports de la Manche s’illustreront, St Malo par exemple se verra surnommée la cité corsaire.
On comprend mieux pourquoi le modèle rencontra un vif succès et fût commercialisé par l’horloger Poitevin à Lorient.
Le port qui abrite le siège de la puissante Compagnie des Indes orientales est connu pour être un véritable carrefour du commerce maritime ou se croisent les plus riches armateurs.
Notre pendule, retrouvée en Belgique, fût probablement cédée par Poitevin à un des riches négociants étrangers qui pullulaient dans la cité.
Son exportation lui évita les affres de la révolution, ce qui nous permet de la contempler aujourd’hui dans son parfait état d’origine, avec tout les attributs de la monarchie française.
Bien plus qu’un simple objet décoratif notre pendule est un rare témoignage du commerce maritime français sous l’ancien régime.

Antiquités Franck Baptiste

Pendule Louis XV

Retrouver le mobilier ou les objets d''art similaires à « Pendule à allégorie du commerce maritime, Paris vers 1775 » présenté par Antiquités Franck Baptiste, antiquaire à L'isle-sur-La-Sorgue dans la catégorie Pendule Louis XV, Horlogerie.